fbpx
Bonjour et bienvenue chez Naturelle maman !6 octobre 2022
Future maman en fin d'accouchement

Connaissez-vous ce « coup dur » en fin d’accouchement ?

La phase de désespérance, c’est quoi exactement ? C’est un moment bien particulier qui survient à la fin de l’accouchement, pendant lequel vous pouvez perdre espoir et ne pas vous sentir capable de donner naissance à votre bébé. C’est un phénomène courant, qu’il est important de connaître pour bien le traverser et savoir qu’il indique la naissance toute proche de votre bébé.

La phase de désespérance, aussi appelée phase de transition, peut être un vrai coup dur à la toute fin de l’accouchement, lorsque la physiologie de la naissance est respectée.

C’est le moment de tempête où votre taux d’ocytocine chute brutalement pour laisser place à une explosion de catécholamines (adrénaline).

C’est cette grosse décharge d’hormones, naturelles qui va permettre de déclencher les dernières contractions, les plus fortes et les plus efficaces de votre accouchement, pour donner naissance à votre bébé.

Cette phase de désespérance peut se manifester de manière parfois impressionnante pour votre partenaire, puisque vous pouvez donner l’impression de perdre pied.

À ce moment précis, toutes celles qui rêvaient d’un accouchement physiologique mais qui n’ont pas été bien préparées vont craquer…

Quand cette phase de désespérance se produit, vous pouvez ressentir :

👉 une forte angoisse, voire la peur de mourir (vous aurez peut-être envie de crier des choses du genre « Je vais mourir » ou « Je n’en peux plus, laissez-moi ». Vous aurez peut-être même un comportement agressif.

👉 l’impression que vous n’arriverez jamais à faire sortir votre bébé ou que vous n’avez plus la force,

👉 de l’extérieur, vous pourrez sembler perdre totalement pied et inquiéter votre conjoint.

Comment réussir à traverser la phase de désespérance ?

Pour réussir à dépasser cette épreuve comme une reine, il est déjà important de savoir que c’est une étape difficile, mais tout à fait normale de votre accouchement.

Après l’état de semi-conscience induit par l’ocytocine naturelle pendant toute la phase de dilatation, ce pic d’adrénaline vous permet d’entrer dans un état d’extrême vigilance pour accueillir votre bébé.

Cette courte phase est immédiatement suivie par un regain d’énergie et de puissance pendant lequel les contractions sont décuplées pour permettre l’expulsion de votre bébé.

La phase de désespérance est rarement reconnue par la médecine conventionnelle, ce qui fait que la seule réponse que le corps médical vous proposera sera une péridurale… qui s’avèrera la plupart du temps inefficace étant donné la naissance imminente de votre bébé.

Il est surtout nécessaire pour les personnes qui vous accompagnent de rester calmes et de vous encourager en vous rappelant que cette phase est une bonne nouvelle, annonciatrice de la rencontre avec votre bébé. 

Et vous ? Avez-vous vécu cette phase de désespérance ? Comment l’avez vous traversée ? Comment avez-vous été accompagnée pendant ce moment clé ? Partagez votre expérience avec la communauté des naturelles mamans dans les commentaires ci-dessous.

Anne-Laure Brunelle



En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site de Naturelle maman ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un gynécologue, une sage-femme ou autre professionnel de la périnatalité, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.

2 Comments

  1. Nell Reply

    oui j’en avais déjà entendu parler mais je la confondais avec la phase de latence et je comprends qu’en faite ca n’a rien à voir, merci beaucoup pour cette information naturelle maman !

  2. Patricia Reply

    J’aurais aimé tomber sur cet article avant mon accouchement… j’avais entendu parler de cette phase où les femmes en arrivaient a dire « je m’en vais, je n’en peux plus » je trouvais ça drôle et mignon mais je n’ai pas poussé mes recherches à ce sujet, ça ne m’a pas paru important.

    J’ai commencé à perdre pied à la toute fin, j’étais dilatée a 9, j’ai commencé à vomir… j’ai eu l’impression de dégoûter tout le monde et d’un coup une succession de douleurs qui m’a parue totalement insurmontable, je disais à mon mari que ce n’était plus possible, que je n’y arrivais plus: qu’il me fallait la péri coûte que coûte malgré tout ce que j’ai pu dire à ce sujet auparavant. La sage-femme accompagnante n’était vraiment pas en phase avec le projet sans péri depuis le début alors que j’étais arrivée à la mater dilatée a 6. Elle me faisait bcp de remarques du genre « on ne va pas vous juger si vous prenez la péri », au moment de me poser l’intraveineuse, elle a compris que j’avais une phobie panique des aiguilles, elle m’a dit « mais les contractions c’est pire que la piqûre ! », « vous pouvez toujours changer d’avis »… je m’y attendais donc je ne faisais pas attention. Une fois cette douleur intense installée, je ne voyais que la péridurale comme solution, sans ça je pensais mourir littéralement, d’autant plus que je pensais que ça allait encore durer des heures. Arrivée en salle d’accouchement pour la pose de la péri, elle m’a examinée et j’étais à dilatation complète, j’espérais qu’elle me dise « ça ne sert à rien à ce stade là.. » comme j’ai pu le lire dans certains témoignages mais non : ce qui m’a confortée dans l’idée que ça allait encore durer longtemps. L’anesthésiste me pose la fameuse péri, me dit que je peux la doser: ça ne marche pas, mon mari et la sage-femme appuient sur le bouton pour que d’autres doses soient libérées ça ne marche pas, je grogne. Ils m’administrent une seconde dose, les contractions sont ingérables, ils me mettent du gaz hilarant… puis là tout est devenu cotonneux ; je ne sens plus rien du tout : ni les contractions, ni mes jambes, ni rien. Je deviens blanche comme la neige et mes mains sont bleues, je fais une chute de tension… la sage-femme me dit « vous n’allez pas nous faire une chute de tension alors qu’on a besoin de vous pour pousser, le bébé va sortir » ça m’a totalement déstabilisée, je ne comprenais pas du tout: pour moi il allait encore s’écouler des heures avant là délivrance… bon, j’ai pu pousser tant bien que mal et mon bébé est arrivée, à bien pris le sein et était en pleine santé. C’est ma consolation… mais je suis déçue.

    C’est une semaine après que je me rends compte que j’étais dans cet état précis: moi qui pensais que j’etais affaiblie après des heures de travail et de jeûne ! J’en ai les larmes aux yeux de comprendre ce qui m’est arrivé !

    Pour la prochaine, je prendrai la phase de désespérance plus au sérieux dans ma préparation !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.