fbpx
Bonjour et bienvenue chez Naturelle maman !20 juillet 2024

Endométriose : une multitude de solutions naturelles pour vous aider

Marie-Liesse Goutte, infirmière diplômée d’état formée en phytothérapie et aromathérapie s’est spécialisée en accompagnement de l’infertilité. Elle vous propose dans son premier article pour Naturelle maman plusieurs pistes thérapeutiques pour vous soulager si vous êtes atteinte d’endométriose.

Je suis infirmière depuis 2013, et pendant mes cours à la faculté de médecine de Paris 6, je n’ai jamais entendu parler d’endométriose…

Il y a 10 ans, cette pathologie était une non-maladie pour la plupart d’entre nous. Quelque chose qui n’existait pas.

C’est en me formant en restauration de la fertilité en 2019, à la faculté de médecine de Lyon qui a été l’une des premières à aborder le sujet, que j’ai pu comprendre le sujet et l’approfondir.

L’endométriose est un vaste sujet, qu’on ne cerne pas encore bien et dont les causes sont encore discutées.

On finira par penser que c’est une maladie multi-causale, qui touche finalement plus de femmes qu’on ne le pense.

Le nombre de femmes touchées reste difficile à évaluer en raison des difficultés du diagnostic.

Mais selon l’OMS, 1 femme sur 10 en âge de procréer serait touchée par l’endométriose, ce qui correspond à environ 1,5 millions de femmes atteintes d’endométriose en France et 176 millions dans le monde. (1)

Depuis la publication de ces chiffres en 2020, il y a eu une évolution dans l’attention qui lui est portée et les médecins proposent une meilleure prise en charge médicalisée des femmes atteintes d’endométriose.

Cliquez pour le recevoir gratuitement !

Si vous êtes atteinte d’endométriose et que la maladie vous cause des douleurs, une infertilité ou si les lésions entraînent une altération du fonctionnement d’un organe, on pourra vous prescrire des médicaments antalgiques, des traitements hormonaux et éventuellement de la chirurgie si les lésions sont importantes.

Pourtant, comme l’admet le site EndoFrance, « Il n’existe pas aujourd’hui de traitements définitifs de l’endométriose, même si l’hormonothérapie et/ou la chirurgie peuvent endiguer l’évolution de cette maladie durant plusieurs années selon les cas ».

Mais si la médecine actuelle a choisi de prendre ce sujet à bras le corps, avec notamment des centres dédiés dans plusieurs grandes villes, qu’en est-il des solutions naturelles ?

En creusant le sujet pour les femmes accompagnées au quotidien, je me suis rendu compte que la phytothérapie (l’usage des plantes) travaillait depuis bien longtemps sur les symptômes de l’endométriose.

Donc, même sans diagnostic d’endométriose, les femmes atteintes étaient déjà fortement soulagées et bien prises en charge.

Si on part par exemple des douleurs, il y a plusieurs plantes qui permettent un soulagement efficace, non pas en « effaçant » la douleur mais bien en travaillant sur chacune de ses causes.

3 plantes majeures contre la douleur

L'achilée millefeuille peut être consommée avec l'alchémille qui possède une action anti-hémorragique - Naturelle maman
L’achillée millefeuille est une plante qui possède une action sédative sur la sphère utéro-ovarienne.

Ainsi, si vous avez des douleurs de congestion, c’est-à-dire entre autres une sensation de pesanteur dans le petit bassin, vous pouvez vous préparer une infusion d’Achillée millefeuille qui est une plante très circulatoire et anti-inflammatoire.

On utilise les sommités fleuries, en infusant pendant 10 minutes une cuillère à soupe par tasse. Il est tout à fait possible de boire plusieurs tasses par jour.

Si vous souffrez plus précisément de spasmes lors de vos règles ou en amont : l’huile essentielle d’estragon diluée pourra la soulager efficacement, notamment grâce à ses phénols.

Pour la diluer, vous pouvez par exemple utiliser de l’huile végétale de noisette, qui permet d’emporter en profondeur les molécules actives de l’huile essentielle.

Une autre huile essentielle va être particulièrement intéressante si ce sont des douleurs plutôt ligamentaires quand les ligaments utérosacrés sont atteints par exemple, la gaulthérie couchée.

L’huile essentielle de gaulthérie agira, ici, de façon plus globale avec ses salicylates et ses esters.

Il faut toujours la diluer à 10% (une goutte d’huile essentielle pour dix gouttes d’huile végétale).

Les effets anti-douleurs de l'huile essentielle de gaulthérie couchée en cas d'endométriose sur Naturelle Maman
Riche en salicylate de méthyle, actif aux effets antalgiques et anti-inflammatoires, l’huile essentielle de gaulthérie couchée en dilution peut aider à soulager les douleurs pelviennes.

L’espoir d’un traitement non-hormonal à bases de feuilles d’olivier

Même si pour le moment, aucun traitement n’a fait ses preuves pour guérir les femmes atteintes d’endométriose, un traitement naturel à base d’extrait de feuilles d’olivier, l’oleuropéine, est actuellement à l’étude (2) et semble très prometteur.

Publiée dans la revue spécialisée Journal of Biomedical Science (2), l’étude dans laquelle l’oleuropéine a été identifiée comme traitement de l’endométriose a été menée sur des souris.

Il faudra donc attendre que ces résultats soient confirmés dans des études sur des humains avant de permettre l’élaboration de nouveaux traitements contre l’endométriose. 

On peut quand même retenir que ce composé naturel a permis de bloquer la croissance des lésions d’endométriose chez la souris.

« Le traitement à l’oleuropéine n’était pas toxique pour le foie, et n’affectait pas la capacité des souris femelles à avoir une progéniture« , précise Sang Jun Han, l’auteur principal de cette étude menée aux Etats-Unis.

Chez les souris atteintes d’endométriose, l’utilisation de l’oleuropéine a aussi permis d’améliorer le taux de fertilité. 

N’hésitez pas à consulter plusieurs professionnels de santé

La nature regorge de possibilités pour adapter au mieux l’accompagnement.

Je vous conseille d’ailleurs de faire appel à plusieurs professionnels de santé pour explorer toutes les pistes thérapeutiques qui s’offrent à vous.

L’ostéopathie ou la kinésithérapie sont ici de merveilleux outils.

Ce qu’un praticien en phytothérapie pourra comprendre en questionnant la femme, l’ostéopathe pourra le découvrir avec ses mains.

Cumuler les plantes et la pratique manuelle est très intéressante, voire indispensable.

Cliquez pour le recevoir gratuitement !

Comment lutter contre la fatigue et soutenir son moral ?

Si on continue à aller un peu plus en profondeur et à décrypter ce que vous pouvez ressentir dans votre corps, il y a souvent une fatigue chronique et un moral fluctuant.

Car oui : vivre avec des symptômes d’endométriose au quotidien, ce n’est pas évident.

On pourra, ici aussi, trouver des duos qui fonctionnent bien.

Dans les plantes plusieurs formes peuvent être intéressantes.

La poudre d’Ashwagandha qui permet au corps de mieux s’adapter (d’où son nom de plante adaptogène), va combattre la fatigue, relancer les sécrétions hormonales et permettre une meilleure gestion du stress.

Vous pouvez l’utiliser au quotidien et sur le long terme, à mesure de 2g par jour au minimum.

Favorisez les gélules d’extrait sec si vous n’aimez pas les goûts nouveaux !

Le macérat-mère de bourgeons de Figuier est aussi très intéressant pour travailler sur le stress du quotidien, et aidera aussi à stopper les pensées qui tournent en boucle.

Vous pourrez l’utiliser le matin, pour la gestion du stress du jour et une meilleure digestion ; ou bien le soir au coucher pour stopper les pensées négatives qui tournent en boucle.

Ces plantes sont à utiliser en parallèle d’une pratique de sport douce, qui va permettre une meilleure gestion du cortisol, important dans la fatigue, et, entre autres, la libération d’endorphines qui aideront à soulager les douleurs chroniques.

Travailler sur l’inflammation, une des causes possibles de l’endométriose

On ne peut pas parler d’endométriose sans parler d’inflammation, elle est une de ses causes et en même temps sa conséquence.

Les lésions endométriosiques vont créer une inflammation de bas-grade, qui se majore via des déclencheurs. Ceux-ci sont assez multiples et c’est pourquoi, il est très important d’avoir une action très globale pour faire diminuer cette inflammation.

Plusieurs exemples pour vous expliquer : les lésions d’endométriose sont en elles-mêmes inflammatoires, puisque sous l’action des hormones elles vont se « réactiver ».

La N-acétylcystéine, qui est une molécule de synthèse, va être ainsi très intéressante par son action cicatrisante des lésions.

Bien qu’elle soit fabriquée en laboratoire, cette molécule se transforme dans l’organisme en Cystéine, qui va permettre la fabrication de Glutathion : notre plus important anti-oxydant naturel.

Comment retrouver un bon équilibre hormonal ?

Les lésions endométriosiques produisent de l’oestradiol, alors que le tissu endométrial sain n’en produit pas. Les femmes atteintes d’endométriose sont donc en hyperoestrogénie et souffrent d’un déséquilibre oestrogènes et progestérone. (3)

Il est donc aussi important de travailler sur l’équilibre hormonal.

Notamment parce que l’endométriose a tendance à se propager plus facilement sous dominance oestrogénique.

Les plantes comme l’Achillée millefeuille, déjà citée, ou l’Alchemille Vulgaire contrebalancent les oestrogènes : soit en permettant une meilleure élimination soit en stimulant la sécrétion de la progestérone.

Ces plantes sont à prendre à différents moments du cycle pour être efficaces : l’Alchemille que vous pourrez utiliser aux mêmes dosages que l’Achillée, est à prendre impérativement après l’ovulation car il va favoriser la sécrétion de progestérone.

Le framboisier permet de réguler la fonction ovarienne et la sécrétion d’oestradiol. Il est donc tout indiqué en cas d’hyperoestrogénie.

On utilisera ici les parties aériennes en infusion : une cuillère à soupe de feuilles sèches pour une tasse d’eau frémissante à laisser infuser pendant 15 minutes. Boire 2 à 3 tasses par jour.

infusion de feuilles de framboisier pour l'accouchement sur Naturelle Maman
Antispasmodique utérin, le framboisier aide aussi à lutter contre les douleurs pelviennes.

L’assiette anti-endométriose

Un autre point : l’alimentation peut être tout à fait positive dans la gestion de l’inflammation chronique.

On favorise ce qu’on appelle une alimentation « anti-inflammatoire ».

Celle-ci se concentre sur des aliments qui vont faire diminuer l’inflammation, et évite les aliments pro-inflammatoires tels que les aliments transformés par exemple.

Veillez aussi à limiter, voire à supprimer complètement le gluten dans votre alimentation pour voir si cette éviction a un impact sur vos douleurs.

Des chercheurs italiens ont en effet démontré qu’un régime sans gluten diminuait les douleurs de l’endométriose chez 75% des femmes. (4)

L’étude menée en 2012 sur 207 femmes touchées par une forme sévère d’endométriose (douleurs très importantes) a montré que 75% d’entre elles avaient beaucoup moins de douleurs après un an de régime sans gluten.

Pour revenir aux plantes, certaines ont une action directe sur l’inflammation comme, par exemple, le bourgeon de Cassis en gemmothérapie qui est riche en flavonoïdes.

Il diminue l’inflammation générale qu’elle soit due ou non à l’endométriose.

Vous pourrez en prendre jusqu’à 30 gouttes par jour sur 3 jours max en aigu, et jusqu’à 15 gouttes au quotidien, du lundi au vendredi pendant au moins 3 semaines.

Les Oméga 3 sont aussi très intéressants dans ce cas-là.

Une étude menée en 2012 a montré que diminuer la part des oméga 6 tout en augmentant cette des oméga 3 dans son alimentation réduisait le risque d’endométriose et l’aggravation des symptômes associés. (5)

Les meilleures sources d’Omega 3 dans l’alimentation sont les petits poissons gras, les noix, les graines de lin et les huiles riches en acide alpha-linolénique comme l’huile de colza, de noix ou de graines de lin.

Selon le docteur Fabienne Burguière, il faudrait manger chaque jour au moins 2 sardines pour ne pas être carencée en oméga-3.

Cela prouve, selon elle, qu’une très large partie de la population serait en déficit. (6)

Vous pouvez facilement les consommer sous forme de complément alimentaire en favorisant les molécules EPA, DHA et un indice totox le plus bas possible.

J’aime aussi beaucoup le gingembre, qu’on a un peu trop vite classé comme aphrodisiaque.

C’est d’abord un antalgique très puissant, doublé de qualités anti-inflammatoires et circulatoires.

C’est une plante maîtresse dans l’endométriose, pour la gestion des douleurs et de l’inflammation.

On utilise le rhizome frais, bio, qu’on râpe pour obtenir une cuillère à café par tasse.

Vous pouvez boire, à petites gorgées, jusqu’à 3 tasses par jour. Il est tout à fait possible de cumuler plusieurs plantes par tasse.

Un lien entre le microbiote et endométriose établi

Quel est l’impact du microbiote sur les lésions d’endométriose ? C’est ce qu’ont cherché à déterminer des chercheurs américains dans une étude récente. (7)

Le résultat est très interessant car il montre qu’un microbiote dérégulé va favoriser l’aggravation des lésions d’endométriose.

Ce qui nous permet de conclure de l’importance de prendre soin de vos intestins.

On sait déjà que le probiotique de type Lactobacillus Grasseri (8) permet une diminution des symptômes de l’endométriose, mais ici il va être primordial de chercher à avoir un microbiote le plus diversifié possible.

En gemmothérapie, vous pouvez utiliser pour cela, le bourgeon de Noyer, qui restaure la flore intestinale.

C’est un bourgeon que vous devez prendre seul, 15 gouttes par exemple le soir, en cure de 3 semaines.

C’est d’ailleurs passionnant de voir que le Noyer travaille aussi sur les syndromes immunitaires en lien avec un trouble fonctionnel de la flore digestive.

La boucle parait bouclée, les bactéries dérégulées du microbiote entrainant une inflammation qui va nourrir celle de l’endométriose, ce qui va avoir un impact direct sur votre système immunitaire.

Une autre plante qui pourrait vous être utile est le lapacho, un antioxydant qui va stimuler les défenses immunitaires. On l’utilise en poudre et en cure.

remède naturel pour les femmes enceintes pendant l'hiver

Vous pouvez voir qu’à chaque symptôme, on pourra répondre par plusieurs types de pratique, qui vont permettre une meilleure prise en charge.

Soyez attentive à vos cycles

On a parlé rapidement de l’équilibre hormonal qui est primordial, un autre outil peut être ici très intéressant à mettre en place.

L’observation de son cycle menstruel, possible s’il n’y a pas de contraception chimique, est un bel atout pour savoir où vous en êtes et où en est votre endométriose.

A cette observation, vous pourrez rattacher des prises de plantes, des postures de yoga spécifiques, des types de sports différents, chacun s’adaptant au moment de votre cycle.

L’endométriose, comme vous pouvez vous en rendre compte, est une pathologie à multiples facettes et le fait de pouvoir tout noter en rattachant ces informations à un repère fixe : le cycle, permet une meilleure compréhension.

Par exemple si vous voyez qu’il y a un syndrome prémenstruel qui revient à chaque fin de cycle, juste avant vos règles, avec endobelly (ventre qui gonfle, en étant dur), douleurs aux seins et moral qui flanche.

Plusieurs informations sont à récuperer ici, le ventre gonflé, peut signer une inflammation, les mastalgies évoquent un déséquilibre hormonal et le moral plus bas aussi.

Vous pourrez donc vous faire accompagner pour travailler sur ces deux axes en priorité.

Le praticien pourra par exemple vous proposer une cure de macérat-mère de bourgeons de Cassis dont on a déjà parlé, et une régulation des hormones sur tout les cycles, car la mastalgie a tendance à signer un trop plein d’oestrogènes, alors que le moral bas signera une progestérone, peut-être, un peu basse.

Vous pourrez retrouver l’Achillée, l’Alchemille, mais surement aussi des plantes pour prendre soin de votre foie.

Cliquez pour le recevoir gratuitement !

Le romarin, par exemple, est un bel atout, pour son action sur la digestion, sur le foie, mais c’est aussi un décongestionnant veineux, il pourra donc soulager aussi les jambes lourdes.

On l’utilise en cure saisonnière par exemple, ou plus régulièrement en infusion 1 à 2 fois par jour, 1 cuillère à café par tasse, infusion de 10 minutes.

Le fait de travailler sur votre foie a, souvent, un impact direct sur l’observation du cycle, avec un cycle plus lisible, des douleurs atténuées, et une fatigue diminuée.

Vous pouvez tout à fait ajouter aux plantes, une visite chez l’ostéopathe qui aidera bien aussi votre foie, mais aussi une alimentation plus riche en crucifères pendant 2-3 semaines pour soutenir son travail.

Je pense qu’il est maintenant bien acquis pour tous.tes qu’une prise en charge pluridisciplinaire est nécessaire pour bien vous accompagner.

Mais la personne la plus à même de vous comprendre, celle qui vous connait le mieux reste vous-même !

Plus vous aurez de clés de compréhension à nous apporter, mieux nous pourrons vous aider, votre corps est votre premier informateur.

Les plantes, traitements et autres accompagnements ne sont finalement que le bout d’une chaîne dont vous êtes le premier maillon.

Et vous ? Est-ce que vous vous êtes déjà faites aider pour soulager votre endométriose et ses symptômes ? Êtes-vous allée consulter un ostéopathe, un acupuncteur, un phytothérapeute, un homéopathe ? Partagez votre expérience avec nous dans les commentaires ci-dessous !

Marie-Liesse Goutte, Infirmière diplômée d’état,
conseillère en phyto-aromathérapie spécialisée en restauration de la fertilité.

Cet article vous a plu ?

Si vous voulez aller plus loin, vous pouvez recevoir (gratuitement) dans votre boîte mail notre guide « 7 Trésors de la nature pour votre fertilité », il vous suffit de cliquer sur l’image ci-dessous :

Cliquez pour le recevoir gratuitement !

Sources

(1) Zondervan KT, Becker CM, Missmer SA, Endometriosis, The New England Journal of Medicine, 2020 ; 382:1244-56.

(2) Park, Y., Cho, Y.J., Sung, N. et al. Oleuropein suppresses endometriosis progression and improves the fertility of mice with endometriosisJ Biomed Sci 29, 100 (2022). https://doi.org/10.1186/s12929-022-00883-2

(3) Docteur Carole Minker, L’endométriose, enfin reconnue !, Revue Plantissime, mars-avril 2023.

(4) Parazzini F, Chiaffarino F, Surace M, Chatenoud L, Cipriani S, Chiantera V, Benzi G, Fedele L. Selected food intake and risk of endometriosis. Hum Reprod. 2004 Aug;19(8):1755-9. Epub 2004 Jul 14.

(5) Khanaki K, Nouri M, Ardekani AM, Ghassemzadeh A, Shahnazi V, Sadeghi MR, Darabi M, Mehdizadeh A, Dolatkhah H, Saremi A, Imani AR, Rahimipour A. Evaluation of the relationship between endometriosis and omega-3 and omega-6 polyunsaturated fatty acids. Iran Biomed J. 2012;16(1):38-43.

(6) Docteur Fabienne Burguière, Prenons soin de nous, Editions Favre, 2020,

(7) Chadchan, S.B., Naik, S.K., Popli, P. et al. Gut microbiota and microbiota-derived metabolites promotes endometriosisCell Death Discov. 9, 28 (2023). https://doi.org/10.1038/s41420-023-01309-0

(8) Itoh H, Uchida M, Sashihara T, Ji ZS, Li J, Tang Q, Ni S, Song L, Kaminogawa S. Lactobacillus gasseri OLL2809 is effective especially on the menstrual pain and dysmenorrhea in endometriosis patients: randomized, double-blind, placebo-controlled study. Cytotechnology. 2011 Mar;63(2):153-61. doi: 10.1007/s10616-010-9326-5. Epub 2010 Dec 10. PMID: 21153437; PMCID: PMC3080472.

Infirmière diplômée d'état, Marie-Liesse Goutte est aussi conseillère en phyto-aromathérapie spécialisée en restauration de la fertilité au naturel et monitrice méthode d'observation du cycle Billings.

3 Comments

  1. Abi Reply

    Bonjour Naturelle maman, je viens de lire cet article qui m’a donné envie de me présenter même si je vous suis réguièrement. Après 6 ans de souffrance terribles pendant mes règles, j’ai été opérée d’un kyste à l’ovaire gauche en 2019, mais cela n’a pas soulagé mes douleurs. Après une nouvelle batterie d’examens j’ai appris que mon kyste était toujours présent malgré la chirurgie et j’ai été mise sous traitement hormonal. Mais comme le kyste n’avait toujours pas disparu après un an de traitement lourd et de nombreux effets secondaires, le gynéco a fait de nouvelles explorations et c’est là que j’ai appris que je souffrais d’endométriose au stade 4 avec de nombreuses adéhrences. Le ciel m’est tombé sur la tête. Pourtant, j’espère encore de tout mon coeur fondé une famille avec mon homme. Cet article me redonne un peu espoir et je vais en parler avec le gynéco pour voir si ça peut être compatible avec ce que je prends déjà. Merci pour votre travail formidable pour les femmes. Vous êtes

  2. Tossio Rosine Reply

    Moi également je souffre d’une endometriose mais franchement je ne sais pas à quel stade. Mais il avait de l’eau et du sang dans le ventre et qui grossissait comme si j’étais enceinte de 9 mois nous avons dû retiré l’eau à deux reprises mais toujours rien pour fini j’ai fait une coloscopie en avril je suis sous traitement de 6 mois les échantillons prélevé on montré qu’il avait pas de cellule cancéreuses mais que c’était enflamatoire mon sous je me demande si l’eau ne va pas revenir si vous pouvez m’aider je vous serais reconnaissante merci

  3. Églantine Reply

    C’est précieux d’avoir ce genre de discours car chez le médecin on nous propose soit des médicaments soit rien. Il n’y a pas de juste milieu ou d’alternatives et c’est bien dommage vu le dizaines de milliers de femmes qui sont touchées. Merci pour votre travail si important.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *