L’étrange coutume des Indiens Huichol

Celles et ceux qui me suivent régulièrement savent à quel point j’aime dénicher et transmettre certaines traditions ancestrales autour de la grossesse et de la naissance.

En faisant des recherches sur le rôle des papas au moment de l’accouchement, j’ai découvert que de nombreuses coutumes existent pour permettre aux femmes de partager la douleur des contractions avec leur conjoint.

Dans certaines zones du brésil par exemple, la tradition veut que les hommes se fassent saigner pendant que leur femme accouche.

En Guyane, certains hommes sont obligés de rester au lit, complètement isolés pendant six semaines après l’accouchement. Ensuite, les membres de sa famille lui font quelques entailles sur la peau qui sont frottées avec des piments.


 


Mais la palme du rite le plus cruel revient sans aucun doute aux indiens Huichol, au Mexique, l’une des tribus plus reculées et les plus archaïques du pays.

Les testicules pendues à des cordes !

Pendant l’accouchement, le futur papa se perche sur les poutres de sa maison, pour être installé juste au dessus de sa femme.

On lie ses testicules à une corde, dont les extrémités restent dans les mains de sa femme, afin qu’elle puisse tirer sur la corde pendant ses contractions pour partager sa douleur avec son compagnon ! 

Illustration de cette pratique dans le charmant dessin ci-dessous…

Maintenant que vous avez bien visualisé la scène, imaginez l’état des testicules des pères de familles nombreuses… 😉

Pourquoi cette coutume ?

Pour que le père et la mère, ayant tous les deux partagé une douleur très forte, ressentent de la même manière la joie d’accueillir leur bébé !  

Le malheureux papa a tout de même le droit d’attenuer sa douleur en consommant des cactus aux propriétés hallucinogènes !

 

Anne-Laure Brunelle

 


One thought on “L’étrange coutume des Indiens Huichol

  • 22 July 2018 at 6 h 25 min
    Permalink

    Malgré la cruauté de la tradition (la photo mon dieu, la photo !!!), Cela montre qu’il y a des pays où les hommes et les femmes partagent tout, ça me laisse rêveuse. Moi qui suis enceinte de mon 2eme bb, je suis tombée de haut quand j’ai compris à la naissance de mon premier à quel point j’étais seule dans cette aventure. Que ce soit pour l’accouchement, à la maternité et à la maison, j’ai découvert la grande solitude des jeunes mamans, et le poids de tout ce qu’on porte sur nos épaules quand on devient maman.

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *