Grossesse et paracétamol : une nouvelle étude alerte sur ses dangers !

Une équipe de chercheurs de l’université de Bristol (1) vient de publier une nouvelle recherche alarmante sur les dangers de la prise de paracétamol pendant la grossesse.

Si vous me lisez régulièrement, vous savez à quel point je suis choquée que le paracétamol reste le médicament le plus prescrit aux femmes enceintes, malgré les preuves accablantes qui s’accumulent sur ses dangers pour la santé de nos bébés.

Ces dix dernières années, au moins 20 études ont prouvé que le paracétamol était à lui seul responsable de :

  • nombreux cas d’autisme et de troubles du comportement (2, 3),
  • baisse de la fertilité des petites filles (4),
  • malformations génitales, chez les petits garçons (5),
  • une diminution de la fertilité chez les petits garçons (6),
  • retards de langage chez les petites filles (7),
  • et pas moins de 13 études ont montré une augmentation des risques d’asthme chez le bébé à naître (8).

Une association entre la prise de paracétamol et le risque d’autisme et de troubles du comportement

Au cours de cette nouvelle étude, les chercheurs ont analysé les données de deux grandes études portant sur plus de 14 000 enfants.

Une première analyse montre qu’à 7 mois de grossesse, 43% des mères ont déclaré avoir pris du paracétamol « parfois » ou plus souvent au cours des 3 mois précédents. Les chercheurs ont examiné les résultats des tests de mémoire, de QI et de cursus préscolaire, de tempérament et de comportement des enfants.

Leur analyse révèle :

  • une association entre la consommation maternelle de paracétamol durant la grossesse et l’hyperactivité et des problèmes d’attention chez les enfants, ainsi que d’autres comportements difficiles ne pouvant être expliqués par des facteurs sociaux ou environnementaux ;
  • ces troubles du comportement disparaissent à la fin de l’école primaire ;
  • les garçons semblent être plus vulnérables que les filles à ces effets du médicament sur le comportement.

De nombreux effets indésirables

Le Pr Jean Golding, auteur principal de l’étude, commente ces résultats : « Ils ajoutent à la preuve des effets indésirables possibles de la prise de paracétamol pendant la grossesse, tels que des problèmes d’asthme ou de comportement des enfants. Les femmes enceintes doivent consulter et rester prudentes lorsqu’elles prennent des médicaments pendant la grossesse ».

Chaque jour qui passe, des centaines de milliers de futurs bébés sont exposés au paracétamol dans le ventre de leur maman avec la bénédiction des médecins.  

Il faut arrêter de mettre les femmes enceintes en danger et exiger du gouvernement qu’il réglemente VRAIMENT la prescription des médicaments qui contiennent du paracétamol, comme le Doliprane, aux femmes enceintes.

Et vous ? Vous êtes-vous soignée avec du paracétamol pendant votre grossesse ? Connaissiez-vous ses effets secondaires indésirables ? Partagez votre expérience avec la communauté des naturelles mamans !

Anne-Laure Brunelle


(1) Paediatric and Perinatal Epidemiology Sept, 2019 DOI : 10.1111/ppe.12582 Associations between paracetamol (acetaminophen) intake between 18 and 32 weeks gestation: a longitundinal cohort study

(2) Ystrom E, Gustavson K, Brandlistuen R, Knudsen G, Magnus P, Susser E, Davey Smith G, Stoltenberg C, Surén P, Håberg SE, Hornig M, Lipkin WI, Nordeng H, Reichborn-Kjennerud T, “Prenatal exposure to acetaminophen and risk of ADHD”, American Academy of Pediatrics, Novembre 2017. Trouvé sur : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29084830

(3) Avella-Garcia C, Julvez J, Fortuny J, Rebordosa C, García-Esteban R, Riaño Galán I, Tardón A, Rodríguez-Bernal C, Iñiguez C, Andiarena A, Santa-Marina L, Sunyer J, “Acetaminophen use in pregnancy and neurodevelopment: attention function and autism spectrum symptoms”, 2016. Trouvé sur : http://ije.oxfordjournals.org/content/early/2016/06/27/ije.dyw115

(4) Society for Endocrinology. “Taking paracetamol during pregnancy may reduce fertility of daughters.” ScienceDaily. ScienceDaily, 6 January 2018. Trouvé sur : www.sciencedaily.com/releases/2018/01/180106103439.html

(5) D Møbjerg Kristensen, U Hass, L Lesné, G Lottrup, “Intrauterine exposure to mild analgesics is a risk factor for development of male reproductive disorders in human and rat”, Human Reproduction Advance Access, 2010. Trouvé sur : http://humrep.oxfordjournals.org/content/early/2010/11/08/humrep.deq323.ful

(6) Benkimoun Paul, « Le paracétamol, facteur de risques pour le foetus », Journal Le Monde, Novembre 2010. Trouvé sur : http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/11/08/le-paracetamol-facteur-de-risque-pour-les-f-tus_1437274_3224.html

(7) Bornehag, C.-G. et al., « Prenatal exposure to acetaminophen and children’s language development at 30 months », European Psychiatry. Trouvé sur : https://www.europsy-journal.com/article/S0924-9338(17)32989-9/fulltext

(8) Magnus MC, Karlstad Ø, Håberg SE, Nafstad P, Davey Smith G, Nystad W,“Prenatal and infant paracetamol exposure and development of asthma: the Norwegian Mother and Child Cohort Study”,International Journal of Epidemiology, 2016. Trouvé sur : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26861478

4 pensées sur “Grossesse et paracétamol : une nouvelle étude alerte sur ses dangers !

  • Avatar
    26 septembre 2019 à 22 h 49 min
    Permalink

    J’avais signe votre pétition sur les dangers du Doliprane pendant la grossesse et je m’étonne que rien n’ait été fait. En tous cas merci d’alerter les consciences sur ce problème de santé publique grave.

    Répondre
  • Avatar
    28 septembre 2019 à 10 h 53 min
    Permalink

    Je trouve ça vraiment triste que les gynécos ne nous disent rien à ce sujet, j’en ai pris pendant bien plus de 3 semaines sur les conseils du mien parce que j’avais des migraines et des nausées et il ne m’a jamais dit que c’était dangereux pour mon bébé, bien au contraire il m’a assuré que c’était sans danger…

    Répondre
  • Avatar
    29 septembre 2019 à 22 h 57 min
    Permalink

    Je suis institutrice depuis 25 ans. Il y a dix ans, avoir un enfant autiste était encore très rare. Aujourd’hui, nous en denombrons pas moins de deux à trois par classe atteint de troubles du comportement à de l’autisme sévère. Il y a les ravages des ecrans c’est certain, mais je suis persuadée qu’il y a également les médicaments qui jouent un rôle, votre article en est une preuve indéniable.

    Répondre
  • Avatar
    30 septembre 2019 à 10 h 04 min
    Permalink

    Je suis enceinte de 6 mois et souffre très régulièrement de migraines, qu’est ce que vous conseillez comme alternative au Doliprane du coup ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *