12 astuces et conseils pour vous colorer les cheveux sans mettre votre futur bébé en danger

A plus de trente ans, je commence à voir de plus en plus de vilains cheveux blancs parsemer mon joli châtain. Depuis quelques temps, je me suis donc mise aux balayages pour les estomper et garder quelques reflets blonds.

Mais que faire pendant mes grossesses ?

Après avoir lu plusieurs études démontrant que les shampooings colorants contenaient des solvants et produits chimiques potentiellement nocifs pour mon futur bébé, j’ai commencé à me renseigner sur les alternatives que j’avais pour ne pas me retrouver avec de vilaines racines foncées pendant neuf mois.

 

Et voici ce que j’ai appris :

La coloration à travers les âges

Ramsès II, déjà, réalisait des colorations pour dissimuler ses cheveux blancs. A l’époque, les hommes et les femmes utilisaient du henné comme colorant naturel, qu’ils pouvaient incorporer dans du sang de bœuf ou bien des têtards brouillés pour varier les couleurs.

A la Renaissance, où le blond vénitien était à la mode, les femmes obtenaient cette couleur en exposant seulement leurs cheveux au soleil, en les couvrant d’un mélange de miel d’alun et de soufre et en arborant des chapeaux ouverts au-dessus pour préserver leur teint pâle.

De nos jours, la coloration est toujours aussi populaire. Mais les produits naturels ont été remplacés par des produits dont on ne cesse de prouver et dénoncer l’extrême dangerosité !

En effet, des mots tels que “cancérigène”, “anomalies génétiques”, “perturbateurs endocriniens” sont utilisés pour décrire les effets potentiels de ces produits.

Et pour vous mesdames, qui attendez un heureux événement, l’enjeu est d’autant plus grave.


Du poison pour vos cheveux et votre corps

 

En 2015, l’association 60 Millions de Consommateurs a révélé les résultats d’une étude sur 18 produits de teinture :

  • la grande majorité était composée de substances toxiques, certains d’entre eux incluant jusqu’à 17 molécules indésirables.
Voici les effets sur votre corps de quelques-unes de ces substances :
  • Le p-phénylènediamine (PPD), nommé “Allergen of the Year” en 2006 par l’American Contact Dermatitis Society (1). Plus grave, des études indiquent un risque accru de cancer de la vessie parmi les coiffeurs et les femmes qui utilisent des colorations permanentes à base de ce composé toutes les 4 à 6 semaines (2).
  • Le p-Aminophenol : colorant classé “mutagène catégorie 2”, pouvant engendrer des anomalies génétiques.
  • Le formaldéhyde : classé au tableau “des substances cancérogènes avérée pour l’homme” par le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer).
  • Le résorcinol : en plus de ses effets allergisants reconnus par le comité scientifique de l’UE en 2010, ses effets perturbateurs endocriniens ont été prouvés par une coalition d’ONG européennes en 2011 (3) : il peut perturber le fonctionnement de la thyroïde, du métabolisme du glucose et favoriser certains cancers.

    D’autres substances sont quant à elle répertoriées comme très irritantes ou “sensibilisantes” pour la peau, les yeux ou les poumons : ammoniaque, naphtol, Toluene 2,5 Diamine Sulfate…

Du poison pour votre futur bébé

Et bien sûr, les effets nocifs de ces produits ne s’arrêtent pas là et s’infiltrent partout, y compris en franchissant la barrière du placenta.

Le cheveu, pourtant extérieur à votre corps, est directement connecté à votre réseau sanguin par la racine.

Les pigments chimiques participent aux échanges cellulaires dans l’organisme et peuvent passer dans le sang et atteindre le fœtus.

Une étude menée par des chercheurs de l’INSERM sur plus de 3000 femmes enceintes (4), a démontré un risque important de malformations congénitales chez les bébés dont les mamans étaient exposées régulièrement à des solvants (dont ceux présents dans les produits de coloration).


Alors que devez-vous faire ?

Je ne vais peut-être pas vous faire plaisir, mais le mieux est de pratiquer le principe de précaution et d’éviter toute coloration pendant votre grossesse.

Si cela ne vous semble pas envisageable, voici quelques recommandations :

  • Evitez de réaliser une coloration pendant le 1er trimestre, période où le fœtus est le plus fragile. Ensuite, limitez les applications, même pendant la période d’allaitement.
  • Privilégiez les balayages ou les mèches, qui tiennent plus longtemps que les couleurs.
  • Préférez les teintures claires aux teintures foncées, potentiellement plus nocives.
  • Faites faire votre coloration par un coiffeur en lui précisant bien que vous êtes enceinte. Même si les substances restent toxiques, la règlementation est plus stricte pour les produits professionnels, afin de préserver les praticiens (5).
  • Demandez plutôt à votre coiffeur de vous faire une coloration sans ammoniaque, voire même si possible, une coloration 100% végétale, il en existe de plus en plus.

La coloration naturelle : une alternative ?

Face aux résultats révoltants que nous avons lu plus haut, les industriels ont bien été obligés de s’adapter en proposant de nouveaux produits dits “naturels”.

Mais une rapide analyse de leurs composants montre que ce positionnement n’est pas fondé :

  • Les produits de supermarché (Herbalbrillance Garnier, Eugène Color) contiennent une majorité de produits chimiques, dont la plupart sont incriminés.
  • Les produits vendus dans les magasins bio ne sont pas non plus exempts de substances toxiques : certains sont composés de diamines et résorcinol (Beliflor), d’autres les ont écartés mais la chimie de synthèse y reste prépondérante (Martine Mahé). (6)
  • Seuls quelques produits sont 100% végétaux. Ils ne présentent pas exactement les mêmes qualités techniques (tenue moins longue, pouvoir couvrant limité, temps de pause allongé…), mais sont bien plus respectueux de votre santé.
    ​Parmi eux, je peux vous citer la gamme Terre de Couleur que vous pouvez faire à la maison et Eos de Wella qui se réalise uniquement en salon.

Les colorations 100% maison et 0% risque !

Maintenant, si vous êtes partante pour essayer quelques recettes maison, voici mes conseils et recettes 100% naturelles et 0% risques pour vous et votre bébé.

Voici quelques plantes naturellement colorantes, que vous pouvez acheter sous leur forme originale pour créer vos propres colorations :

Vous êtes brune ou châtain foncé et vous souhaitez foncer vos cheveux ou cacher vos cheveux blancs, je vous recommande :
© leenient
Le henné :

Achetez le en poudre (verte) dans un institut de beauté, un magasin oriental ou en magasin bio (mais encore une fois étudiez bien la composition, certains hennés ne sont pas totalement purs et peuvent être mélangés à des substances chimiques type PPD).

Le henné donne tout d’abord des reflets auburn, puis au fil des applications une couleur de plus en plus foncée.

Au-delà de son pouvoir colorant, le henné est un véritable soin pour vos cheveux : il favorise la pousse des cheveux, les rend brillants et ses actifs restreignant et purifiant luttent, entre autres, contre les pellicules et les excès de sébum.

Dosage : 100g de henné, 300 ml d’eau chaude

Avant tout chose, pensez à protéger vos mains, vos sourcils et la peau de votre visage pour qu’ils ne se colorent pas. Pour cela, vous pouvez porter des gants et graisser les autres zones exposées à l’aide d’un coton tige imprégné d’huile d’olive.

Mélangez votre poudre de henné avec l’eau chaude pour obtenir une pâte boueuse et homogène. Ajouter un peu d’huile d’olive pour une texture plus crémeuse et facile à appliquer.
Appliquez la préparation sur l’ensemble de votre chevelure et laissez reposer 30 minutes à une heure.

Ensuite, rincez abondamment et lavez vos cheveux avec un shampooing doux.


A savoir pour ne pas avoir de mauvaises surprises
:

  • Si vous avez les cheveux blonds ou blancs et que vous ne recherchez pas une couleur “orange carotte”, cette coloration n’est pas pour vous !
  • Si vous venez de réaliser une coloration ou bien si vous avez traité vos cheveux pour un lissage, un défrisage…Les produits chimiques mélangés au henné peuvent créer une couleur verte et abîmer votre cuir chevelu et vos cheveux.

Vous êtes brune ou châtain foncé et vous souhaitez éclaircir vos cheveux :
Masque à base de miel, de citron et de cannelle :

Dans un bol, versez une cuillerée à café d’après-shampoing, un œuf, une cuillerée de miel, une cuillerée à café d’huile d’olive, une cuillerée à soupe de jus de citron puis une pincée de cannelle.

Mélangez bien, puis appliquez sur les cheveux. Laissez poser une heure.

Rincez, à l’eau tiède une première fois puis une seconde fois avec une infusion de camomille.

 

Masque à la cannelle pour des reflets légèrement cuivrés :

Dans un bol mélangez une cuillère à soupe de cannelle en poudre avec 4 cuillères à soupe de miel et une cuillère à soupe d’huile d’argan.

Appliquez ce mélange sur cheveux humides en peignant vos cheveux pour bien répartir le masque.

Laissez poser le plus longtemps possible, en vous tressant les cheveux ou en réalisant un chignon lâche.


Vous êtes châtain clair ou blonde et vous souhaitez éclaircir l’ensemble de votre chevelure ou réaliser des mèches :
L’infusion de camomille :

Dans une casserole, faire bouillir un litre d’eau dans laquelle vous laisserez infuser une cuillère à soupe bombée de fleurs de camomille séchées ou 3 sachets d’infusion de camomille.

Laissez infuser une dizaine de minutes. Filtrez.

Appliquez tiède sur vos cheveux, attachez-les et laissez sécher avant de rincer.

Vous pouvez aussi utiliser cette infusion en dernière eau de rinçage

La lotion à base de citron :

Rien de tel que le citron pour éclaircir les cheveux châtains ou blonds. Voici une recette de lotion à appliquer après votre shampoing : pressez 3 citrons puis mélangez le jus obtenu à ¼ de litre d’eau tiède

Pour éclaircir vos cheveux de façon uniforme, vous pouvez utiliser un vaporisateur (et garder la lotion pendant quelques jours au réfrigérateur pour renouveler l’expérience) :

Sur cheveux séchés, vaporisez la lotion sur toute la chevelure et passez un peigne pour la répartir uniformément.

Laissez agir deux heures, si possible en vous exposant au soleil pour un résultat encore plus visible, rincez et séchez.

Pour un meilleur résultat, n’hésitez pas à répéter cette opération chaque semaine pendant un mois.

 

Enfin, quelques conseils avant et après toute application de masques ou lotions éclaircissantes :

  • Une semaine avant l’application : testez le produit sur une mèche. Si des reflets roux oranges apparaissent, c’est que le produit ne vous convient pas.
  • Le jour J, appliquez le masque ou la lotion pendant 5 minutes, puis rallongez le temps de pause si vos cheveux réagissent bien.

Après l’application : n’hésitez pas à utiliser un masque nourrissant et hydratant.

Lise Martin


Et vous ?

Avez-vous coloré vos cheveux pendant votre grossesse ? Connaissiez vous les risques de certains de ces produits ? Avez-vous vos propres recettes de coloration naturelle ? Partagez votre expérience avec nous dans les commentaires ci-dessous !


Sources

  1. American Contact Dermatitis Society (http://www.contactderm.org/)
  2. David Schottenfeld,Joseph F. Fraumeni, “Cancer Epidemiology and Prevention”, 2006.
  3. The International Chemical Secretariat, Suède (http://chemsec.org/)
  4. http://www.inserm.fr/espace-journalistes/environnement-professionnel-de-la-femme-enceinte
  5. INRS (Institut National de Recherche et Sécurité), “Exposition aux produits cosmétiques et risques pour la grossesse chez les professionnelles de la coiffure”, Juin 2014
  6. Trouvé sur : http://www.quelle-sante.com/cosmetiques

5 thoughts on “12 astuces et conseils pour vous colorer les cheveux sans mettre votre futur bébé en danger

  • 28 April 2017 at 14 h 05 min
    Permalink

    Bonjour,

    Je suis presque à la fin de ma grossesse,bébé est prévu pour le 2 juin. J’ai tenu bon pour ne pas faire de couleur pendant les 8 derniers mois mais je trouve ça laid d’avoir les cheveux blancs, je me trouve négligée et j’ai envie d’être belle pour l’accouchement. Je vais tester le masque à la cannelle dont vous parlez et sinon je ferai peut être une colo végétale mais je n’ai pas de salon qui la propose dans ma ville.

    Reply
  • 28 April 2017 at 21 h 03 min
    Permalink

    Hello Naturelle maman,

    Je me revendique volontiers “maman nature” mais pas au point d’avoir des poils partout, la peau tiraillée ou grasse et les cheveux jusqu’aux fesses !! Je fais mes cosmétiques maison, y compris pour mes enfants.
    Pour éviter que med cheveux châtain clair ne foncent trop à cause des grossesses, je me fais des masques au jus de citron régulièrement et quand le temps le permet je laisse sécher au soleil. Je vous souhaites à toutes une belle grosse naturelle et sereine.

    Reply
  • 29 April 2017 at 21 h 38 min
    Permalink

    Presque pareil pour moi ! Comme le beau temps arrivé, je fabrique un spray éclaircissant maison composé d’infusion de camomille, d’eau salée et de citron. Après l’avoir appliqué, je laisse sécher au soleil.
    Je suis enceinte de 7 mois et j’ai moi aussi choisi de ne pas me faire de coloration pendant ma grossesse. Et en choisissant les options naturelles, j’ai découvert plein de supers astuces beauté qui marchent bien. J’encourage vraiment​ toutes les femmes enceintes à faire ce choix pour protéger au maximum nos bébés​ de tous les horribles produits chimiques dangereux dont vous parlez dans votre article.

    Reply
  • 6 May 2017 at 13 h 13 min
    Permalink

    Chère naturelle maman,

    Merci pour toutes ces idées de colo végétales. J’avoue que j’en connaissais certaines mais pas toutes. Et la grossesse est vraiment le bon moment pour moi de passer aux cosmétiques naturels. J’ai lu des articles sur les perturbateurs endocriniens, ça fait vraiment peur.

    Reply
  • 8 May 2017 at 14 h 50 min
    Permalink

    Moi c’est après mon accouchement que je me suis mise à avoir plein de cheveux blancs c’est terrible.

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

X