fbpx
Bonjour et bienvenue chez Naturelle maman !19 mai 2024
Future maman en fin d'accouchement

Phase de désespérance : connaissez-vous ce « coup dur » en fin d’accouchement ?



En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site de Naturelle maman ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un gynécologue, une sage-femme ou autre professionnel de la périnatalité, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.

4 Comments

  1. Nell Reply

    oui j’en avais déjà entendu parler mais je la confondais avec la phase de latence et je comprends qu’en faite ca n’a rien à voir, merci beaucoup pour cette information naturelle maman !

  2. Patricia Reply

    J’aurais aimé tomber sur cet article avant mon accouchement… j’avais entendu parler de cette phase où les femmes en arrivaient a dire « je m’en vais, je n’en peux plus » je trouvais ça drôle et mignon mais je n’ai pas poussé mes recherches à ce sujet, ça ne m’a pas paru important.

    J’ai commencé à perdre pied à la toute fin, j’étais dilatée a 9, j’ai commencé à vomir… j’ai eu l’impression de dégoûter tout le monde et d’un coup une succession de douleurs qui m’a parue totalement insurmontable, je disais à mon mari que ce n’était plus possible, que je n’y arrivais plus: qu’il me fallait la péri coûte que coûte malgré tout ce que j’ai pu dire à ce sujet auparavant. La sage-femme accompagnante n’était vraiment pas en phase avec le projet sans péri depuis le début alors que j’étais arrivée à la mater dilatée a 6. Elle me faisait bcp de remarques du genre « on ne va pas vous juger si vous prenez la péri », au moment de me poser l’intraveineuse, elle a compris que j’avais une phobie panique des aiguilles, elle m’a dit « mais les contractions c’est pire que la piqûre ! », « vous pouvez toujours changer d’avis »… je m’y attendais donc je ne faisais pas attention. Une fois cette douleur intense installée, je ne voyais que la péridurale comme solution, sans ça je pensais mourir littéralement, d’autant plus que je pensais que ça allait encore durer des heures. Arrivée en salle d’accouchement pour la pose de la péri, elle m’a examinée et j’étais à dilatation complète, j’espérais qu’elle me dise « ça ne sert à rien à ce stade là.. » comme j’ai pu le lire dans certains témoignages mais non : ce qui m’a confortée dans l’idée que ça allait encore durer longtemps. L’anesthésiste me pose la fameuse péri, me dit que je peux la doser: ça ne marche pas, mon mari et la sage-femme appuient sur le bouton pour que d’autres doses soient libérées ça ne marche pas, je grogne. Ils m’administrent une seconde dose, les contractions sont ingérables, ils me mettent du gaz hilarant… puis là tout est devenu cotonneux ; je ne sens plus rien du tout : ni les contractions, ni mes jambes, ni rien. Je deviens blanche comme la neige et mes mains sont bleues, je fais une chute de tension… la sage-femme me dit « vous n’allez pas nous faire une chute de tension alors qu’on a besoin de vous pour pousser, le bébé va sortir » ça m’a totalement déstabilisée, je ne comprenais pas du tout: pour moi il allait encore s’écouler des heures avant là délivrance… bon, j’ai pu pousser tant bien que mal et mon bébé est arrivée, à bien pris le sein et était en pleine santé. C’est ma consolation… mais je suis déçue.

    C’est une semaine après que je me rends compte que j’étais dans cet état précis: moi qui pensais que j’etais affaiblie après des heures de travail et de jeûne ! J’en ai les larmes aux yeux de comprendre ce qui m’est arrivé !

    Pour la prochaine, je prendrai la phase de désespérance plus au sérieux dans ma préparation !

  3. Noémie Reply

    Cela faisait 35 heures que le travail avait commencé. D’abord des petites contractions espacées, puis de plus en plus fortes et rapprochées. Pendant ces 35h, j’avais à peine pu fermer les yeux pour me reposer, à peine grignoté au cas où… J’étais épuisée, vraiment à bout de force, je poussais mais rien ne se passait, je ne devais pas pousser correctement, j’avais mal, j’ai fini par dire « allez la chercher, j’y arrive pas, j’y arrive plus, je vais m’évanouir, sortez là » j’ai vraiment cru que j’étais au bout. Une sage femme me pris la main et m’a donné du courage »allez madame, c’est maintenant, une dernière fois, le plus fort possible, POUSSEZ !! » Je me suis mis un coup de pied aux fesses, j’ai inspiré un grand coup et j’ai poussé de toutes mes forces »allez encore ça y est elle est là !! » Encore une poussée et j’ai sentie sa tête passée !!
    C’est la douleur la plus intense de notre vie mais sa en vaut teeeeeellement la peine !

  4. Pauline Reply

    Bonjour, merci de parler de ça, c’est exactement ce que j’ai vécu avec pose de péri difficile et inutile puisque j’accouchais. J’ai vraiment mal vécu cette panique, je me suis sentie perdue et seule. aujourd’hui ma SF m’a parlé de cette phase de désespérance dans la préparation de mon prochain accouchement. J’espère vraiment être prete cette fois et être accompagnée pour me passer d’une pose de péri à dilatation complète!
    Je crois qu’on devrait en parler plus et même aux SF, auxiliaires ET anesthésistes pour qu’ils accompagnent mieux les patientes…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *