La magie de cette tradition ancestrale mexicaine

Lors de ma deuxième grossesse, ma sage-femme m’a donné un tuyau précieux : demander aux personnes présentes lors de mon accouchement d’envelopper mon bassin d’un drap et de le serrer juste après la naissance.

L’effet a été tellement bienfaiteur et immédiat que je me suis demandé pourquoi on ne m’en avait jamais parlé avant !

Moi qui avait tant peiné à “retrouver” mon équilibre et la stabilité de mon bassin après mon premier accouchement (bon il est vrai que Joseph pesait 4kg700…), j’ai eu l’impression de récupérer dix fois plus vite grâce à ce seul soin prodigué par deux sages-femmes bienveillantes.

Ce tuyau précieux, tout droit venu de la péninsule du Yucatan au mexique, c’est le rebozo.

Seules les meilleures sages-femmes le pratiquent mais ne pensent pas toujours à le proposer.

Pour que vous puissiez à votre tour en profiter en l’inscrivant par exemple dans votre projet de naissance, j’ai proposé à Laurence Kerbarh, formatrice en rebozo, de lister tous les incroyables bienfaits de cette technique ancestrale encore trop peu connue. Je vous laisse en compagnie de la spécialiste !

 


“Le rebozo peut être un allié précieux au moment de l’accouchement, du post-natal et au cours de la grossesse. Voici quelques suggestions …

 Avant tout, examinons le rebozo : en coton, tissé en échelle, respirant et coloré, le rebozo est unique pour les sensations qu’il permet d’offrir, du fait de son tissage particulier. A la fois très robuste tout en s’ajustant parfaitement à votre corps, attendez-vous à être surpris par la palette des possibles qu’il permet.

 

Pendant la grossesse : être bercée, se sentir entourée…

La grossesse est un moment où se sentir entourée, choyée, accompagnée peut être important tant l’émotionnel est souvent au rendez-vous de ce moment particulier.

C’est pourquoi être bercée par le rebozo vous procurera détente, bien être, et réconfort.

Pour ce faire, vous pouvez être installée assise, le rebozo déployé et placé à partir de la pointe de vos épaules.

La personne qui vous berce est face à vous, le rebozo tendu pli par pli, et va impulser un mouvement d’abord d’avant en arrière, jusqu’à ce que vous sentiez que c’est possible pour vous de vous y installer vraiment, en confiance.

Le rebozo autour de vos épaules, tel un cocon protecteur, vous fera certainement contacter l’abandon possible, le lâcher prise, la douceur, …dans un climat sécure et stable. Puis, il vous sera alors possible de profiter d’un bercement latéral, plus ou moins ample et plus ou moins soutenu selon votre besoin.

Pour prolonger avec le bercement, installez-vous allongée, rebozo déployé au niveau du bassin. La personne qui vous berce est au dessus de vous. Elle va prendre le rebozo dans les mains pli par pli, puis elle va impulser un bercement grâce à un mouvement asymétrique des mains. Ainsi bercée, c’est tout votre corps, de la tête aux pieds qui se met en mouvement, et c’est votre bébé qui se retrouve également bercé dans votre giron. Un bercement du bébé et de la maman en même temps, quelle joie!! En plus des effets relaxants du bercement, vous sentirez un apaisement des tensions lombaires, un bébé qui peut se placer différemment au creux de votre ventre, une mobilité différente à l’issue de ce mouvement, une possibilité d’être avec votre bébé d’une manière différente.

Pendant la grossesse, on peut aussi avoir besoin de se soutenir le ventre : le rebozo peut alors être installé de façon à bien englober votre ventre, et vous viendrez faire un nœud sur le côté et serrer pli par pli (d’un côté à l’autre du rebozo) de façon à obtenir un maintien juste pour vous. Quand c’est le cas, il vous suffit de faire un double nœud afin de maintenir la tension que vous souhaitez.


Pendant l’accouchement

Être bercée entre les contractions, quel bien-être ! Les bercements procurent en effet réconfort à la maman et permet au papa de prendre soin de sa compagne. Les mêmes bercements que ceux proposés pendant la grossesse peuvent être utilisés. Celui au niveau du bassin permet un relâchement profond et une détente de tout le corps.

Pendant l’accouchement, certaines femmes ressentent l’envie de se suspendre : nouer à son extrémité, le rebozo peut permettre la suspension grâce à un support : porte, escalier… On peut aussi se suspendre à quelqu’un en mettant le rebozo autour des épaules de la personne qui va porter la femme en travail. Celle-ci tire alors sur les extrémités du rebozo en étant soit debout ou accroupie.

Vous pouvez aussi utiliser le rebozo seule en venant le nouer simplement au dessus ou en dessous de votre ventre : ainsi noué, tirez sur le rebozo au moment des contractions et placez le à l’endroit où vous en ressentez le besoin : par exemple en bas du dos en cas d’accouchement “par les reins” en utilisant le nœud du rebozo comme point de pression. Gérer soi-même la pression peut être vraiment bénéfique.

Être bercée au niveau du bassin pendant l’accouchement permet un relâchement profond.

 


Après la naissance

Après l’accouchement, se faire bercer, masser, se sentir entourée procure un vrai bien être. Là encore, le rebozo est utile. Bien sûr, les bercements peuvent être poursuivis : on peut bercer la tête (tout doucement !) les épaules, le bassin, les jambes, les pieds.

Etre serrée au niveau du bassin est à la fois agréable et salutaire en post-natal.

Certaines sages femmes connaissent ce serrage et le pratiquent.

Seule, vous pouvez placer le rebozo autour de votre bassin et serrer (en faisant un double nœud sur le côté) de façon à ce que cela soit juste bien pour vous et garder le rebozo ainsi placé. Vous verrez que se sentir ainsi maintenue et contenue est vraiment bénéfique. C’est le tissage particulier du rebozo, à la fois élastique et résistant, qui confère cette adaptabilité au corps et donne cette sensation agréable d’être resserrée, contenue. Retrouvez les contours de son bassin, très sollicité au moment de l’accouchement, est une tradition que l’on retrouve de part le monde. Offrez-vous cette sensation unique de maintien, offrez-vous la douceur de revenir à votre corps, offrez-vous du bon avec le rebozo!

Et comme cadeau de naissance, quoi de plus merveilleux que de s’offrir ou se faire offrir un soin rebozo ? 2 à 3 heures rien que pour soi, pour un soin riche en émotions et sensations et qui se décompose comme suit : un toucher aux huiles à 4 mains, un hammam, un enveloppement du corps en 7 points clefs. Vous en ressortirez apaisée, recentrée, et encore plus en contact avec votre féminité.

 

Et bébé ?

Même bébé peut profiter du rebozo. Comme porte bébé, il est pratique, peu encombrant, rapide à installer et peu cher. Une fois placé sur l’épaule, il suffit de nouer les 2 extrémités au niveau de la hanche opposée, de faire basculer le nœud dans le dos et hop, vous obtenez un hamac dans lequel installer bébé. Une volte sur l’épaule permet d’ajuster l’ensemble. Attention toutefois à placer du tissu d’un creux de genou à l’autre et placer bébé suffisamment haut.”


Qui est Laurence Kerbarh ?

Laurence Kerbarh a fondé l’école française du rebozo. Elle s’est formé auprès de Naoli Vinaver, sage femme mexicaine et exerce depuis 9 ans maintenant en tant que formatrice en soin rebozo et formatrice aux techniques du rebozo. Son ambition : diffuser le rebozo en France et en Europe, le proposer comme un outil au service du lien à l’autre tant dans le domaine de la maternité que dans celui du handicap, de la petite enfance, etc.

Si vous souhaitez apprendre à utiliser un rebozo, trouver un praticien ou suivre une formation, vous trouverez une mine d’infos, de photos, vidéos de portage des bébés en rebozo sur son site : http://www.rebozoaufeminin.fr/


 

6 thoughts on “La magie de cette tradition ancestrale mexicaine

  • 3 July 2017 at 9 h 24 min
    Permalink

    Robenzo ,c’est extra comme approche, chez c’est après le grand retour de couche l’accouchée dans le hammam est allongée entre deux femmes qui ont utisant leurs pieds chacune d’un côté (latéralement ) et serrent tout en se tenant mes mains ,et ceci sur des zones bien spécifiques tel le bassin

    Reply
  • 3 July 2017 at 12 h 29 min
    Permalink

    Une amie m’a proposé de me ramener une écharpe rebozo du Mexique. Je n’étais pas très enthousiaste mais votre article m’a convaincue. Il ne me reste plus qu’à trouver une sage-femme ou autre qui voudra bien m’apprendre comment l’utiliser car je ne suis déjà pas très douée avec une écharpe de portage alors ça risque d’être compliqué de faire du rebozo toute seule : )

    Reply
  • 3 July 2017 at 13 h 14 min
    Permalink

    J’en ai acheté l’année dernière aux journées des doulas, directement importé du mexique par Naoli Vinaver. Je l’utilise beaucoup, je le noue autour de mon ventre pendant mes règles pour atténuer la douleur, je le nouais autour de mon bassin pour porter mon ventre pendant la grossesse et les sages-femmes ont accepté de me “resserer” le bassin après la naissance de ma fille, quelle sensation magique ! Exactement comme vous la décrivez.

    Reply
  • 9 July 2017 at 11 h 07 min
    Permalink

    Mais c’est génial ça je ne connaissais pas. Je suis enceinte de 37 semaines, l’accouchement approche à grands pas et une des mes angoisses est d’avoir le bassin qui s’élargit beaucoup et que je devienne diforme. Je vais en parler à ma sage-femme pour savoir si elle connait et savoir si je peux le noter dans mon projet de naissance. Merci naturelle maman et Laurence Kerbarh de nous avoir écrit ce bel article !

    Reply
  • 9 July 2017 at 11 h 41 min
    Permalink

    Merci de nous transmettre ces soins traditionnels c’est vraiment enrichissant. Depuis que je suis enceinte et que j’ai découvert votre site, j’ai l’impression d’être beaucoup plus ouverte d’esprit qu’avant. j’ai découvert les pouvoirs étonnants de certaines plantes et aliments, je réfléchis plus à ce que je mange, à comment je me soigne… Et je me sens vraiment bien ! Merci pour tout ça et longue vie à naturelle maman!

    Reply
  • 13 July 2017 at 16 h 40 min
    Permalink

    Bonjour Naturelle maman,

    Je voudrais juste ajouter à ce super article qu’on peut aussi porter son bébé en rebozo. J’ai un rebozo et je porte ma puce de 10 mois sur le dos en asymétrique. Un peu comme les africaines mais l’écharpe est plus légère et plus fine qu’un pagne. Je fais ça depuis que j’ai vu un reportage en Bolivie ou la maman portait son bébé sur le dos avec cette écharpe et depuis que je le fais j’adore.
    Cette écharpe a vraiment plein d’atouts, je la conseille vraiment !

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

X