Bonjour et bienvenue chez Naturelle maman !3 juillet 2020
accueillir un deuxième enfant en douceur

Comment aider votre enfant à devenir l’aîné ?

La majorité des mamans qui attendent leur deuxième ou troisième enfant sont inquiètes à l’idée que leur aîné vive mal l’arrivée de son petit frère ou de sa petite sœur. Si c’est votre cas, j’aimerais partager avec vous mon expérience pour vous aider à vivre cette petite révolution familiale avec sérénité.

« Joseph est heureux de vous annoncer la naissance de son petit-frère » annonçait le faire-part de naissance de mon deuxième enfant, Gabriel. Mais Joseph était-il si heureux que ça ?! À en juger par les bêtises qu’il a faites à ce moment-là, il semblerait que ses émotions étaient plus ambivalentes qu’on ne l’espérait !

Il m’a fallu lire de nombreux livres et bénéficier des bons conseils de mes amies pour comprendre que mon petit devenu l’aîné avait besoin de temps pour faire le deuil de sa position d’enfant unique, qu’il avait occupée de façon royale pendant 4 longues et heureuses années.

L’arrivée de son petit frère ayant bouleversé ses repères et sa place de petit roi avec deux parents à son entière disposition, je me suis vite aperçue que Joseph était heureux, mais aussi inquiet, jaloux et même triste par moment.

Mon absence pendant mon séjour à la maternité, le fait qu’il dorme chez ses grands-parents l’avaient inquiété.

La colère de me voir moins disponible lui ont fait faire des bêtises qu’il ne nous a jamais refaites depuis : repeindre un mur de sa chambre avec un tampon encreur, mettre des rouleaux de papier toilettes dans la cuvette et tirer la chasse d’eau, manger tous les chocolats que ses grands parents lui avaient apporté en cachette…

Autre point important qu’il avait réussi à exprimer : sa déception.

Après avoir attendu pendant des mois un nouveau compagnon de jeu, il a mis du temps à comprendre qu’il allait devoir se contenter d’un nouveau-né tout fripé qui ne savait « rien faire, que pleurer et dormir ».

Ce bébé qui accaparait mes nuits et mes bras toute au long de la journée était pour lui une sorte d’intrus dangereux capable de le priver de mon amour et on a du faire preuve de beaucoup de patience et d’imagination pour lui faire comprendre que l’arrivée de son petit frère ne le menaçait pas et ne changerait absolument à rien à l’amour qu’on ressentait pour lui.

Si vous êtes enceinte de votre deuxième bébé, ou si vous venez de l’accueillir et que vous vous reconnaissez dans ce que je viens de vous confier, voici les conseils que j’aimerais vous donner.

Toutes ses émotions sont normales 

Pour les surmonter votre enfant a besoin que vous l’accompagniez, sans le juger, dans la compréhension de ce qu’il vit et dans l’acceptation du nouveau-né. Ces sentiments le pousseront à s’affirmer et à prendre sa place.

Un bébé c’est une décision de couple, prise entre adultes, laissez donc du temps à l’aîné pour s’habituer au nouveau venu ! Et laissez à l’amour fraternel le temps de s’installer.

La régression est une étape normale entre deux statuts, celui d’enfant unique et celui d’aîné. C’est un appel aux parents qui permet à l’enfant de vérifier « le lien d’attachement ». Si vous répondez à ses demandes de réassurance, l’enfant reprendra le chemin de l’autonomie en consolidant sa confiance.

A ce stade, il est persuadé que vous préférez les bébés, puisque vous passez beaucoup de temps à vous en occuper, alors il adopte des comportements de bébé pour vous plaire, pour reprendre la place, qu’il croie avoir perdue.

En fonction de son âge, Il transgresse les règles, fait plus de « bêtises », demande un biberon, la tétine, reprend son pouce, demande à être pris dans les bras, se montre plus câlin, plus collant, et si la propreté était acquise, quelques accidents nocturnes et même diurnes sont possibles.

Patience, il faudra de 3 à 6 mois pour que chacun trouve sa place dans la famille !

Que pouvez-vous faire pour l’aider à devenir l’aîné ?

Pendant votre grossesse

Racontez-lui sa naissance, montrez-lui des photos de lui bébé, cela le rassurera sur sa place dans la famille.

Profitez de l’histoire du soir, pour lire un album en rapport avec l’arrivée d’un bébé dans une famille.

Expliquez-lui que durant quelques jours, il ira chez ses grands-parents quand maman sera à la maternité.

Evitez les comparatifs « grand » « petit », utilisez les prénoms, ils font partie de l’identité de l’enfant et le rendent unique.

Valorisez les comportements autonomes qu’il a acquis : manger proprement à table avec papa et maman, mettre son manteau seul, se brosser les dents….

Ne le grondez pas lorsqu’il « joue à être un bébé », mais soulignez que vous savez que c’est un jeu « Tu veux jouer à être un bébé, je te donne un biberon »

Prenez du temps avec lui et pour lui, ne le renvoyez pas systématiquement parce que « vous devez vous occuper du bébé ».

Aidez-le à exprimer ses sentiments, ses émotions, faites-lui comprendre qu’il n’est pas obligé d’être content de l’arrivée du bébé, ni de l’aimer mais qu’il n’a pas le droit de lui faire mal.

Voyez avec lui les avantages et les inconvénients de sa position d’aîné et de l’arrivée du bébé.

N’exigez pas de lui, qu’il montre l’exemple, qu’il soit grand, qu’il fasse tous les efforts.

Ne laissez pas le nouveau-né seul avec son aîné, c’est beaucoup de responsabilités et il pourrait lui faire mal sans s’en rendre compte.

Le cadeau !

Pour favoriser l’acceptation du puîné, certaines familles proposent que le bébé apporte un cadeau à son aîné. Personnellement, je ne suis pas favorable à cette pratique, car, elle masque les émotions et modifie le vécu de l’enfant. Les émotions font grandir à condition d’être vécues et surmontées.

De plus, je n’aime pas « les petits arrangements avec la réalité » *, dans les rapports aux enfants. A-t-on déjà vu un nourrisson naître un cadeau à la main ?

Et pour finir, je partage avec vous quelques livres qui m’ont vraiment aidée et que vous pouvez acheter les yeux fermés.

Livres pour les enfants

Nous Serons toujours là pour toi, Stephan Valentin, Editions Pfefferkorm, 2017. « En grandissant, votre enfant se pose beaucoup de questions : « Et s’il y a un monstre dans ma chambre ? », « Et si vous sortez le soir sans moi ? ». Ce livre est là pour le rassurer, en lui faisant comprendre qu’il pourra toujours compter sur vous. »

Un Bébé à la maison, Catherine Dolto, Gallimard Jeunesse, 2019. « Accueillir un bébé à la maison, c’est un grand bouleversement pour tout le monde, même pour le bébé. Ça oblige chacun à changer un peu sa manière de vivre et d’être ensemble. Parfois, ça ne se passe pas bien, mais finalement c’est formidable de devenir un grand frère ou  une grande sœur, même si on est à la fois très jaloux, très malheureux, très fâché et très, très content… »

Tu m’aimes ou tu m’aimes pas, Carl Norak et Claude Dubois, Ecole des Loisirs, 2002. « Lola est excitée, enjouée: elle vient d’avoir un petit frère. Mais qu’elle le prenne ou lui offre son jouet préféré, le petit se met à pleurer. Peut-être n’aime-t-il pas Lola? Celle-ci parvient toutefois à se rassurer sur les sentiments de son frère. »

Livres pour les parents

Frères et soeurs, Isabelle Filliozat, Nathan, 2018. Avoir un frère et une sœur, c’est compliqué… mais c’est pour la vie ! • Parfois on aime être avec son frère ou sa sœur, parfois, on déteste. Pourquoi ? • Que signifie la jalousie au fond ? • Pourquoi les enfants d’une même fratrie ne sont pas tous élevés « pareil » ? (place dans la fratrie). • Comment bien vivre la répartition du temps parental ? • Des activités / des outils pour se sentir bien, et à sa place dans la famille. 

Frères et soeurs sans rivalité, Adèle Faber et Elaine Mazlich, Editions du Phare, 2013. « A propos des conflits entre enfants d’une même famille. Deux spécialistes de la « communication familiale » traitent de la question en faisant état des réunions de parents qui ont à surmonter des problèmes de ce genre chez leurs enfants ou d’adultes qui ont vécu des difficultés dans leur jeunesse. »

Quand un nouveau bébé arrive, Stephan Valentin, Editions Jouvence, 2013. « Ca y est ! Après vous êtes longuement questionnée avec votre compagnon sur l’écart d’âge idéal entre votre premier et votre deuxième enfant, vous êtes à nouveau enceinte. Passés les premiers moments d’euphorie, une multitude de questions vous viennent à l’esprit, très différentes de celles de votre première grossesse. En effet, très vite vous commencez à vous interroger sur les réactions de votre aîné. Comment et quand lui annoncer la nouvelle ? Va-t-il être jaloux ? Sera-t-il gentil avec son petit frère ou sa petite soeur ou au contraire agressif ? Comment s’organiser pour ne léser aucun des deux ? On souhaite tous qu’une relation de complicité s’installe… mais elle est loin d’être donnée au départ, car il est clair que pour l’aîné, ce nouveau est un intrus prêt à lui voler sa place. La partie n’est donc pas gagnée d’avance… »

Et vous ? Comment s’est passé l’accueil de votre bébé par son grand frère ou sa grande soeur ? Comment avez-vous géré cette période de transition ? Avez-vous constaté une phase de régression ? Partagez votre expérience avec la communauté des naturelles mamans dans les commentaires ci-dessous !

Anne-Laure Brunelle


Sources

One Comment

  1. AvatarLeïla Reply

    Merci pour le partage d’expérience et les conseils de lecture, je le garde en favori car c’est une de mes grandes angoisses pour cette seconde grossesse. Leïla

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *