Bonjour et bienvenue chez Naturelle maman !29 octobre 2020
position inversée en avant de spinning babies pour la grossesse et l'accouchement

Inversion en avant : un trésor pour votre accouchement

L’inversion en avant (Forward Leaning Inversion) est une position enseignée par la sage-femme Gail Tully de la méthode Spinning Babies pour assouplir les ligaments et les parois de l’utérus afin de permettre à votre bébé d’être dans la position parfaite pour votre accouchement. Découvrez comment la pratiquer.

Combien de mamans sortent de leur échographie du troisième trimestre de grossesse avec un verdict qui leur a fait peur (souvent pour rien) ?

Le ou la gynécologue ou sage-femme vient de leur annoncer que leur bébé était en siège ou en position transverse.

Certains échographes vont même jusqu’à évoquer l’éventualité d’une césarienne, alors que leur bébé a encore tout son temps pour se retourner…

Face à ce diagnostic médical, qui sonne bien souvent comme une sentence, combien de femmes enceintes se sentent démunies, angoissées et en manque d’informations pour aider leur bébé à se mettre dans la bonne position ?

Si c’est votre cas ou si vous souhaitez mettre toutes les chances de votre côté pour ne pas en arriver là, la position de l’inversion en avant vous sera d’un précieux soutien tout au long de votre grossesse et même pendant votre accouchement.

Les bienfaits de l’inversion en avant pour l’accouchement

La position de l’inversion en avant aide à assouplir les parois de l’utérus en relaxant les ligaments de l’utérus inférieur et du col de l’utérus qui peuvent être tendus, voire mal placés à cause d’une mauvaise position répétée tout au long de la grossesse.

Pratiquée régulièrement, l’inversion en avant permet aux ligaments d’aligner l’utérus avec le bassin.

Le col de l’utérus peut devenir moins incliné et permettre à votre bébé de bien se positionner, et au col de l’utérus de se dilater plus facilement pendant le travail.

Les femmes enceintes qui ont pratiqué cette position régulièrement témoignent aussi d’une réduction des maux de dos, du bassin et du coccyx.

position inversée en avant pratiquée en cours de préparation à l'accouchement
Certaines sages-femmes formées à la méthode Spinning Babies enseignent cette position pendant leurs cours de préparation à l’accouchement.

Comment faire la position de l’inversion en avant pendant la grossesse ?

Vous pouvez pratiquer la position de l’inversion en avant tout au long de votre grossesse, en restant bien à l’écoute de votre corps et en bougeant lentement pour éviter tout risque de chute et protéger votre bébé et votre placenta.

– Agenouillez-vous au bord d’un canapé ou de votre lit.

– Tenez le bord du canapé, du lit ou de toute autre surface sur laquelle vous êtes à genoux.

– Baissez-vous lentement jusqu’à ce que vos mains soient à plat sur le sol, puis baissez-vous davantage pour vous reposer sur vos avant-bras. Les coudes sortis, les mains proches l’une de l’autre.

– Faites-vous aider les premières fois que vous la pratiquez car votre centre de gravité se déplace au cours de votre grossesse et vous pourriez être déséquilibrée.

– Utilisez un tabouret ou une marche, si vous le souhaitez, pour vous aider à descendre vos mains.

– Laissez pendre votre tête librement. Votre menton est rentré. Ne posez pas votre tête sur le sol. Votre cou peut avoir besoin d’un petit mouvement. Redressez vos épaules pour faire de la place à votre tête.

– Vos genoux sont proches du bord, vos fesses sont les plus hautes possible. Vous pouvez incliner ou balancer vos hanches si vous le souhaitez, ou doucement onduler lentement votre colonne vertébrale.

– Vous pouvez aplatir le bas de votre dos (inclinaison pelvienne postérieure) pour donner plus de place au haut de votre bassin.

– Prenez 3 respirations. Ventre lâche, épaules fortes. Le menton replié et la tête le plus loin possible de vos épaules.

– Revenez sur vos mains, puis soulevez-vous pour revenir à nouveau à une position à genoux sur le bord de votre lit (voir photo), en utilisant un tabouret, un gros livre ou la personne qui vous aide. Prenez deux respirations ici. Alors asseyez-vous sur vos talons.

Inversion en avant pour la grossesse et l'accouchement
Photo issue de la méthode Spinning Babies.

En position à genou, bougez vos pieds ensemble de gauche à droite, comme si vous étiez une sirène, afin de garantir la stabilité de votre bassin.

  • Ne vous asseyez pas sur vos pieds, restez grande et prenez 2 respirations dans cette position

A partir de quand pratiquer ? Dès le deuxième trimestre si vous en ressentez le besoin.

Pendant combien de temps : Environ 30 secondes ou 3 respirations. Les premières fois que vous vous mettrez en position d’inversion en avant, vous ressentirez peut-être des vertiges ou des battements dans votre tête. Allez-y doucement ! Arrêtez si cela se produit et réessayez une fois par jour. Après 3 à 6 jour, votre corps réalisera que vous voulez être à l’envers et la gêne disparaîtra.

A quelle fréquence : une fois par jour suffit.

Contre indications : hypertension artérielle ou autre risque d’AVC, douleurs utérines dont la cause n’est pas identifiée, problèmes de placenta (dont saignements), large excès de liquide amniotique.

Les bienfaits de l’inversion en avant pendant votre accouchement

Parfois, les contractions peuvent être régulières, fortes et douloureuses mais n’avoir aucun effet sur la dilatation du col de l’utérus.

Dans ce cas, et particulièrement si la sage-femme vous indique que votre bébé est encore haut dans votre bassin, l’inversion en avant favorisera la descente de votre bébé pour permettre à sa tête d’appuyer sur le col de l’utérus pour favoriser sa dilatation.

Si vous accouchez à la maternité et que vous avez la chance d’être installée dans une salle nature, vous pourrez pratiquer « comme à la maison » sur le lit ou la banquette d’accouchement physiologique.

Et si vous êtes dans une salle de naissance classique, vous pouvez vous aider du lit d’hôpital.

– Installez-vous à genoux sur votre lit, les mains et les genoux face au pied du lit.

– Placez vos coudes sur la partie pied du lit d’hôpital et demandez à votre partenaire ou à votre doula d’appuyer sur le bouton qui sert à abaisser les pied du lit jusqu’à ce que vos hanches soient beaucoup plus hautes que vos épaules.

– Laissez pendre votre tête librement. Votre menton est rentré dans vos épaules. Ne posez pas votre tête. Votre cou peut avoir besoin d’un petit mouvement.

– Vos fesses sont plus hautes que vos hanches. Vous pouvez incliner ou balancer vos hanches si vous le souhaitez.

– Vous pouvez aplatir le bas de votre dos (inclinaison pelvienne postérieure) pour donner plus d’espace et détendre vos ligaments.

– Respirez profondément et accrochez-vous pendant une contraction, avec l’aide de votre partenaire pour vous soutenir.

– Quand la contraction est passée, relevez le bas du lit jusqu’à ce que vous soyez à nouveau en position à genoux.

– Vous pouvez répéter cette opération pour une contraction supplémentaire environ 15 minutes plus tard et la répéter à chaque phase du travail (pré-travail, travail actif, et poussées) si nécessaire.

Contre-indications et précautions

Écoutez votre corps et vérifiez les symptômes inhabituels avec votre sage-femme avant de pratiquer cette position.

Comme vous pourrez le voir sur internet, des milliers de femmes la pratique et en tirent de vrais bienfaits, mais il existe aussi quelques risques.

En pratiquant une inversion en avant, vous ressentirez peut-être une douleur au niveau des ligaments ronds, en bas de votre ventre. Cette douleur n’est pas dangereuse et vous pouvez vous masser après avoir pratiqué l’inversion.

Mais si la douleur persiste plus de quelques minutes ou qu’elle est vraiment insoutenable, signalez-la à votre sage-femme pour qu’elle contrôle et vous donne des conseils pour la soulager.

Si vous souffrez d’une diastase des grands droits, soyez extrêmement prudente, portez une ceinture de grossesse et allez le plus lentement possible !

Les situations pour lesquelles il n’est pas recommandé de pratiquer l’inversion vers l’avant

– Juste après avoir mangé (pour ne pas accentuer les risques de brûlures d’estomac) ;

– Si vous avez une pression artérielle élevée ou au contraire trop basse ou si vous êtes à risques d’hypertenion ou de pré-éclampsie ;

– Si vous êtes surveillée pour un hydramnios ;

– Pendant la grossesse, s’il y a un problème suspect ou connu avec le placenta, y compris des saignements. Évitez également l’inversion si vous avez des douleurs utérines d’origine indéterminée ;

– Si le bébé a ou a eu des mouvements vigoureux et effrénés pendant que vous pratiquiez cette position, arrêtez immédiatement ;

– Si l’inversion provoque des douleurs (rappelez-vous que vous pouvez ressentir des battements légers dans votre lors des premières fois, c’est en fait sans risque si c’est léger), mais si vous ressentez des douleurs dans le ventre, mieux vaut arrêter.

– Pendant votre accouchement, si la progression du travail est normale, vous n’aurez pas besoin de pratiquer d’inversion en avant. Profitez de votre travail et détendez-vous !

Et vous ? Connaissiez-vous la position de l’inversion en avant ? Qui vous l’a conseillée ? Est-ce que votre sage-femme vous a montré comment la pratiquer ? Partagez votre expérience avec la communauté des naturelles mamans dans les commentaires ci-dessous.

Anne-Laure Brunelle

Vous aimeriez avoir plus de conseils et d’astuces pour vous préparer à vivre un bel accouchement ?

Rejoignez « Naissance douce », notre programme de préparation à la naissance en vidéos et podcasts à suivre en ligne. Il vous suffit de cliquer sur l’image ci-dessous :

préparation à l'accouchement en ligne
Cours de préparation à l’accouchement en vidéos et podcasts avec Elisabeth, sage-femme.

Sources


En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site de Naturelle maman ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un gynécologue, une sage-femme ou autre professionnel de la périnatalité, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.

4 Comments

  1. AvatarRachel T. Reply

    Super article merci ! Ma sage-femme m’en a parlé, elle devait suivre une formation à ce sujet. J’espère que bientôt elles seront toutes formées à cette pratique pour accompagner les femmes qui ont un bébé en siège et stressent de devoir être obligées d’accoucher par césarienne…

  2. AvatarHelene T. Reply

    Bonjour
    J’ai une table d’inversion qui me sert pour soigner mon dos au quotidien, je suis maraichere. Je me demandais justement si je pouvais l’utiliser pendant ma grossesse. En lisant cet article je pense que oui, avez vous déjà eu des retours la dessus?
    Merci

  3. AvatarTheresa p. Reply

    Je suis sage-femme en libéral et vous lis depuis maintenant bien trois ans et j’apprends beaucoup de bonnes infos. C’est tellement dommage qu’on ne nous apprenne pas de telles techniques à l’université. On en est rendues à passer notre carrière à se former alors qu’on est déjà si peu reconnues dans notre métier. Ceci est un autre problème mais en tous cas je voulais juste vous envoyer un petit message pour vous encourager à continuer de partager avec nous dès informations enrichissantes et de qualité.

  4. AvatarCécile H. Reply

    Je viens de tester après avoir lu votre article et m’être renseignée auprès de ma sage-femme que j’ai vue hier. Pour la première fois, j’ai demandé à mon homme de rester à côté de moi pour me soutenir. J’ai bien remarqué ces derniers temps que mon centre de gravité s’était déplacé et je me cogne beaucoup plus donc je voulais éviter à tout prix de tomber. Mais tout s’est bien passé, c’était plus doux et facile que je ne pensais et je vais retenter l’expérience demain car mon bébé est en siège et la mat commence à évoquer la césarienne alors que je suis à 34 semaines de grossesse. Je suis prête à tout pour ne pas avoir à passer par là.

Répondre à Theresa p. Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *