Pourquoi vous devez supprimer ces 11 aliments pendant 9 mois

J’ai trois péchés mignons : le saucisson, les sushis et les bons fromages.

Quand j’ai appris que je devais renoncer à TOUS mes aliments préférés pendant neuf mois, j’ai gentiment acquiescé devant la liste d’interdits que me tendait ma sage-femme et je me suis dit que je ferai bien ce que je voudrais dès que je sortirai de son cabinet !

Et c’est ce que j’ai fait pendant ma première grossesse, j’ai continué à manger de tout, et même à boire un fond de verre de vin pour les grandes occasions, malgré les regards de reproches que certains m’adressaient.

C’était avant de connaître l’histoire de mon amie Stéphanie, quelques années plus tard.

Un matin, sa gynécologue l’a appelée pour la prévenir qu’elle avait attrapé la toxoplasmose, et qu’elle devait de toute urgence commencer un traitement à base d’antibiotiques et réfléchir à une interruption médicale de grossesse.

Quelques jours plus tard, elle a été convoquée dans la maternité où elle était suivie pour une série d’examens, pendant lesquels tous les professionnels de santé qu’elle a rencontré lui ont conseillé d’avorter au plus vite…

Ce qu’elle a décidé de faire, à trois mois de grossesse, alors que son bébé avait 95% de chances de ne pas être atteint, mais aussi 5% de chances que son cerveau et son système nerveux soient très sévèrement endommagés (1).

C’est une histoire très dure, qui m’a énormément choquée et peinée, et qui m’a fait prendre conscience à quel point la grossesse est l’un des moments les plus délicats dans la vie d’une femme.

Et par conséquent, à quel point il est plus important que jamais de choisir une alimentation saine pendant la grossesse.

Je ne cherche pas à vous faire peur en vous adressant cette lettre. Je souhaite seulement que vous soyez suffisamment informée pour que vous prêtiez attention à ce que vous mangez, en veillant à éviter les aliments et les boissons qui peuvent vous nuire et altérer la santé de votre bébé.

La plupart des médecins se contenteront de vous tendre une feuille A4 listant les aliments proscrits sans prendre le temps de vous fournir des explications.

Je vais donc essayer de vous montrer de façon simple comment et pourquoi changer certaines de vos habitudes alimentaires, comme j’aurais aimé qu’on me l’explique quand j’étais enceinte.

Contrairement à ce que je croyais pendant ma première grossesse, certains aliments sont à bannir complètement de vos placards pendant neuf mois. D’autres sont à consommer avec modération. Les voici, classés en trois grandes catégories :


Les aliments à bannir complètement

 

1. La viande crue, insuffisamment cuite et transformée
La viande crue est source d'infections graves
© Maehle

Amatrices de tartare, je compatis à votre malheur. Manger de la viande crue ou peu cuite augmente votre risque

d’infection par plusieurs bactéries et parasites comme la toxoplasmose, le e-coli, la listériose et la salmonellose (2, 3).

Les bactéries peuvent menacer la santé du bébé à naître, conduisant éventuellement à une mort prématurée ou à des maladies neurologiques graves, y compris un retard mental, la cécité et l’épilepsie (4).

Si ce n’est pas vous qui avez fait cuire la viande, coupez-la jusqu’au centre, y compris les steaks hachés, le porc et la volaille, pour être sûre qu’aucune partie ne soit encore saignante ou bleue.

 

2. L’alcool

Comme je vous le disais, il m’est arrivé de boire un fond de verre de vin ou de champagne pendant mes grossesses, bien que les médecins et sages-femmes qui me suivaient me l’avaient formellement interdit.

Mais je vous parle de trois verres grand maximum pendant toute ma grossesse, pas d’alcool consommé régulièrement pendant neuf mois.

Et bien une grande étude danoise de 2012 m’a donnée raison en montrant qu’une consommation d’alcool très modérée pendant la grossesse n’avait pas de répercussions sur le développement de l’intelligence ou le niveau d’activités des enfants (5).

Autrement dit, si vous buvez un verre pour une grande occasion pendant votre grossesse, vous ne risquez pas grand chose.

Pourtant, de nombreuses études invitent les femmes enceintes à arrêter complètement leur consommation d’alcool, car elle augmente le risque de fausse couche et de mort in utero.

Même une petite quantité, ingérée au mauvais moment de votre grossesse, peut avoir un impact négatif sur le développement du cerveau de votre bébé (6, 7).

A forte dose, la consommation d’alcool peut aussi provoquer le syndrome d’alcoolisme foetal. Ce syndrome implique des malformations faciales, des malformations cardiaques et un retard mental (8) .

Alors étant donné qu’aucun niveau d’alcool n’a été prouvé comme sans risque pendant la grossesse, autant se priver pendant quelques mois, pour être sûre et certaine de fabriquer le bébé le plus parfait possible !

 

3. Les recettes à base d’œufs crus
Certains desserts à base d'oeufs crus sont à éviter
© Jen

Les œufs crus peuvent être contaminés par la salmonelle. Les symptômes d’infections à cette bactérie n’atteignent généralement pas le fœtus.

Seule la maman peut souffrir de fièvre, nausées, vomissements, crampes d’estomac et diarrhées (9) .

Cependant, dans de rares cas, l’infection peut provoquer des crampes dans l’utérus, conduisant à une naissance prématurée ou à une mort in utero (10).

La liste des aliments qui contiennent généralement des œufs crus sont : 

  • les desserts maison : tiramisu, cheesecake, bavarois, glaces, crème fouettée, glaçage des gâteaux, îles flottantes, mousses…
  • les pâtes à la carbonara
  • la mayonnaise et l’aïoli maison

La plupart des produits industriels qui contiennent des œufs crus sont fabriqués avec des œufs pasteurisés, et sont sans danger à consommer. Cependant, vous devez toujours lire l’étiquette pour vous en assurer.

 

4. Le poisson à haute teneur en mercure

Le corps est incapable de rejeter le mercure consommé par le biais des aliments, et son accumulation dans les tissus peut avoir de graves conséquences : il peut traverser le placenta et s’accumuler dans le cerveau et les autres tissus du fœtus (11).

Comme il se trouve dans les mers et les cours d’eau pollués, les gros poissons qui y vivent peuvent accumuler des quantités élevées de mercure.

Pour minimiser la quantité de mercure dans votre assiette, il suffit de bien choisir les poissons à cuisiner…

Les risques de contamination augmentent si le poisson est gros ou si c’est un prédateur. Parmi les poissons à haute teneur en mercure, on trouve :

  • l’espadon,
  • la lotte,
  • les thon blanc et albacore,
  • le requin,
  • le marlin,
  • la dorade,
  • le brochet.

Comme vous le voyez, la liste de poissons interdits n’est pas très longue et il reste de très nombreux poissons et crustacés que vous pouvez consommer pendant la grossesse.

Les poissons gras, riches en oméga-3 et en acides gras, importants pour le bébé, sont particulièrement recommandés.

Parmi les poissons et fruits de mer qui contiennent des quantités intéressantes d’oméga-3 et qui sont les moins contaminés au mercure, il y a : les anchois, l’omble, le hareng, le maquereau, le lieu noir, le saumon sauvage, l’éperlan, la truite arc-en-ciel, la sardine, le crabe, la crevette, les palourdes et les moules.

 

5. Le poisson peu ou pas cuit

Le poisson et les crustacés crus ou peu cuits peuvent causer plusieurs infections : la gastro-entérite, le vibrio, la salmonelle, la listériose et des parasites.

Certaines de ces infections n’affectent que la maman, vous laissant faible et déshydratée. D’autres infections peuvent être transmises à votre bébé avec des conséquences graves, voire fatales (12, 13).

Pendant la grossesse, vous êtes particulièrement sensible à la listériose. Des chercheurs de l’Université de médecine de Floride ont même prouvé que les femmes enceintes ont jusqu’à 20 fois plus de chances d’être infectée par la bactérie Listeria que le reste de la population (14).

Cette bactérie résiste au froid – elle prolifère dans le réfrigérateur et survit dans le congélateur – mais est tuée par la chaleur. Ainsi les aliments crus sont les plus fréquemment contaminé.

Il est impossible de reconnaître un aliment contaminé, il a la même apparence, le même goût et la même odeur qu’un produit sain.

Les poissons crus peuvent être infectés par l’eau dans laquelle ils ont vécu, mais aussi pendant leur transformation, s’ils ont été fumés ou séchés.

La listériose peut être transmise au fœtus à travers le placenta, même si sa maman ne montre aucun signe de maladie.

Cela peut conduire à un accouchement prématuré, une fausse couche, la mort du nourrisson à la naissance et d’autres problèmes de santé graves qui surviendront dans les premiers mois de la vie de votre bébé (15).

Les femmes enceintes sont donc invitées à éviter les poissons crus et les crustacés. Et cela comprend, pour mon plus grand malheur, les sushis…

 

6. Les graines germées crues

Les graines germées comme la luzerne, le trèfle, le radis et les pousses de haricot mungo peuvent être contaminées par la salmonelle (16) .

Les graines germées peuvent être contaminées par la salmonelle
© Mr Uke

Contrairement à la plupart des autres légumes, cette bactérie peut contaminer les graines germées, qui sont si fines qu’elles sont presque impossible à nettoyer.

Pour cette raison, il est conseillé aux femmes enceintes d’éviter complètement les graines germées crues, que vous pouvez par contre manger cuites (si vous y tenez vraiment !) (17).

 


Les aliments à consommer avec modération

 

7. Les abats

Les abats (foie, rognons, reins…) sont riches en nutriments précieux pendant la grossesse comme le fer, la vitamine B12 , la vitamine A et le cuivre.

Mais contrairement à ce que me disait ma grand-mère qui me conseillait de manger le plus souvent possible du foie de veau persillé pour faire remonter mon taux de fer, manger trop de vitamine A d’origine animale est déconseillé pendant la grossesse .

Si vous mangez très régulièrement des abats, la vitamine A peut même entraîner des malformations congénitales graves chez le fœtus (18).

 

8. Le café et les boissons à la caféine

Une étude scandinave menée sur près de 60 000 femmes enceintes en 2013 a conclu qu’une forte consommation de caféine pouvait causer un retard de croissance du fœtus et augmenter le risque d’un faible poids à sa naissance (19).

Et ce n’est pas son seul méfait… Le café est aussi riche en acide urique.

Si vous en buvez après votre repas, il va séquestrer les minéraux apportés par les aliments que vous aviez ingérés avant… Dommage, une partie des nutriments ne sera pas assimilé par votre organisme.

La caféine est absorbée très rapidement, et passe facilement dans le placenta jusqu’au fœtus.

Il est donc recommandé aux femmes enceintes de limiter leur consommation quotidienne de café, de thé, de coca-cola, de boissons énergisantes, et de chocolat (dont on oublie souvent qu’il contient aussi de la caféine).

La quantité maximum conseillée est de 2 à 3 tasses de café par jour.

flick-r-evan-p-cordes-fullhouse-cafe-4954070011_0157377b8d_z
© Evan P. Cordes

Si vous êtes une adepte de thé ou de café, je vous conseille de garder votre tasse de café la plus indispensable (pour moi, celle du matin dans mon lit !).

Et pour le reste de la journée, de vous mettre aux infusions (dont certaines sont excellentes pendant la grossesse comme la vigne rouge ou la feuille de framboisier) ou au rooibos (boisson sans théine venu d’Afrique du Sud dont le goût est très proche du thé).

L’important est que vous continuiez à boire autant qu’avant, d’autant plus que vos besoins en eau augmentent.

 

9. Les aliments transformés et industriels

La grossesse est une période de croissance rapide pendant laquelle votre corps a besoin de quantités accrues en nombreux nutriments essentiels, comme les protéines, l’acide folique et le fer.

Pourtant, même si tout le monde vous conseille de “manger pour deux”, votre corps n’a pas besoin de deux fois plus de calories !

Ce n’est qu’à partir des deuxième et troisième trimestres que vous aurez besoin d’environ 350 à 500 calories supplémentaires par jour (20). Cela correspond à environ deux tranches de pain complet avec un morceau de fromage, ou à un bol de céréales avec un yaourt et un fruit.

Pour obtenir tous les nutriments dont vous avez besoin pendant votre grossesse, vous ne devriez consommer que des produits frais et entiers.

Pour être sûre de manger les bonnes choses, posez vous cette question : “Est-ce que ma grand mère aurait mangé ça quand elle avait mon âge ?”.

Si la réponse est non – car non, votre mamie ne mangeait pas de lasagnes surgelées, de fast food, de kebab, de gâteaux et biscuits du commerce, de sauces en boîte ou en tube, de crèmes dessert individuelles, etc, – mieux vaut vous abstenir !

La nourriture industrielle est généralement plus pauvre en nutriments et beaucoup plus riche en calories, en sucres et en mauvaises graisses.

Même s’il est nécessaire de prendre du poids pendant votre grossesse, la prise de poids en excès, souvent liée à la “malbouffe”, a été liée à de nombreuses complications et à des maladies comme le diabète gestationnel et des complications à la naissance.
Il peut également augmenter le risque d’avoir un enfant en surpoids (21).


Les aliments à consommer avec précaution

 

10. Les fruits et légumes

Entendons-nous bien, il n’est pas question de manger moins de fruits et de légumes. C’est au contraire le moment où votre corps a plus besoin que jamais de tous les vitamines et minéraux qu’ils contiennent.

Il va juste falloir faire plus attention à bien les laver et à les éplucher avant de les manger.

Car c’est dans la peau des fruits et des légumes qu’on peut trouver plusieurs bactéries et parasites dangereux pour les femmes enceintes (22).

Parmi eux, on retrouve à nouveau la toxoplasmose, le E. coli, la salmonelle et la listeria, qui peuvent être transmis par la terre ou pendant la récolte, la transformation, le stockage, le transport ou la vente au détail.

Et cela n’a rien à voir avec la provenance de vos légumes. Même si vous cultivez tous vos légumes vous-même ou que vous les achetez uniquement chez des producteurs biologiques, vous n’êtes pas à l’abri d’être contaminée.

Gare à la toxoplasmose dans vos feuilles de salade…

Dans les parasites très dangereux qui peuvent persister sur les fruits et légumes, il y a notamment la bactérie qui cause la toxoplasmose.

En France, près de 45% des adultes ont déjà été contaminés durant l’enfance ou l’adolescence sans jamais s’en rendre compte.

La majorité des personnes qui attrapent la toxoplasmose ne présentent aucun symptôme, tandis que d’autres peuvent ressentir les symptômes de la grippe, sur une période d’un mois ou plus (23).

Et puis il y a les autres qui – comme moi après trois grossesses… – ne sont pas immunisées et doivent faire une prise de sang chaque mois et prendre de très nombreuses précautions pour laver, éplucher et cuire les fruits et légumes.

La plupart des bébés qui sont infectés par la toxoplasmose in utero ne présentent aucun symptôme à la naissance. Cependant, les symptômes comme la cécité ou une déficience intellectuelle peuvent se développer plus tard au cours des premières années de leur vie.

Seul un très faible pourcentage de nouveau-nés infectés ont des lésions oculaires ou cérébrales graves à la naissance.

 

11. Le lait, le fromage et les jus de fruit

Le lait cru, le fromage et les jus de fruit non pasteurisés peuvent aussi contenir toute une gamme de bactéries nocives, comme la listeria, la salmonelle, le E. coli et le Campylobacter.

La pasteurisation est le moyen le plus efficace pour tuer toutes ces bactéries nocives, sans modifier la valeur nutritionnelle des produits (24).

Ne consommez que du fromage pasteurisé
Ne consommez que du fromage pasteurisé   © Getaway Guru

Afin de minimiser le risque d’infections, veillez à ne consommer que du lait, du fromage et des jus de fruit pasteurisés.

Je sais, ce sont loin d’être les meilleurs au point de vue du goût et des qualités nutritionnelles, mais mieux vaut cela que de vous en priver complètement, non ?

J’en ai terminé avec ma liste d’interdits. J’espère que ma lettre ne vous aura pas fait trop peur et vous aura donné envie de vivre une grossesse saine et nourrie de bons aliments.

Je suis sûre que vous trouverez de nombreuses autres sources de plaisir parmi les très nombreux aliments qui vous sont autorisés, voire fortement recommandés pendant la grossesse (vous pouvez lire à ce sujet ma lettre sur les meilleurs aliments recommandés aux femmes enceintes).

Retenez que ce que vous mangez pendant votre grossesse affecte votre énergie et votre bien-être. Cela peut aussi affecter directement la santé et le développement de votre bébé.

Anne-Laure Brunelle

Et vous ?
Quels aliments avez-vous évité de manger pendant la grossesse ? Votre médecin ou votre sage-femme vous a-t-il alerté sur les aliments à risques ? Avez-vous bravé certains interdits ? Partagez votre expérience avec nous dans les commentaires ci-dessous.

Sources

  1. Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES). Toxoplasmose. Site internet : ANSES. Paris
  2. Ministère des Affaires Sociales et de la Santé, “La Listériose”. Trouvé sur : http://social-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/article/listeriose
  3. Cook AJ, Gilbert RE, Buffolano W, Zufferey J, Petersen E, Jenum PA, Foulon W, Semprini AE, Dunn DT, “Sources of toxoplasma infection in pregnant women: European multicentre case-control study.”, European Research Network on Congenital Toxoplasmosis, 2000. Trouvé sur : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10894691/
  4. Meyer C, Thiel S, Ullrich U, Stolle A, “Salmonella in raw meat and by-products from pork and beef”, Journal of Food Protection, 2000. Trouvé sur : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21067664
  5. Skogerbø Å, Kesmodel US, Wimberley T, Støvring H, Bertrand J, Landrø NI, Mortensen EL., “The effects of low to moderate alcohol consumption and binge drinking in early pregnancy on executive function in 5-year-old children”, Institute of Public Health, University of Copenhagen, Denmark, 2012. Trouvé sur : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22712874
  6. Aliyu MH, Wilson RE, Zoorob R, Chakrabarty S, Alio AP, Kirby RS, Salihu HM, “Alcohol consumption during pregnancy and the risk of early stillbirth among singletons”, Department of Family and Community Medicine, Meharry Medical College, Nashville, USA, 2008. Trouvé sur : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18562153
  7. Bailey BA, Sokol RJ, “Prenatal alcohol exposure and miscarriage, stillbirth, preterm delivery, and sudden infant death syndrome”, Department of Family Medicine, East Tennessee State University, Johnson City, Tennessee, 2011. Trouvé sur : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23580045/
  8. Van Wieringen H, Letteboer TG, Pereira RR, de Ruiter S, Balemans WA, Lindhout D., “Diagnosis of fetal alcohol spectrum disorders”, Dutch Journal of Medicine, 2010. Trouvé sur : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20858301
  9. Lopez A, Dietz VJ, Wilson M, Navin TR, Jones JL., “Preventing congenital toxoplasmosis”, Division of Parasitic Diseases, National Center for Infectious Diseases, 2000. Trouvé sur : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15580732/
  10. Kendall P, Medeiros LC, Hillers V, Chen G, DiMascola S., “Food handling behaviors of special importance for pregnant women, infants and young children, the elderly, and immune-compromised people”, Journal of the American Dietetic Association, 2003. Trouvé sur : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/14647094/
  11. Mahaffey KR, “Mercury exposure: medical and public health issues”, American Clinical et Climatological Association, 2005. Trouvé sur : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16555611/
  12. Butt AA, Aldridge KE, Sanders CV, “Infections related to the ingestion of seafood Part I : Viral and bacterial infections”, Division of Infectious Diseases, University of Pittsburgh, 2004. Trouvé sur : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15050937
  13. Butt AA, Aldridge KE, Sanders CV, “Infections related to the ingestion of seafood Part II : parasitic infections and food safety”, Division of Infectious Diseases, University of Pittsburgh, 2004. Trouvé sur :  http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15120346
  14. Southwick FS, Purich DL, “Intracellular pathogenesis of listeriosis”, Division of Infectious Diseases, Department of Medicine, University of Florida College of Medicine, 1996. Trouvé sur : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/8592552/
  15. Scialli AR, Rarick TL, “Salmonella sepsis and second-trimester pregnancy loss”, Department of Obstetrics and Gynecology, Georgetown University School of Medicine, Washington, 1992. Trouvé sur : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/1565377/
  16. Olaimat AN, Holley RA, “Factors influencing the microbial safety of fresh produce: a review”, Department of Food Science, University of Manitoba, Winnipeg, Canada, 2012. Trouvé sur : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22850369
  17. Federal Food Safety of United States, “Sprouts: What You Should Know”. Trouvé sur : http://www.foodsafety.gov/keep/types/fruits/sprouts.html
  18. INPES, “Guide nutrition pendant et après la grossesse”, trouvé sur : http://inpes.santepubliquefrance.fr/CFESBases/catalogue/pdf/1060.pdf
  19. “Maternal caffeine intake during pregnancy is associated with birth weight but not with gestational length: results from a large prospective observational cohort study”, 2013. A télécharger sur : http://goo.gl/sZA4Ae
  20. Pinto E, Barros H, dos Santos Silva I., “Dietary intake and nutritional adequacy prior to conception and during pregnancy: a follow-up study in the north of Portugal”, Department of Hygiene and Epidemiology, University of Porto Medical School,2009. Trouvé sur : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18752697
  21. Yang Q, Zhang Z, Gregg EW, Flanders WD, Merritt R, Hu FB, “Added sugar intake and cardiovascular diseases mortality among US adults”, Journal of the American Medical Association, 2014. Trouvé sur : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24493081
  22. Leff JW, Fierer N., “Bacterial communities associated with the surfaces of fresh fruits and vegetables”, Cooperative Institute for Research in Environmental Sciences, University of Colorado, 2003. Trouvé sur : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23544058
  23. “Toxoplasmose : définition, symptômes et complications possibles”. Trouvé sur : http://www.ameli-sante.fr/toxoplasmose/toxoplasmose-definition-symptomes-et-complications-possibles.html
  24. Lejeune JT, Rajala-Schultz PJ, “Food safety: unpasteurized milk: a continued public health threat”, Food Animal Health Research Program, Ohio Agricultural Research and Development Center, Wooster, Ohio, 2009. Trouvé sur : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19053805

5 thoughts on “Pourquoi vous devez supprimer ces 11 aliments pendant 9 mois

  • 16 January 2017 at 22 h 43 min
    Permalink

    Est-ce que vous pourriez plutôt expliquer quels sont les aliments qui sont très bons pendant la grossesse ? On nous dit sans arrêt ce qu’il ne faut pas manger mais jamais l’inverse !

    Reply
    • Lise Martin
      19 January 2017 at 9 h 02 min
      Permalink

      Bonjour Danaé,

      Vous avez tout à fait raison, je suis justement entrain de préparer un article à ce sujet. Je le posterai dans les prochains jours,

      A très vite

      Reply
  • 17 January 2017 at 21 h 25 min
    Permalink

    L’histoire de votre amie qui a dû subir une interruption médicale de grossesse à cause de la toxoplasmose m’a beaucoup touchée. Je suis enceinte de mon 3eme et j’avoue ne pas faire vraiment attention à ce que je mange. Mais comme on habite à la campagne, je lave bien mes légumes et évite d’acheter mon fromage et lait direct chez le producteur (alors que c’est pourtant la qu’il est le meilleur). Sinon je préfère me faire plaisir pendant la grossesse plutôt que de me priver de tout, ces neuf mois sont sensés être les plus beaux de notre vie alors autant en profiter !!

    Reply
  • 17 January 2017 at 21 h 31 min
    Permalink

    Je ne savais pas qu’il y avait autant de poissons interdits pendant la grossesse, je pensais qu’il fallait au contraire en manger beaucoup… C’est déprimant de savoir qu’on peut mettre en danger notre bébé avec ce qu’on mange, je vais essayer de faire hyper attention à mon alimentation pendant la grossesse mais j’ai l’impression que c’est peine perdue à cause de la pollution et de la nourriture industrielle. Bref, je ferai au mieux pour avoir le plus beau des bébés (et surtout en bonne santé).

    Reply
  • 20 February 2017 at 16 h 23 min
    Permalink

    Merci beaucoup! J’ai appris que je ne suis pas immunisée contre la toxo et cet article vient valider ce qu’on m’a dit. MERCI !

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

X