Bonjour et bienvenue chez Naturelle maman !14 décembre 2019
mon accouchement sans péridurale

« J’ai eu une chance incroyable »

Après avoir suivi le programme Naissance douce, Sophie a accepté de se confier sur son premier accouchement sans péridurale à la maternité. Elle raconte comment les conseils de la sage-femme Elisabeth Lathuille-Ferjani l’ont aidée à vivre l’accouchement dont elle rêvait.

« Sur l’invitation d’Anne-Laure, je suis heureuse de venir vous parler de la naissance de ma fille, Maya, née le 17 août dernier à 5 heures du matin, peu avant le lever du soleil.

A J+6 du terme, après avoir littéralement tout essayé pour donner un coup de pouce à bébé pour se décider à déclencher le travail, j’ai enfin ressenti mes premières contractions en fin d’après-midi, que j’ai accueillies avec une immense joie parce que je n’y croyais vraiment plus. J’étais persuadée d’être déclenchée le lendemain lors de mon rdv de contrôle

Je préviens mon homme qui est encore au travail que je vais tout préparer mais que je veux rester le plus possible à la maison. Il le sait, on a regardé les séances du programme ensemble et je sais qu’il a des repères pour savoir à quel moment partir à la maternité. L’astuce donnée par Elisabeth sur la mâchoire qui se contracte nous a d’ailleurs bien servie

La soirée se passe tranquillement, je suis bien dans la sécurité et le confort de ma maison, au chaud.

On a baissé les lumières, mis des bougies, un peu de musique par moments pour danser doucement, et mes contractions sont régulières toutes les 4 minutes pendant 2 heures. Je fais du ballon aussi, j’ai été bonne élève et me suis bien entraînée à faire les exercices qui aident mon bébé à descendre.

Quand je commence à rentrer dans ma bulle, que je n’arrive plus à parler et que les contractions se rapprochent toutes les 3 minutes, on sait tous les deux qu’il est temps de partir à la maternité pour la naissance de notre puce, quelle joie !

Arrivés la bas, la maternité est calme, il n’y a qu’une seule autre maman qui est en pré-travail et toutes les salles de naissance sont libres, je vais pouvoir être installée en salle nature, deuxième grande joie !!

La sage femme m’examine rapidement et je suis dilatée à 4 bons centimètres, je suis tellement heureuse d’avoir super bien géré le pré-travail à la maison et d’être venue pile quand il fallait. Ca me donne une grande confiance en moi pour la suite.

On discute avec Sarah, la sage-femme qui va s’occuper de nous, de mon projet de naissance sans péri et elle y est très ouverte et dis être heureuse de nous accompagner.

Elle nous installe en salle nature et me propose de prendre un bain dans l’immense baignoire de travail.

Quand je suis bien installée avec de l’eau chaude jusqu’au cou, elle baisse les lumières et nous propose de nous laisser gérer en donnant seulement quelques consignes de massage pour mon homme.

Pendant les contractions qui deviennent vraiment intenses, je me penche en avant et cheri appuie sur mes trous sacrés dans le bas de mon dos, ça me fait un bien fou. Merci Elisabeth pour cette super technique !

J’essaie de me détendre au max pour que mon col s’ouvre, je fais des sons graves en veillant à ce que ma machoire soit détendue et je me laisse porter par l’eau. Entre chaque contractions, je goûte au repos.

Sarah revient au bout d’une heure en s’étonnant qu’on ne l’ait pas appelée et je suis passée à 7 en seulement une heure ! Trop contente ! Pour un premier, elle nous dit que c’est vraiment top.

Elle repart mais une demi-heure plus tard ça devient vraiment dur, je me mets à genoux et je hurle que j’en peux plus. Mon homme appuie sur le bip et la sage-femme vient m’examiner. Je lui hurle stop car j’ai une contraction qui vient. Elle retire sa main mais là je perds les eaux. Je ne pensais pas que ça faisait un tel bruit, comme un gros ballon rempli d’eau qui éclate, c’est très impressionnant, je suis scotchée.

Sarah me félicite et me dit qu’elle n’a pas percé, que la poche s’est rompue toute seule et que la naissance de mon bébé est maintenant imminente.

Maintenant que j’ai perdu les eaux, la douleur est plus forte que jamais. Sur les conseils de Sarah, je me mets sur le côté et la ça appuie très fort sur mon périnée et j’ai très envie de pousser.

Je pousse doucement, sans faire d’effort trop intense comme le conseille Elisabeth dans la vidéo sur le périnée, et je sens enfin la tête de Maya qui est là. Ca brûle fort mais la sensation est aussi vraiment magique, inoubliable. Une dernière poussée est ma fille est là, je l’attrape entre mes jambes et la pose sur moi.

Je peux vraiment dire que j’ai eu une chance incroyable, que toutes les conditions étaient réunies pour vivre un accouchement de rêve. Les supers conseils d’Anne-Laure et d’Elisabeth, la maternité presque vide ce soir là et une super sage-femme qui m’ comprise et beaucoup aidée. Elle m’a félicitée pour ce bel accouchement et nous a trouvés très sereins pour un accouchement sans péri.

Merci du fond du coeur à elle, à Elisabeth Lathuille-Ferjani et à Anne-Laure Brunelle pour cet accompagnement. Je vous souhaite le même accouchement C’était tellement beau… »

préparation à l'accouchement en ligne

5 Comments

  1. AvatarCel25230 Reply

    Magnifique votre accouchement. Je ne sais pas si les hormones de grossesse mais j’en ai les larmes aux yeux en vous lisant. J’espère que j’aurais autant de chances que vous pour mon propre accouchement…

  2. AvatarNoémie Reply

    Oui vous avez eu beaucoup de chance et je vous envie. Vous n’avez pas eu le sentiment que tout vous échappe, que votre accouchement est gâché, comme j’aurais aimé avoir le même accouchement. Le mien a terminé en césarienne d’urgence et je dois maintenant faire le deuil de mon accouchement rêvé, par voie basse et sans péridurale.

  3. AvatarNina Thuillier Reply

    Waouh ça fait tellement de bien d’entendre un bel accouchement comme ça. Ça montre que c’est vraiment possible !! Dans la réalité de la vie quotidienne ça le semble beaucoup moins. Entre mon collègue de bureau dont la femme a eu deux césariennes d’urgence et une descente d’organe, mes copines qui me disent que je suis folle de ne pas vouloir de péri, les inconnues qui me racontent leur accouchement horrible, je vous jure que c’est dur. Au beau milieu de tout ça votre site me fait du bien ! Merci naturelle maman. ❤️

    1. Anne-Laure BrunelleAnne-Laure Brunelle Post author Reply

      Avec grand plaisir Nina ! Il est vrai que les témoignages « douloureux » sont inévitables pendant la grossesse. J’y ai eu le droit aussi, à de nombreuses reprises, et j’ai appris à n’écouter que d’une oreille et à me concentrer sur les témoignages positifs et inspirants. J’espère que vous arrivez à faire de même !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *