Bonjour et bienvenue chez Naturelle maman !7 mars 2021
Laurie raconte son premier accouchement sans péridurale

Accouchement de Laurie « Je me sentais fière et forte, j’avais réussi ! »

Après un premier accouchement très médicalisé, Laurie a souhaité donner naissance à son deuxième enfant sans péridurale à la maternité. Elle nous raconte comment elle s’est préparée et surtout, comment elle a réussi à vivre l’accouchement dont elle avait rêvé.

« Il y a bientôt 6 ans, j’ai donné naissance à mon premier enfant. Déclenchement, double dose de péridurale, forceps, 10 points de suture interne et après 18h de contractions et 45 minutes de poussées, mon fils était né !

J’étais heureuse malgré mes œdèmes parce que j’étais devenue maman et que mon bébé était en bonne santé malgré un rythme cardiaque faible.

Le temps a passé, j’ai mûri et à force de lectures, de discussions, d’écoute de différentes expériences, j’ai compris qu’accoucher pouvait être un moment agréable, merveilleux et que ce que j’avais vécu n’était pas obligatoire, que ce n’était pas la « norme » et que pour mon 2ème enfant, je pouvais le vivre autrement.

Une fois enceinte de ma fille, j’ai décidé de tenter un accouchement naturel.

Pourquoi ?

Parce que je savais que je ne voulais pas de 3ème enfant et que ce serait ma dernière grossesse.

Parce que j’avais envie de ressentir ce besoin naturel de pousser pour donner la vie et que je n’avais pas du tout ressenti la première fois.

Parce que je voulais vivre ce que ces femmes avant moi avaient vécu et ressenti.

Parce que je voulais connaitre mes limites et ce dont j’étais capable, parce que je voulais avoir la pleine conscience de mon corps et vivre au lieu de subir mon accouchement.

Alors le 5 novembre 2020, j’ai vécu cette belle histoire et j’ai décidé de vous la raconter, déjà pour vous présenter la préparation que j’ai suivie et que vous pouvez suivre aussi et peut-être pour en inspirer certaines qui s’apprêtent aussi à écrire leur histoire.

J’ai suivi le programme Naissance douce de Naturelle maman, créé par une maman et présenté par une sage-femme.

Il est composé de plusieurs vidéos et vous permet de travailler votre confiance, les respirations, les exercices, l’implication du papa, préparer votre périnée, l’alimentation…

Vous y trouverez aussi des vidéos de sophrologie prénatale.

Donc pendant un mois, chaque soir, j’ai regardé ces vidéos et suivi les conseils…

Et le 4 novembre au soir…

J’ai vécu l’accouchement de mes rêves

Après 2h à la maison de contractions de plus en plus fréquentes et ressenties, nous avons décidé de nous rendre à la maternité.

Verdict de la sage-femme : je suis dilatée à 4 cm et je pars en salle de naissance !

Petite larme de soulagement de savoir que le travail est déjà bien commencé et de savoir que dans quelques heures, ma fille sera là !

Les sages-femmes étaient informées de mon projet de naissance, elles nous ont installé dans une salle avec de la lumière tamisée et un ballon.

Pendant 2h, le papa et moi avons accompagné les contractions.

Moi assise sur mon ballon et parfois debout et lui me massant comme il l’avait appris avec la préparation.

Je me rappelle aussi pousser des cris rauques qui me soulageaient.

Au bout de 2h de travail à ce rythme-là, la sage-femme me propose un nouvel examen et m’annonce que je suis à 7cm.

Ce moment où j’ai refusé la péridurale

La sage-femme m’informe qu’elle va devoir percer la poche des eaux pour contrôler l’état de mon placenta étant donné que j’ai perdu du sang.

Elle me dit que suite à cela, les contractions vont s’intensifier fortement, que le bébé va arriver vite et que si je veux une péridurale c’est maintenant.

Je savais qu’il y auraitt un moment dans cette aventure où je pouvais craquer avec la fatigue, la douleur mais que la fin était proche et que si je pouvait encore tenir, il le fallait.

Un regard au papa qui le savait aussi et qui a répondu à ma place que non on continuait sans péridurale, il avait compris.

J’ai confirmé sa réponse et elle a percé la poche des eaux.

Après tout s’est en effet accéléré, les contractions, la descente du bébé…

J’ai crié fort car cela me faisait du bien, je me suis cramponnée de toutes mes forces aux doigts du papa, au matelas, je la sentais tellement arriver !

3 minutes après, je l’ai attrapée et elle était là !

Je n’ai pas eu de déchirure ni d’épisiotomie et je suis remontée dans la chambre avec ma fille en marchant sans être aidée.

C’est comme si mon corps avait oublié l’épreuve qu’il venait de traverser, qu’il était fait pour ça.

Je me sentais fière et forte, j’avais réussi !

Je voudrais remercier Naturelle maman pour leur aide à cette préparation ainsi que mon amie future doula qui m’a donné l’envie de vivre cette expérience à travers ses deux récits d’accouchement à domicile.

Merci également aux sages-femmes qui m’ont accompagnée pendant mon accouchement et bien entendu au papa qui pense n’avoir rien fait mais sans qui je n’y serais pas arrivée…

Bravo à toutes les mamans que nous sommes, à celles qui ont donné la vie quelle que soit la méthode et aussi à celles qui deviennent maman par un autre moyen.

A toutes celles qui chaque jour donnent cet amour infini… »

Laurie Servat
(que vous pouvez suivre sur son compte Instagram Le petit grain de Laurie)


Votre accouchement approche et vous n’êtes pas prête ?

Vous avez envie de recevoir les bonnes infos, astuces et conseils pour accoucher sans péridurale ? Rejoignez le programme Naissance douce avec la sage-femme Elisabeth Lathuille-Ferjani en cliquant ici ou sur l’image ci-dessous.

préparation à l'accouchement en ligne
Cours de préparation à l’accouchement en vidéos et podcasts avec Elisabeth, sage-femme.

2 Comments

  1. AvatarSeraphine Reply

    Encore un super témoignage qui me fait du bien, j’attends les mercredis avec impatience maintenant, ça m’aide vraiment à positiver pour mon accouchement. Merci à toutes ces merveilleuses mamans qui nous partagent leur expérience.

  2. AvatarCutie S. Reply

    J’accouche normalement début avril, c’est mon deuxième et comme Laurie, j’ai eu l’impression qu’on m’a volé mon premier Accouchement, qu’il s’est passé sans moi sur le moment, mais que c’est bien moi qui en ai souffert après pendant des mois et des mois. J’aimerais dire à toutes à quel point c’est important d’aller en parler à un psy ou à une sage-femme si cela vous arrive. C’est un traumatisme qui doit être soigné. J’ai été accompagnée par une psy formidable et j’ai aussi fait plusieurs séances d’ostéopathie et d’hypnose Ericksonienne qui m’ont permis d’aller de l’avant et d’envisager un deuxième bébé tout neuf, sans le poids du passé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *