Pourquoi personne ne m’avait parlé de ce phénomène étrange après l’accouchement ?

Voici comment, par un très beau jour d’automne, j’ai découvert le secret de ces mystérieuses tranchées dont ni ma mère, ni mes amies, ni ma sage-femme n’avaient cru bon me parler :

Installée confortablement dans ma chambre seule, avec mon bébé au sein, je me dis que je vais enfin pouvoir souffler après un accouchement très long et douloureux. C’est alors que je ressens à nouveau de fortes contractions dans le bas du ventre

Que se passe-t-il ? Cette douleur intense se répète tout au long de la tétée.

J’appelle donc une sage-femme pour lui demander pourquoi j’ai encore des contractions atroces alors que l’accouchement est terminé. Souhaitant me rassurer, elle me dit simplement : “Ce sont les tranchées madame, c’est tout à fait naturel !”  

Naturel ?? Mais pourquoi je n’étais pas au courant ? Pourquoi ni ma mère, ni mes amies, ni mes nombreuses tantes ne m’ont jamais avertie qu’une fois le bébé né, j’avais certes gagné une grosse bataille mais que la guerre n’était pas finie !

Afin que vous ne soyez pas surprise, comme moi, par ce phénomène assez méconnu des jeunes mamans, je vais vous livrer certaines informations indispensables pour bien le comprendre, mais surtout pour le soulager.

Tout d’abord, sachez que le mot “tranchée” n’est en fait pas une métaphore guerrière mais le terme qui était autrefois utilisé pour désigner un mal de ventre dû à des coliques.

 


Après les contractions, gare aux tranchées !

Votre utérus, qui mesurait entre 6 et 8 cm avant votre grossesse, peut atteindre jusqu’à 33 cm au bout de 9 mois de grossesse.

Après l’accouchement, l’utérus commence un nouveau travail pour reprendre sa forme initiale. Il se contracte en provoquant des douleurs plus ou moins vives, appelées “tranchées”.

Petit portrait des tranchées (1) :

– Apparition : dans les 24 heures suivant votre accouchement si vous avez accouché par voie basse, environ 12 heures après pour une césarienne.

– Durée : en général 4 à 7 jours, jusqu’à 15 jours chez certaines femmes.

– Intensité :

  • elles sont plus fortes si vous allaitez.  En tétant, le bébé provoque la sécrétion d’ocytocine, une hormone qui favorise la montée de lait et accélère les contractions de l’utérus.
  • de plus en plus intenses au fur et à mesure des grossesses. Les fibres musculaires ayant déjà été sollicitées, ont plus de mal à se rétracter.

Une étude australienne, menée sur un échantillon de 75 femmes pendant les 4 jours suivant l’accouchement, a montré que les tranchées utérines étaient la 2ème cause de douleurs les plus importantes au cours des 1er et 2ème jours suivant l’accouchement (2).

 


Pourtant, les tranchées sont vraiment utiles

– Elles diminuent fortement le risque d’hémorragie en facilitant la fermeture des vaisseaux sanguins qui irriguaient le placenta et qui se sont ouverts au passage du bébé. Sans débit, ces vaisseaux s’amincissent et redeviennent progressivement de simples capillaires.

– Comme évoqué auparavant, ces contractions utérines permettent à l’utérus de retrouver plus rapidement sa taille originale et vous votre taille de guêpe ! On parle de “l’involution de l’utérus”.

– Enfin, elles purifient l’utérus de ses derniers caillots et petits résidus, ce qui provoque les saignements post accouchement appelés lochies.

 


Et surtout, la douleur n’est pas une fatalité !

Pour prévenir la douleur, les médecins vous proposeront des anti-spasmodiques type Spasfon.

Mais sachez que l’aubier de tilleul est une solution naturelle tout aussi efficace. Cette plante est composé de principes actifs dont certains sont antispasmodiques (les phloroglucinoles, que l’on retrouve dans le Spasfon), analgésiques et anti-inflammatoires (3).

Vous pouvez la consommer soit sous forme de tisane (en vrac dans les magasins bio) ou d’ampoules (marque La Gravelline). Si vous allaitez, prenez une ampoule avant la tétée.

Buvez une tasse d’infusion d’aubier de tilleul avant chaque tétées (ou toutes les deux heures si vous n’allaitez pas).

 


Si la douleur est installée, voici quelques solutions pour la soulager :

– Recyclez les exercices de respiration que vous avez appris lors de vos cours de préparation à l’accouchement. Ils permettent de vous détendre et ainsi de diminuer la sensation de douleur.

– Vous pouvez également poser une poche de glaçons sur le ventre (si vous le faite de retour chez vous, placez des glaçons dans un sac plastique puis dans une serviette épaisse). Ou bien, au contraire une bouillotte chaude.

– Les massages de l’utérus sont aussi un très bon remède : déterminez l’emplacement de votre utérus, situé entre votre nombril et votre pubis, puis massez en  esquissant des petits cercles dans le sens des aiguilles d’une montre.

 


Les remèdes en médecine douce 

L’homéopathie (4) :
  • En cas de tranchées dont la sensation vous rappelle les contractions de l’accouchement, associée à des tremblements intérieurs, prenez 5 granules de Caulophyllum en 9 CH ;
  • En cas de tranchées que vous soulagez en vous pliant et en appuyant sur votre ventre, prenez 5 granules de Magnesia phosphorica en 15 CH ;
  • En cas de tranchées dont la sensation s’apparente à des crampes ou coups de poignard, prenez 5 granules de Colocynthis en 9 CH.

Si vous allaitez, prenez ce traitement avant chaque tétée et renouvelez la prise si besoin.

L’acupuncture :

C’est très efficace en suites de couches pour les troubles de la rétraction utérine, les tranchées, les anomalies de la cicatrisation… (6).

D’autre part, une séance aidera à vous remettre plus rapidement de l’accouchement en travaillant sur les points de tonification. Les séances peuvent commencer dès la naissance (7).

Ces remèdes et traitements naturels vous éviteront très certainement de recourir aux antalgiques. Mais si la douleur persiste et reste insupportable, n’hésitez pas bien entendu à faire appel à votre médecin.

Maintenant que vous avez découvert le secret encore trop bien gardé des tranchées, aidez-moi à le faire éclater au grand jour ! Partagez cet article avec toutes les femmes susceptibles de les affronter un jour et qui seront, grâce à vous, mieux armées !

 

Et vous ?

Connaissiez-vous l’existence de ces tranchées? Les spécialistes qui vous suivent/vous ont suivie vous en ont-il parlé? Avez-vous des conseils à partager pour mieux les gérer ? Partagez votre expérience avec nous dans les commentaires ci-dessous !

 


Sources

  1. Trouvé sur : http://www.lecorpshumain.fr/corpshumain/5-suites-couches.html, groupe Editions Atlas.
  2. M. Colleen Stainton, Sue Edwards, Barbara Jones and Clare Switonski, “The Nature of Maternal Postnatal Pain”, 1999.
    Trouvé sur : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3431765/
  3. Dr Jean-Michel Morel, “Traité de phytothérapie”, 2008.
  4. M. Boiron et F. Roux, “Homéopathie. Gynécologie et obstétrique”, éd. Le Moniteur des pharmacies, 2013.
  5. Wu ZX, He GH, Wang Q, “Uterine involution after cesarean section promoted with acupuncture: a randomized controlled trial”, 2014. Trouvé sur : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25509737
  6. Geneviève Goulet, Acupuncteur, spécialisation Obstétrique. Trouvé sur : http://genevievegoulet.com/obstetrique/

 

 

 

 

 

 

12 thoughts on “Pourquoi personne ne m’avait parlé de ce phénomène étrange après l’accouchement ?

  • 13 July 2017 at 12 h 28 min
    Permalink

    J’ai accouché deux fois et je me rappelle d’une douleur assez intense pendant la nuit qui a suivi la naissance de bb1, douleur accentuée au moment des tétées. Mais plus rien après 48H.

    Pour bb2, je crois que je n’ai rien senti, en tout cas je n’en garde aucun souvenir (bb était allaité aussi).

    Pas d’homéopathie mais de toute façon j’étais sous antalgiques à cause d’une épisio pour bb1 et d’une déchirure pour bb2.

    Reply
  • 13 July 2017 at 16 h 30 min
    Permalink

    Merci Naturelle maman, encore un super article vraiment ! C’est vrai qu’on ne pense pas tout le temps à prévenir les femmes enceintes alors qu’on parle en large en long et en travers de son accouchement !

    Du coup voici mon expérience perso des tranchées après l’accouchement :

    BB1 naissance par césarienne, allaité, assez douloureux mais plutôt gérable.
    BB2 naissance par voie basse, allaité, et là au secours, j’avais l’impression de revivre mes contractions de l’accouchement ! Ca a duré 3 jours, pour chaque tétée et puis ca a fini par passer…

    Rien pris de particulier pour pallier à la douleur, j’aime pas prendre de médoc quand j’allaite, meme du doliprane… on ne sait jamais

    Reply
    • 14 July 2017 at 15 h 16 min
      Permalink

      Et si jamais vous envisagez bb3 au secours…… Pour mon troisième, ils ont hésité à me mettre sous morphine, mais apres chaque femme est différente

      Reply
  • 14 July 2017 at 7 h 54 min
    Permalink

    Merci pour cet article. Moi aussi je n’étais pas au courant lors de ma grossesse j’en ai bien bavé et personne ne m’a parlé de ces douleurs j ai été très déçu parce que après ces long mois de grossesse très difficile je pensais que c était fini eh bah noon et je n’étais pas préparé j’ai fais une dépression post accouchement ca a été très dur il faut informer les futurs mamans

    Reply
  • 14 July 2017 at 19 h 03 min
    Permalink

    Merci pour cette articles et surtout les astuces

    Premier bébé n’as pas été simple après l’accouchement dépression probleme d’allaitement et ce pendant 3 mois et demi
    J’étais traumatisé et pensais qu’il n’y avais pas pire jusqu’à mon deuxième accouchement ou j’ai u le droit au tranché….
    Moi qui est contre les médicaments je me suis limite ”droguée” tellement les douleur étaient hoooorible
    Le pire je crois sa a été le retour à la maison car à l’hôpital on nous donne un fort médicaments qui fait effet mais pour la maison il ne veulent que nous donner du doliprane ou spasfon se qui étaient inutile !
    Ont ils pris le temps de me conseiller ou me prescrire des homéopathie … Tu parle rien du tout
    Du coup j’ai du souffrir plusieurs jours sans pouvoir y faire quelque choses

    C’est inadmissible car en nous en parlant ou même en nous disant le nom de ses douleurs on pourrait savoir se que s’est ou même trouver d’autre remède plus naturel mais non…

    Alors un grand merci car je doit accoucher à tout moment et j’avais déjà en tête de devoir souffrir horriblement sans rien pouvoir faire !

    Reply
  • 14 July 2017 at 20 h 48 min
    Permalink

    J’ai accouché de mes jumeaux par voie basse en 2013. Quand j’ai eu des tranchées je ne savais pas ce que c’était on ne m’en avait jamais parlé et j’ai bien cru que j’accouchais d’un petit troisième ! C’est vrai qu’il faut prévenir les femmes enceintes que ça existe et que ça peut être très douloureux et dur à vivre. Merci pour cet article qui va être très utile pour de nombreuses futures mamans.

    Reply
  • 24 July 2017 at 8 h 16 min
    Permalink

    Je ne connaissais pas les tranchées avant s’en ressentir la douleur et je ne me souviens pas en avoir entendu parler à aucun moment. Ça m’a fait très peur la première fois, j’ai aussi appelé la sage femme pour me rassurer.
    En tout cas j’espère que cet article aidera les futures mamans.

    Reply
  • 24 July 2017 at 8 h 33 min
    Permalink

    Il ne faut utiliser que du dopliprane ou de la codeine au pire. Lz spasfon ralenti la mise en place de l’uterus… C’est basique mais franchement on se demande où certains se forment 😉

    courage, j-38 pour les miennes , encore

    Reply
  • 8 September 2017 at 18 h 18 min
    Permalink

    Jamais entendu parler, et j’attends BB1 !

    Reply
    • Anne-Laure Brunelle
      8 September 2017 at 20 h 22 min
      Permalink

      Chère Sophie,

      En effet, l’aubier de tilleul est déconseillé pendant l’allaitement. Cependant, il est seulement déconseillé car aucune étude n’a été financé pour prouver qu’il n’avait aucun effet tératogènes pendant la grossesse ou secondaires sur le bébé pendant l’allaitement. Cela veut donc dire que ce n’est pas dangereux et qu’aucun effet dangereux n’a jamais été remarqué, mais qu’il est déconseillé par mesure de précaution.
      Je ne peux donc pas me permettre de vous le conseiller, ce n’est pas mon rôle. Ce que je peux vous affirmer en revanche, c’est que la substance naturelle antispasmodique qu’il contient est le phloroglucinol, qui est le composant central du… Spasfon, qui lui, est complètement autorisé, et même distribué à tour de bras aux femmes allaitantes à la maternité ! Je vous laisse en tirer vos conclusions !
      Vous pouvez aussi prendre de l’homéopathie, comme belladonna en 9CH, vous verrez que de nombreuses sages-femmes en prescrivent en salle d’accouchement et en suites de couches. N’hésitez pas à en demander car elles n’y pensent pas toujours.
      J’espère avoir répondu à votre question, je vous souhaite un très bel accouchement et j’espère que vous reviendrez nous annoncer la bonne nouvelle, et même peut-être nous raconter votre accouchement ?
      A bientôt,
      Anne-Laure

      Reply
  • 9 September 2017 at 21 h 20 min
    Permalink

    Bonsoir,
    J’ai eu 3 garçons par voie basse sans aucun soucis. Je connais ce phénomène de contractions post accouchement (enfin j’ai du découvrir au premier) les sages femmes m’ont bien expliqué le but de ses contractions et qu’effectivement, cela est plus efficace lorsque l’on allaite. Sans toute fois savoir que l’on nommait cela les tranchées. J’aurai appris quelque chose ce soir.

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

X