La Tradition de l’Ansei au Japon : l’île où les jeunes mamans sont reines

Le suivi de grossesse et de l’accouchement au Japon est de plus en plus proche du nôtre, mais plusieurs pratiques traditionnelles restent différentes, et inspirantes. Découvrez par exemple pourquoi les Japonaises demandent très peu la péridurale, mais aussi ce qu’est l’Ansei, une tradition qui invite la famille à prendre soin de la jeune maman pendant les 30 jours après son accouchement.

 

Le suivi de grossesse

Au début de leur grossesse, les femmes enceintes reçoivent un manuel de santé maternelle et infantile. Ce guide explique comment va se passer le suivi prénatal, et décrit les différents cours de préparation à l’accouchement.

Dans certaines grandes villes comme Tokyo, la mairie leur offre aussi un badge aux futures mamans afin de les aider à obtenir plus facilement une place prioritaire dans le métro.

Les examens prénataux commencent dès cinq semaines, avec une fréquence d’une échographie par mois. Puis, dès six mois de grossesse, les échographies se rapprochent à raison d’une tous les quinze jours.

Ce badge est remis à chaque femme enceinte par la mairie de Tokyo pour avoir accès plus facilement aux places prioritaires dans le métro. Et si les grandes villes françaises s’en inspiraient ?
Quelques conseils un peu farfelus, voire inquiétants…

Dans la plupart des pays, les femmes enceintes n’ont pas le droit de manger du poisson cru pour se protéger de certaines bactéries (comme la salmonelle) et de certains parasites. Mais au pays des sushis, aucune interdiction de ce côté-là ! Les japonaises peuvent aussi boire du thé vert, alors qu’il est réputé pour réduire l’absorption du fer.

L’obsession principale n’est pas la nourriture, c’est la température corporelle des femmes enceintes !

Alors qu’on nous conseille d’éviter les thermes, hammams, saunas et exposition prolongée au soleil, on invite les Japonaises de se réchauffer. Elles se baignent joyeusement dans les sources chaudes, mais évitent les glaces et l’eau glacée. Certains restaurants offrent même des couvertures aux femmes enceintes, même en plein été.

Mais l’élément le plus inquiétant dans le suivi de grossesse des Japonaises est le conseil donné au niveau de la prise de poids. Le pays a une proportion élevée et croissante de bébés ayant un poids insuffisant à la naissance, (2,5 kg ou moins à la naissance). En 2015, 9% des bébés étaient en sous-poids. Une des raisons avancée est que les femmes ne prennent pas assez de poids pendant leur grossesse. Les médecins conseillent à leurs parturientes de ne pas dépasser 6 à 10 kg, contre 11 à 16 kg en moyenne en France.

 

L’accouchement

Comme les hollandaises, les allemandes ou les australiennes, la majorité des femmes japonaises s’efforcent de donner naissance sans péridurale.

Cette tendance aurait deux explications possible :

Les Japonaises ont une perception bouddhique de la souffrance : elles estiment que les douleurs du travail agissent comme une sorte de test qu’une femme doit supporter pour se préparer au rôle difficile de la maternité. Cette croyance séculaire persiste malgré le fait qu’un nombre croissant de médecins au Japon recommandent des péridurales à leurs patientes, ce qui suggère qu’ils créent une expérience de naissance plus paisible.

L’autre explication plausible est que les Japonais ont un rapport très différent de nous avec les médicaments. Ils ont leur propre médecine, le Kampo, qui est un dérivé de la médecine traditionnelle chinoise. Ils ont l’habitude de se soigner par les plantes, et n’utilisent que très peu de médicaments.

Les hôpitaux qui proposent des péridurales restent rares et obligent les futures mamans à annoncer leur désir à l’avance. Il faut ensuite prendre rendez-vous pour son accouchement et cela implique souvent un accouchement déclenché.  

 

La présence du papa

La plupart des femmes japonaises accouchent à l’hôpital, mais pas forcément en présence de leurs conjoints. Les futurs papas ne sont autorisés à être présents lors de l’accouchement seulement s’ils ont suivi des cours prénataux avec leur femme.

Et s’il y a une césarienne, ils doivent aller en salle d’attente.

 

Les suites de couche

Le fonctionnement des maternités est centré sur le bien-être de la jeune maman et de son bébé, laissant tous les autres services à la charge de la famille.

Cela implique que la maman apporte elle-même ses draps, serviettes, vaisselle, et presque tous les articles de toilette pour elle et son bébé.

Les pyjamas de l’hôpital peuvent être loués pour 70 yens par jour, mais le lavage reste à la charge de la jeune maman.

Selon l’état de santé et de fatigue des jeunes mamans, il est suggéré de rester à l’hôpital pendant 5 jours, et jusqu’à 10 jours pour les mamans qui ont accouché par césarienne.

Pendant leur séjour à la maternité, les jeunes mamans doivent respecter certains horaires, et certains jours sont consacrés à la formation et aux conseils sur l’allaitement et le maternage.

En post-partum : l’Ansei

Comme on l’a vu plus haut, le bien-être des jeunes mamans est important dans la société japonaise. Et le soin et les nombreuses attentions qui leur sont accordées continuent bien au-delà du séjour l’hôpital. Contrairement à la France où une fois sortie, on se sent souvent bien seule…

Après avoir quitté la maternité, la jeune maman et son bébé restent souvent pendant un mois dans la maison des parents de la maman. Pendant cette période de repos, la jeune maman est invitée à rester au lit et à se concentrer exclusivement aux soins de son bébé. Ses amis peuvent lui rendre visite et se joindre à la famille pour partager un repas comme le Osekihan (du riz rouge aux haricots rouges).

Dans les mois qui suivent, des infirmières viennent gratuitement à domicile pour surveiller l’état de santé des jeunes mamans et de leurs bébés. Cela est également considéré comme un moyen de repérer la dépression post-partum. 

Et si nous nous inspirions de ces exemples pour améliorer nous aussi les soins accordées aux jeunes mamans qui se retrouvent souvent bien seules une fois sorties de la maternité en France ? Vous verrez dans mes prochains articles consacrés à la grossesse et à l’accouchement en Hollande, en Australie ou en Allemagne, que de nombreux modèles sont possibles et qu’il est bon de les connaître pour s’en inspirer.

Anne-Laure Brunelle

 

2 thoughts on “La Tradition de l’Ansei au Japon : l’île où les jeunes mamans sont reines

  • 13 August 2017 at 22 h 20 min
    Permalink

    Ils sont forts ces Japonais. C’est beau de voir un peuple aussi respectueux des femmes, surtout pendant la grossesse et l’accouchement. Et pour le post partum, quelle idée merveilleuse ! C’est vrai quand France on se sent complètement laissée pour compte des que bébé est là… J’aurais tellement que quelqu’un prenne soin de moi comme ça !

    Reply
  • 26 September 2017 at 6 h 42 min
    Permalink

    Bonjour naturelle maman,
    j’avais déjà lu que les japonaises préfèrent accoucher sans péridurale mais je ne savais pas pourquoi.
    C’est passionnant de Savoir comment se passe la grossesse et l’accouchement à l’autre bout du monde.

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

X