Bonjour et bienvenue chez Naturelle maman !19 septembre 2020
remèdes pour récupérer après une fausse-couche

Fausse couche : 21 remèdes et le soutien dont vous avez besoin pour guérir

Une fausse couche peut avoir des effets destructeurs, qu’il ne faut surtout pas minimiser. Après avoir vécu la perte de votre bébé, votre cœur et votre corps ont besoin de soins particuliers. Voici une sélection de remèdes naturels pour vous aider à guérir et à récupérer.

Nous sommes nombreuses – une femme sur quatre en moyenne – à vivre la perte brutale d’un bébé.

Pourtant, même si les fausses couches avant 12 semaines sont fréquentes et la plupart du temps sans gravité, ça n’en reste pas moins un vrai traumatisme dont l’impact psychologique et physique est trop souvent traité avec indifférence par les professionnels de santé.

Je peux en témoigner : j’ai vécu une fausse couche il y a 8 ans.

Un soir, alors que j’étais enceinte de 7 semaines, je me suis mise à saigner.

Ce n’était pas des petites traces de sang non, ça coulait à flots et je peinais à les contenir avec une serviette hygiénique.

Sous le choc, je me suis plongée dans un bain très chaud, et j’y suis restée longtemps.

Regardant la baignoire qui rougissait, rougissait, je pleurais en disant adieu à mon bébé.

Bizarrement, je ne me suis pas inquiétée.

J’avais simplement besoin de calme et d’isolement pour vivre ce deuil sans être dérangée.

Les saignements ont fini par se calmer et j’étais si triste et choquée que je n’ai pas eu le courage de partir aux urgences de la maternité.

Je savais, nous savions tous les deux, que nous avions perdu notre bébé.

Nous nous sommes couchés l’un contre l’autre et ne nous sommes plus lâchés.

J’ai cette immense chance d’avoir un homme que j’aime à mes côtés, et j’ai la certitude absolue que je peux me reposer quand je suis triste ou en difficulté…

Mais ce n’est malheureusement pas le cas de toutes les femmes qui vivent une fausse couche, mais j’y reviendrai.

« Une fausse couche, ça arrive à tout le monde, ce n’est pas grave »…

Ce n’est que le lendemain matin que nous sommes allés à la maternité pour une échographie, où le gynécologue m’a presque félicitée parce que « l’embryon avait déjà été expulsé » et que j’avais un « endomètre de très bonne qualité« …

Surpassant l’agacement de me sentir comme une marchandise de « bonne qualité » sur l’étal d’un marché, j’ai eu la présence d’esprit de lui demander pourquoi j’ai perdu mon bébé ? Qu’est-ce que j’ai mal fait ?

Et la seule réponse que j’ai obtenu est que « Une fausse couche ca arrive à tout le monde madame, ce n’est pas grave« .

Je vous laisse imaginer qu’il m’a fallu trouver d’autres sources de soutien pour surmonter ma culpabilité…

Les principales causes d’une fausse couche qui prouvent que vous ne pouvez rien contrôler

Ce deuil fait partie de mon histoire de maman de trois enfants, qui a connu bien d’autres péripéties et rebondissements depuis !

Et j’ai appris à la surmonter en lui donnant du sens.

Pour moi, c’est la nature qui a bien fait son travail et qui a expulsé de mon corps un bébé qui n’aurait pas pu vivre en pleine santé.

C’est mon interprétation personnelle, qui m’a fait du bien, mais c’est aussi ce que prouve la science : une fausse couche est très rarement de la faute d’une femme enceinte.

Cette liste rapide vous prouvera que vous n’avez pas à ressentir de culpabilité.

La grande majorité des fausses couches sont dues à :

  • Un ovule ou un spermatozoïde défectueux
  • un col de l’utérus trop lâche
  • un dérèglement thyroïdien
  • une anomalie chromosomique de l’embryon
  • un dérèglement hormonal ou thyroïdien.
  • une carence en certains nutriments
  • certaines maladies chroniques comme le diabète

Je sais à quel point c’est dur à accepter mais la seule chose que vous avez à faire est de laisser la nature décider.

Sauf en cas de fausses couches répétées, la perte d’un bébé au cours du premier trimestre n’a rien d’inquiétant ni de pathologique.

Cela n’enlève rien de la gravité de l’épreuve que vous avez à surmonter

Que se passe-t-il une fois qu’une fausse couche est confirmée ?

Dans la majorité des cas, votre gynécologue ou votre sage-femme vous laissera le choix : attendre que l’expulsion de l’embryon arrive spontanément, prendre un cachet pour provoquer l’expulsion et si la grossesse est déjà avancée, prendre rendez-vous pour un curetage.

Je vous conseille vraiment de prendre le temps avant de choisir.

Vous pouvez être tiraillée par énormément de sentiments contradictoires : le fait de savoir que vous portez la mort, la peur que ce soit complètement fini, la peur de la douleur, etc.

C’est une décision qui n’est pas sans conséquence sur votre deuil et vous avez tout à fait le droit de prendre quelques heures, voire quelques jours pour vous décider, à condition de surveiller votre température régulièrement et l’abondance de vos saignements pour prévenir les risques d’infection et d’hémorragie intra-utérines.

Les plantes utilisées par certaines sages-femmes

Pour favoriser l’expulsion, la teinture-mère de caulophyllum : 20 gouttes diluées dans un verre d’eau à prendre deux fois par jour.

Pour contrôler les saignements, la teinture-mère de bourse à pasteur ou d’hamamélis, 10 à 20 gouttes diluées dans un verre d’eau à prendre autant de fois que nécessaire.

L’homéopathie pour vous remettre du choc et favoriser une nouvelle grossesse

En homéopathie, vous pouvez commencer par prendre une dose d’Arnica 15 CH, puis continuer avec 3 granules d’Arnica 9 CH trois fois par jour pendant 8 jours pour vous remettre du choc que vous venez de subir.

Une fois que les saignements se seront arrêtés, vous pourrez ensuite prendre 5 granules Luteinum 5CH associé à Thuya 7CH, matin et soir, pendant tout votre cycle pour améliorer la qualité de la muqueuse utérine et favoriser ainsi l’implantation de l’œuf lors d’une prochaine grossesse.

Un médecin ou une sage-femme homéopathe pourra également ajouter un traitement de fond avec Ovarinum, Folliculinum et Actea Racemosa pour corriger et réguler votre système hormonal.

Des Fleurs de Bach et des huiles essentielles pour apaiser vos émotions

Comme je vous le disais, beaucoup de femmes n’ont pas la chance de recevoir le soutien nécessaire dont elles auraient tant besoin pour faire le deuil et se remettre, tant sur le plan physique que psychique, du choc et du deuil qu’elles viennent de traverser.

Mais même si votre entourage ne vous apporte pas le soutien que vous méritez, certaines huiles essentielles et fleurs de Bach peuvent vous aider à supporter la souffrance et accompagner le deuil pour ne pas vous laisser submerger par vos émotions.

🌷 Le Rescue Remedy, qui existe sous forme de pastille, de spray ou de gouttes, est un remède fiable contre les chocs. La prise peut être répétée toutes les demi-heures, aussi longtemps que vous en ressentirez le besoin.

🌷 L’huile essentielle de lavande vraie permet de réguler et d’apaiser les émotions de tristesse et de deuil, tout en favorisant un sommeil récupérateur, dont vous aurez grand besoin. Elle va également aider fortement à soulager les crampes. Pensez à en mettre quelques gouttes sur votre oreiller ou à en diluer quelques gouttes dans une huile végétale pour vous masser avec.

🌷 Les huiles essentielles d’orange douce ou de citron en diffusion atmosphérique vont aider à apaiser votre système nerveux tout en vous apportant une note de fraîcheur et de la légèreté.

🌷 L’huile essentielle d’Hélichryse italienne est traditionnellement utilisée pour apaiser les situations de choc et les traumatismes, tant physiques que psychiques. Elle peut être d’une aide précieuse pour vous aider à accepter de faire le deuil tout en luttant contre l’anxiété. En massage, diluez 2 ml d’huile essentielle d’hélichryse italienne dans 8 ml d’huile végétale d’arnica (environ 35 gouttes dans une cuillère à café d’huile végétale) et massez votre ventre avec (environ 35 gouttes dans une cuillère à café d’huile végétale).

🌷 Si vous peinez à retrouver de l’énergie, un massage des reins à base d’huile essentielle de gingembre diluée dans une huile végétale (20 gouttes pour une cuillère à café d’huile ) vous apportera une sensation de chaleur tout en vous aidant à retrouver du tonus et de la vitalité.

Des huiles végétales apaisantes pour vous masser

Le fait de masser le bas de votre ventre et de votre dos, votre plexus solaire, vos mains et la plante des pieds peuvent vous aider à « recharger votre énergie » :

🌼 L’huile végétale d’arnica possède une action analgésique et anti-inflammatoire puissante qui va vous aider à surmonter l’état de choc, mais aussi à calmer l’inflammation et réparer le traumatisme au niveau de l’utérus.

🌼 L’huile végétale de millepertuis va également apaiser les crampes et inflammations. Ambroise Paré le préconisait comme remède précieux « pour les blessures profondes et celles qui traversent le corps ». En massage au niveau des reins et du plexus solaire, le millepertuis va vous apaiser et vous aider à rééquilibrer votre énergie.

Les plantes reconstituantes et apaisantes

Pour apaiser votre corps, réguler les pertes de sang et vous protéger des risques de complications, plusieurs tasses par jour d’une de ces plantes ou de plusieurs mélangées vous apporteront une aide précieuse :

🌿 Trois tasses d’infusion d’achillée millefeuille, plante féminine et douce par excellence, vont vous aider à réguler les pertes de sang et à évacuer le « vieux » sang, évitant ainsi les risques d’infection tout en calmant les hémorragies et les pertes de sang trop importantes. L’achillée aide aussi à calmer les inflammations de l’endomètre provoquée par la perte prématurée du fœtus.

🌿 L’alchémille (que vous pouvez mélanger à parts égales avec l’achillée millefeuille) va permettre de rééquilibrer votre système hormonal. Elle sera d’un secours merveilleux pour aider à reconstituer l’appareil utérin et contribuer au rétablissement de votre cycle.

🌿 Pour travailler sur le système nerveux, je vous conseille aussi la camomille matricaire, plante très féminine et apaisante, qui aide à calmer les états anxieux et dépressifs, ainsi que les états de chocs. Elle est également précieuse pour calmer les crampes utérines. A boire aussi en infusion plusieurs fois par jour.

🌿 Si vous en preniez pendant votre grossesse, vous pouvez continuer les infusions de feuilles de framboisier, qui sera d’un précieux soutien pour aider à réparer et à tonifier toute la sphère utérine ainsi que la zone du périnée. Son action sera également apaisante en cas de crampes.

Les plantes à consommer en infusion après une fausse couche

Les remèdes naturels reconstituants et fortifiants si vous avez perdu beaucoup de sang

Le Ristabil est un complément alimentaire à base d’extraits d’éleuthérocoque, de myrtille et d’églantier associés à de la gelée royale et à de la vitamine B, spécialement conçu pour favoriser la récupération physique et psychique, réduire la fatigue et renforcer le système immunitaire. Ca s’achète en pharmacie et c’est à prendre en cure de 10 jours.

Les Sels de Schüssler n° 1 et 11, combinés au «trio de combat» nos 3, 5 et 8, soutiennent la reconstitution de la muqueuse utérine et aident à lutter contre l’abattement et les sentiments négatifs. Dissolvez les comprimés de sels de Schüssler dans environ 1,5 litre d’eau et buvez cette solution durant la journée. La cure dure de deux à trois mois.

Floradix Fer est un complément alimentaire à base de gluconate de fer et d’extraits de plantes qui favorisent son assimilation, à prendre en cure d’un à trois mois si vous avez perdu beaucoup de sang pour prévenir les risques d’anémie et la fatigue : une cuillere à soupe (environ 10 ml) deux fois par jour avant les repas.

Prenez le temps de faire votre deuil

J’aimerais terminer cet article en vous disant les mots que j’aurais aimé entendre quand cela m’est arrivé.

Vous allez le droit d’être très triste et de beaucoup pleurer. Autorisez-vous à avoir mal et à vous faire consoler. Ce n’est pas parce que les fausses couches sont banalisées par le corps médical que vous n’avez pas le droit d’être très triste, longtemps et de pleurer la perte de votre bébé. De cette nouvelle petite famille dans laquelle vous vous étiez projetée.

Et surtout, n’ayez aucune honte, ni culpabilité.

C’est le moment de renouer avec votre corps de femme en en prenant grand soin, cela va vous aider à vous guérir de cette épreuve plus rapidement.

Massez-vous, dormez, prenez de longs bains chauds avec quelques gouttes d’huile essentielle diluée dans un peu de lait ou de gel douche, pratiquez des étirements ou certaines postures de yoga si vous y êtes habituée, renouez en douceur avec ce qui vous fait plaisir, mangez des plats chauds et reconstituants qui vous donnent de l’énergie pour continuer à avancer.

Pour celles d’entre vous qui auront subi un curetage, il peut être traumatisant de sortir de l’hôpital sans avoir pu voir le corps du fœtus et sans savoir où il va.

Pour permettre à votre esprit et à votre âme d’intégrer pleinement que vous avez perdu votre bébé, vous pouvez trouver un rituel qui vous permettra de mieux accepter et intégrer cette étape du deuil et accueillir certaines émotions qui pouvaient être retenues et intériorisées.

Si l’idée vous plaît, vous pouvez acheter ou cueillir un beau bouquet de fleurs ou tout simplement allumer une bougie pour aider l’âme de votre bébé à continuer son voyage.

rituel avec des fleurs après une fausse couche

Vous pouvez aussi écrire ce qui vient de vous arriver, ou bien écrire une lettre à votre bébé et l’enterrer ou la brûler pour rendre l’âme de votre bébé à la terre ou à l’air qui l’ont portée.

Peu importe ce que vous faites et la manière que vous trouvez pour vous approprier ce moment, l’important est que vous gardiez en tête que la nature est plus forte que tout, que vous n’avez pas de contrôle sur ce qui vient de vous arriver, que ce n’est pas votre faute et que vous n’avez surtout pas à culpabiliser.

Et vous ? Comment avez-vous vécu votre fausse couche ? Qu’est-ce qui vous a aidée à la surmonter ? Que vous a-t-on conseillé pour récupérer ? Partagez votre expérience et vos conseils avec la communauté des Naturelles mamans dans les commentaires ci-dessous.

Anne-Laure Brunelle

Et après ?

Il n’existe pas un délai précis avant de tomber à nouveau enceinte après une fausse couche, mais il est souvent conseillé d’attendre 2 mois pour permettre à corps de reprendre des forces et pour permettre de faire le deuil de la précédente grossesse. En attendant, vous pouvez préparer votre corps en recevant (gratuitement) dans votre boîte mail notre guide « 7 Trésors de la nature pour votre fertilité », il vous suffit de cliquer sur l’image ci-dessous :

Cliquez pour le recevoir gratuitement !


Avertissement : En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site de Naturelle maman ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un gynécologue, une sage-femme ou autre professionnel de la périnatalité, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.

5 Comments

  1. Avatarbluebird Reply

    Juste pour vous remercier de votre article qui m’a beaucoup touchée. J’ai la sensation de ne pas être légitime dans ma tristesse suite à ma grossesse qui s’est terminée froidement et médicalement et à part pour mon compagnon et moi même… c’est comme si ce bébé qu’on aimait déjà tant n’avais jamais vraiment existé. Alors merci très sincèrement 🙂

  2. AvatarMellys Reply

    Rien que le terme fausse couche est mal choisi, comme si ce début de grossesse sonnait faux, alors que ce bébé, il existait bien, lui. Et il est bel et bien parti, laissant derrière lui un vide incommensurable, autant physique puisque le ventre ne porte plus rien, que psychologique puisque on s’était déjà tant imaginée le porter, le câliner et avancer avec lui dans une nouvelle vie…

  3. AvatarRbka Reply

    J’ai vecu 2 fausse couches et la mort d’un Bébé quelques heures apres sa naissance.
    A chaque fois , c’etait différent, mais à chaque fois, j’ai eu le sentiment que ma douleur n’etait pas prise en compte…
    C’est difficile de parler de cela, parce qu’on a un énorme sentiment de culpabilité, et l’impression qu’il faut passer vite à autre chose… Mais je sens que la parole commence à se libérer. L’article de Marie-Hélène Lahaye « Une fausse couche pleine de grâce » m’avait aidée.

  4. AvatarStéphanie Reply

    Je viens de le vivre, à 7 semaines de grossesse comme vous, je me sens comme vidée, vide, sans vie. Merci pour votre article et pour votre site qui fait du bien à tant de femmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *