Bonjour et bienvenue chez Naturelle maman !25 juin 2021

Paracétamol + grossesse = danger

Une nouvelle étude vient de prouver que la prise de paracétamol pendant la grossesse augmente de 20% les cas d’autisme, d’hyperactivité et de troubles de l’attention chez les enfants. C’est la 18ème étude qui alerte sur les dangers de ce médicament, qui continue à être en vente libre en pharmacie et conseillé aux femmes enceintes en cas de douleur.

Doliprane, Dafalgan, Efferalgan, Fervex, Humex… Tous ces médicaments à base de paracétamol sont accessibles en vente libre et prescrits aux femmes enceintes. 

Si vous êtes enceinte et que vous avez mal à la tête par exemple, vous pouvez en prendre à la posologie habituelle chez l’adulte. 

Si vous en demandez à votre médecin ou pharmacien, il vous répondra certainement : 

C’est un des seuls médicaments que vous pouvez prendre sans danger pendant la grossesse.

Pourtant, il est urgent que ça cesse ! 

Une méta-analyse menée par une équipe de pédiatres du Barcelona Institute for Global Health (1) vient de tirer la sonnette d’alarme : 

Téléchargez votre guide gratuit !

Les femmes enceintes qui prennent du paracétamol – même sur une courte période – exposent leur bébé à un risque important pour le reste de leur vie : 

20% de chances de souffrir de troubles de l’attention avec hyperactivité (TDAH) et d’autisme (TSA).  

20%, c’est un enfant sur 5…  

Le Dr Sílvia Alemany, auteure principale de cette étude l’affirme : 

« L’exposition prénatale au paracétamol induit un risque accru de TDAH et de TSA plus tard dans l’enfance et affecte les garçons et les filles de la même manière ».  

Plusieurs mécanismes liés à la prise de paracétamol peuvent affecter le développement neurologique du fœtus

Selon les chercheurs, l’association entre le paracétamol et les risques pour le développement neurologique des enfants est le résultat de plusieurs mécanismes :

⭕ une stimulation du système endocannabinoïde (chargé de maintenir l’homéostasie cellulaire)

⭕ une modification du taux du facteur neurotrophique issu du cerveau (une protéine essentielle pour le développement du système nerveux)

⭕ un stress oxydatif dû à l’activité immunitaire induite par l’inflammation,

⭕ des modifications au niveau de la neurotransmission,

⭕ et la perturbation du système endocrinien.

Des risques graves pour la santé de vos bébés déjà prouvés par… 18 études !!! 

Je viens de compter le nombre d’études qui prouvent que le paracétamol est dangereux pendant la grossesse. A ma connaissance, c’est la 18ème étude fiable qui est publiée. 

Vous ne pouvez pas savoir à quel point ça me met en colère… 

18 études ont déjà prouvé que la prise de paracétamol pendant la grossesse pouvait causer : 

⭕ de nombreux cas d’autisme et de troubles du comportement (2, 3)

⭕ une baisse de la fertilité des petites filles (4)

⭕ des malformations génitales chez les petits garçons (5)

⭕ une diminution de la fertilité chez les petits garçons (6)

⭕ des retards de langage chez les petites filles (7)

⭕ et pas moins de 13 études ont montré une augmentation des risques d’asthme chez le bébé à naître (9).  

Des dangers connus par les professionnels de santé depuis des années 

Le plus inquiétant, c’est qu’une autre méta-analyse publiée dans The American Journal of Epidemiology (10) en 2018 était déjà parvenue à ces conclusions. 

En analysant les données de plus de 130 000 mamans avec leurs enfants de 3 à 11 ans, les chercheurs avaient conclu que la prise de paracétamol pendant la grossesse menait à : 

⭕ une hausse de 30 % du risque d’hyperactivité (trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité)

⭕ une augmentation de 20 % du risque d’autisme.  

A l’époque, j’avais déjà relayé l’étude et même lancé une pétition en ligne… 

Mais on en est toujours au même point.   

Mobilisons-nous ENSEMBLE pour la santé de nos enfants ! 

Et chaque jour qui passe, des centaines de milliers de futurs bébés sont exposés au paracétamol dans le ventre de leur maman. 

Il faut arrêter de mettre les femmes enceintes et leurs bébés en danger. 

Une solution simple existe : mettre un logo Interdit aux femmes enceintes sur toutes les boîtes contenant du Paracétamol, comme cela a été rendu obligatoire en 2017 pour environ 60% des médicaments vendus en pharmacie.

pictogramme médicament dangereux pendant la grossesse
Depuis le 17 octobre 2017, un décret (14 avril 2017 n° 2017-550), complété par deux arrêtés (5 mai 2017 et 9 août 2017), impose aux firmes pharmaceutiques d’apposer un pictogramme spécifique sur le conditionnement extérieur des médicaments « tératogènes » ou « foetotoxiques ».

C’est efficace, ça ne coûte pas grand chose aux laboratoires pharmaceutiques, et c’est faisable tout de suite ! 

Mais ce n’est vraiment pas le moment de demander quoi que ce soit au gouvernement, occupé à gérer la crise du covid et la campagne de vaccination de masse… 

Il faut agir maintenant, entre nous, avant qu’il ne soit trop tard. 

Partagez cet article à vos proches, le plus largement possible 

Et pour cela, rien de mieux que la solidarité, le bouche à oreille, et l’entraide entre parents qui partagent les mêmes convictions et souhaitent le meilleur pour la santé de leurs enfants.  

Tout ce que vous avez à faire, c’est de partager cet article sur les réseaux sociaux et à vos proches pour que tout le monde soit au courant.  

Je vous en prie, aidez moi à faire passer ce message important en partageant cet article le plus largement possible.

C’est l’avenir de nos enfants qui est en jeu. 

Tous et toutes ensemble, protégeons la future génération des dangers qui menacent leur santé avant même qu’ils ne soient nés.

Et vous ? Saviez-vous que la pris de paracétamol pendant la grossesse pouvait avoir des conséquences lourdes sur la santé d’un bébé ? Est-ce qu’on vous a prescrit du paracétamol pendant votre grossesse ? Partagez votre expérience avec la communauté des naturelles mamans dans les commentaires ci-dessous.

Anne-Laure Brunelle


Vous avez aimé cet article ?

Si vous voulez aller plus loin, vous pouvez recevoir (gratuitement) dans votre boîte mail mes « 10 Secrets de santé pour une grossesse parfaite », il vous suffit de cliquer sur l’image ci-dessous :

Téléchargez votre guide gratuit !

Sources

(1) Alemany, S., Avella-García, C., Liew, Z. et al. Prenatal and postnatal exposure to acetaminophen in relation to autism spectrum and attention-deficit and hyperactivity symptoms in childhood: Meta-analysis in six European population-based cohorts. Eur J Epidemiol (2021). https://doi.org/10.1007/s10654-021-00754-4  

(2) Reem Masarwa, Hagai Levine, Einat Gorelik, Shimon Reif, Amichai Perlman, Ilan Matok, “Prenatal Exposure to Acetaminophen and Risk for Attention Deficit Hyperactivity Disorder and Autistic Spectrum Disorder: A Systematic Review, Meta-Analysis, and Meta-Regression Analysis of Cohort Studies”, American Journal of Epidemiology, 24 April 2018. Trouvé sur : https://doi.org/10.1093/aje/kwy086 

(3) Ystrom E, Gustavson K, Brandlistuen R, Knudsen G, Magnus P, Susser E, Davey Smith G, Stoltenberg C, Surén P, Håberg SE, Hornig M, Lipkin WI, Nordeng H, Reichborn-Kjennerud T, “Prenatal exposure to acetaminophen and risk of ADHD”, American Academy of Pediatrics, Novembre 2017. Trouvé sur : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29084830 

(4) Avella-Garcia C, Julvez J, Fortuny J, Rebordosa C, García-Esteban R, Riaño Galán I, Tardón A, Rodríguez-Bernal C, Iñiguez C, Andiarena A, Santa-Marina L, Sunyer J, “Acetaminophen use in pregnancy and neurodevelopment: attention function and autism spectrum symptoms”, 2016. Trouvé sur : http://ije.oxfordjournals.org/content/early/2016/06/27/ije.dyw115 

(5) Society for Endocrinology. “Taking paracetamol during pregnancy may reduce fertility of daughters.” ScienceDaily. ScienceDaily, 6 January 2018. Trouvé sur : www.sciencedaily.com/releases/2018/01/180106103439.html 

(6) D Møbjerg Kristensen, U Hass, L Lesné, G Lottrup, “Intrauterine exposure to mild analgesics is a risk factor for development of male reproductive disorders in human and rat”, Human Reproduction Advance Access, 2010. Trouvé sur : http://humrep.oxfordjournals.org/content/early/2010/11/08/humrep.deq323.ful 

(7) Benkimoun Paul, « Le paracétamol, facteur de risques pour le foetus », Journal Le Monde, Novembre 2010. Trouvé sur : http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/11/08/le-paracetamol-facteur-de-risque-pour-les-f-tus_1437274_3224.html 

(8) Bornehag, C.-G. et al., « Prenatal exposure to acetaminophen and children’s language development at 30 months », European Psychiatry. Trouvé sur : https://www.europsy-journal.com/article/S0924-9338(17)32989-9/fulltext  

(9) Magnus MC, Karlstad Ø, Håberg SE, Nafstad P, Davey Smith G, Nystad W,“Prenatal and infant paracetamol exposure and development of asthma: the Norwegian Mother and Child Cohort Study”,International Journal of Epidemiology, 2016. Trouvé sur : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26861478 

(10) Annotations and reflections: pregnancy and paracetamol: methodological considerations on the study of associations between in utero exposure to drugs and childhood neurodevelopment. Damkier P, Pottegård A, dePont Christensen R, Hallas J. Basic Clin Pharmacol Toxicol. 2015 Jan;116(1):2-5. doi: 10.1111/bcpt.12322. No abstract available. 

(11) « PRESCRIPTION D’ANTALGIQUES AU COURS DE LA GROSSESSE : ÉTUDE DE COHORTE RÉTROSPECTIVE EN FRANCE » Delorme Jessica, Chenaf Choukia, Gauffier Mariona , Dubuisson Marinea , Kabore Jean-Luca , Eschalier Alaina, Zenut Mariea, Authier Nicolasa. CRPV et CEIP Auvergne, Service de Pharmacologie médicale, CHU Clermont-Ferrand; INSERM UMR 1107 Neuro-Dol, Faculté de Médecine, Université d’Auvergne, France; Centre d’Evaluation et de Traitement de la Douleur, CHU Clermont Ferrand; Institut Analgesia, Faculté de médecine, Clermont Ferrand.; EA PEPRADE, Université d’Auvergne 

(12) Avella-Garcia C, Julvez J, Fortuny J, Rebordosa C, García-Esteban R, Riaño Galán I, Tardón A, Rodríguez-Bernal C, Iñiguez C, Andiarena A, Santa-Marina L, Sunyer J, “Acetaminophen use in pregnancy and neurodevelopment: attention function and autism spectrum symptoms”, 2016. Trouvé sur :http://ije.oxfordjournals.org/content/early/2016/06/27/ije.dyw115 

(13) Scientific Day ANSM and EHESP Nonsteroidal Anti‐Inflammatory Drugs (NSAIDs) and acetaminophen (paracetamol) during pregnancy: impact on the urogenital apparatus JANUARY, 27th 2017 – Room A012ANSM 143‐147 bd Anatole France 93200 Saint‐Denis

5 Comments

  1. Ali Reply

    Bravo d’oser dire ce que tout le monde cache. Les femmes enceintes savent que l’alcool et le tabac c’est dangereux, mais ne se méfient pas des médicaments alors qu’ils font tout autant de dégâts !

  2. Queen Vi Reply

    Mon fils est TDAH c’est un trouble neurologique, je n’ai pas pris de paracetamol pendant ma grossesse ! La Neuropediatre dit que ce serait dû à la césarienne. La médecine réalise plein d’études mais on ne saura jamais, enfin au moins cela lance le débat.

  3. Laticha54 Reply

    J’ai lu la même chose dans d’autres journaux et j’avoue que je ne comprends pas… Comment ça se fait que les pharmaciens ne soient pas alertés ? car le miens m’a dit que ca ne risqué rien!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *