Bonjour et bienvenue chez Naturelle maman !25 juin 2021

Victoria « C’est l’accouchement de mes rêves, vraiment ! »

Après un premier accouchement très médicalisé dont elle a peiné à se remettre, Victoria avait un besoin profond de vivre intensément son deuxième accouchement. Malgré une grossesse très suivie à cause d’un diabète gestationnel et un déclenchement à 39 semaines, elle y est arrivée et nous raconte l’intense bonheur que cela lui a procuré.

« Je suis tellement heureuse de vous partager mon récit d’accouchement ! 

Un grand merci à celles qui ont partagé leurs histoires et m’ont inspirée, m’ont faite verser des larmes de joie et ont renforcé mon envie d’accoucher le plus naturellement possible.

Ma fille, Lilou est arrivée le 5 décembre 2020 à 20h02 et pesait 3,070kg. 

C’est notre deuxième bébé.

Mais avant de vous raconter sa naissance, j’aimerais vous dire quelques mots sur mon premier accouchement qui a été assez compliqué.

Tout le travail, jusqu’à dilatation complète, s’est fait sans péridurale et comme tout était naturel les contractions étaient complètement gérables.

Elles étaient d’une si belle intensité…

Mais après avoir poussé pendant plus d’une heure pendant laquelle on m’a beaucoup répété que ma manière de pousser, en gros, n’était pas efficace, le personnel soignant qui m’accompagnait à décider de sortir mon bébé avec les forceps. 

S’en est suivi une perfusion d’hormones de synthèse, avec une douleur fortement accentuée à cause de ça, et une pose de péridurale presque forcée à cause des contractions qui ne s’arrêtaient que quelques secondes.

Puis, ma perfusion a éclaté, il y avait du sang un peu partout… 

Cette péridurale très fortement dosée m’as empêchée de sentir quoique ce soit et j’ai été longtemps allongée sans pouvoir bouger les jambes, très frustrée de ne pas être en possession de mes moyens.

Les débuts d’allaitement ont ensuite été compliqué pour nous deux.

Là encore, j’ai été mal accompagnée…

J’ai reçu très peu d’aide de l’équipe pour placer mon bébé qui était lui aussi “sonné” par la péridurale fortement dosée…

Il m’a fallu prés d’un an pour “pardonner” et accepter cet accouchement, me faire à l’idée que c’était écrit comme ça. 

L’envie d’un accouchement naturel toujours très présente malgré une deuxième grossesse très médicalisée

Pour cette deuxième grossesse, je ne m’attendais pas au diagnostic du diabète gestationel (sachant que je m’alimente de manière assez saine) et ça a été difficile à vivre tout d’abord.  

Mes doses d’insuline ont augmenté énormément au fur et à mesure de la grossesse malgré un régime draconien et même une perte de poids.

Je ne me plains pas pour le coup, je n’ai pris que 6kg pendant toute ma grossesse et me sentais très légère tout le long !

Autre point positif, ce bébé était attendue dans les bonnes courbes !

Malgré cela, un déclenchement a été programmé à 39 semaines, le 4 décembre dernier.

L’équipe de la maternité m’a rassurée en me disant qu’ils feraient tout leur possible pour m’aider à accoucher comme je le souhaitais.

Mais malgré cela, je redoutais la perfusion d’ocytocine de synthèse qui me rappellait les contractions si difficiles à gérer puisque induites et pas naturelles.

J’avais aussi peur, bien sûr, que ça se termine en césarienne…

Comment se passe un déclenchement à la maternité

Le 4 décembre au matin, l’équipe me propose donc de commencer avec un ballonnet qui se pose dans le vagin et qui fait un travail mécanique pour dilater le col de l’utérus.

Aucune hormone et pas de médicament, donc ça nous plaît beaucoup avec mon mari.

On nous prévient que ça peut être long, jusqu’à 24h, avant de faire effet.

Effectivement, 24h plus tard, je n’ai toujours pas de contractions et le travail semble très loin. 

La sage-femme qui me suit ce jour-là décide alors de m’administrer une très faible dose d’ocytocine de synthèse.

De petites contractions commencent à pointer le bout de leur nez mais clairement, rien de suffisant pour montrer un signe de travail qui commence. 

En augmentant les doses, elle retire le ballonnet et constate que mon col est à peine ouvert.

Malgré l’impatience, je m’en donne à coeur joie de grignoter et me détendre avant que les choses sérieuses ne commencent ! 

Victoria admise en salle d’accouchement pour un déclenchement à 39 semaines de grossesse.

14h – La sage-femme augmente encore la dose de syntocinon et des contractions plus fortes arrivent, que je gère en marchant et en faisant des mouvements sur le ballon. 

Vers 16h, on me rompt la première couche de la poche des eaux.

Peu après, les contractions deviennent très très intenses et très compliquées à gérer. 

Je me retrouve à penser à ces fameuses contractions très douloureuses de mon premier accouchement. 

Arrive un moment où je pleure de douleur, de frustration et me demande vraiment si je vais y arriver. 

Je crie à ce moment-là :  « C’est pas juste !!! C’est des contractions « synthétiques » et ne sont pas les mêmes qu’au naturel !!!

C’est un moment presque de désespoir ou je me pose la question de la péridurale, ce qui m’attriste encore davantage.

Mon mari le sent et a demande à la sage-femme de voir où on en est, 5 de dilatation !

Ça me redonne du courage, je reprends le contrôle. 

L’aide précieuse de la sage-femme pour la fin du travail

Peu de temps après, la sage-femme m’entends crier fort je perds pied, mes cris deviennent aigus et je m’entends hurler.

Elle intervient et me rassure, se met à me masser, aide à me détendre et me propose un exercice d’hypnose en pleine conscience.

Elle me fait faire des gémissements très graves qui franchement, avec le recul, m’ont probablement sauvée !!

Je sens à quel point le fait de me concentrer sur ces sons très graves m’aide à me calmer, outre la présence bienveillante de cette sage-femme extraordinaire et de mon mari qui a été un vrai roc ! 

Arrive un moment, je ne sais plus quelle heure il est ni comment je m’appelle.

Les contractions ne s’arrêtent plus, je n’ai plus aucun moment de répit, j’essaie de m’éloigner mentalement de la douleur et ma sage-femme me propose un peu de gaz hilarant. 

Mon mari me raconte après coup que j’ai répété pleins de fois en criant :

« Il marche pas votre truc il marche pas du tout, c’est nul, c’est nul ! » haha

Mais ils décident de me le laisser et me disent que certainement cela m’aide quand même un peu. 

Puis à un moment, je sens des secondes de répit entre les contractions et je réalise que la sage-femme est installée en « mode » accouchement, que tout se prépare autour de moi et que mon mari me dit : « Elle va arriver, elle va arriver !« 

La sage-femme me demande enfin de pousser, toutes mes angoisses arrivent à ce moment-là où j’ai peur de ne pas bien pousser.

Et effectivement elle me dit ce que je redoutais tant : non, je ne dois pas m’y prendre comme ça…

Mais elle m’aide en voyant certainement la peur qui s’est installée (rien à voir avec ma première expérience) et me montre exactement ce que je dois faire, me rassure et je commence donc à pousser. 

Je me sens basculer dans une confiance extraordinaire

Le moment le plus extraordinaire arrive quand je ressens enfin ce fameux cercle de feu tant décrit dans vos récits.

A ce moment-là, j’ai le sentiment de pouvoir accomplir n’importe quoi, je me sens basculer dans une confiance extraordinaire, une force incroyable.

J’étais portée par les mains bienveillantes des femmes du monde entier, c’était un état pur et magique.

J’entends la voix de mon mari qui me dit : « Je la vois, continue !

Quel bonheur malgré la douleur qu’on oublie presque. 

La sage-femme me demande d’arrêter de pousser, ce fut extrêmement difficile d’ailleurs, presque impossible mais quand je l’entends dire que c’est pour préserver mon périnée alors je m’exécute et j’y arrive!

J’accompagne mon bébé vers la sortie et j’attrape ma fille, la ramène moi-même jusqu’à ma poitrine. ♥️ 

Je suis émerveillée, j’ai presque du mal à croire.

Toute la douleur, l’intensité, la peine que j’ai pu ressentir, tout s’envole, plus rien ne compte que cet instant. 

Elle est très dynamique et cherche le sein tout de suite, elle le trouve très vite et se mets à téter.

Je suis admirative et tellement heureuse à ce moment.

très beau récit d'accouchement inspirant

Ma Lilou à tété pendant prés d’une heure dès sa naissance, c’est juste dingue!

Elle est restée sur moi pendant près de deux heures, elle ne m’as jamais été prise pour quoique ce soit. 

Je l’ai pesée moi-même avec ma sage-femme, mesurée, habillée, etc. 

Aucun examen, ni aucun soin n’a été fait sans mon consentement et ma présence. 

J’ai gardé ma propre chemise à moi pendant toute la durée du travail ce qui m’as fait me sentir bien plus à l’aise. 

J’ai pu mettre un peignoir et partir moi-même avec ma fille dans les bras de la salle de naissance pour rejoindre ma chambre. 

Je me sentais pleine d’énergie, prête à faire un marathon. 

Pour moi, c’est l’accouchement de mes rêves, vraiment !

Il n’y a rien que je voudrais changer, c’était un vrai cadeau. ♥️ 

Parfois durant le séjour, certaines sages-femmes, puéricultrices et médecins me disaient :

« Oh c’est vous la warrior qui avez accouché sans péridurale malgré un déclenchement ! »

Je ne me considère pas du tout comme une warrior ni comme étant courageuse ou même folle d’ailleurs (certains diront certainement que je devais être folle pour vouloir souffrir autant). 

Je pense sincèrement que je ne suis rien de tout cela.

Un besoin intense de me réapproprier mon accouchement

J’ai simplement voulu plus fort que tout ressentir cet acte des plus naturels qui puissent exister sur terre, l’essence même de la vie.

Je ne voulais pas être encore une fois privée de ça, j’en avais besoin. 

Bien sûr, ma chance à moi, c’est d’avoir été si bien entourée, d’avoir été bercée par les conseils et exercices bienveillants des sages-femmes, des naturopathes, des différents thérapeutes dont j’ai croisé le chemin durant ma grossesse et mon accouchement.

La chance d’avoir accouché dans une maternité avec une équipe extraordinaire qui ne vous veut que du bien, qui respecte vos souhaits à la lettre et vous aide à accomplir un accouchement physiologique envers et contre tout !

La chance d’avoir un mari qui m’as soutenue tout au long et m’a donné exactement les bons mots et encouragements au moment où j’en avais besoin. 

J’ai prié toutes les femmes de cette terre de me donner la force d’y arriver et l’alchimie de tout ça m’as aidé à réaliser ce bel accouchement tant espéré ! 

Merci de m’avoir lue jusque la fin. ♥️ « 

Victoria Ivanova Mirande


Votre accouchement approche et vous n’êtes pas prête ?

Vous avez envie de recevoir les bonnes infos, astuces et conseils pour accoucher sans péridurale ? Rejoignez le programme Naissance douce en cliquant ici ou sur l’image ci-dessous.

8 Comments

  1. laetitia29200 Reply

    coucou et félicitations a vous !!!!!! J’ai vraiment adoré lire votre témoignage !!!!! J’ai accouché il y a 6 mois, je m’en rappelle comme si c »était hier !! J’ai aussi réussi sans péri, c’était mon envie, et c’est vraiment important de dire aux femmes à quel point ça rend puissante et heureuse de le faire naturellement, votre récit en est la preuve.

  2. B. villa. Reply

    Merci Victoria de donner beaucoup d’espoir aux mamans comme moi et vous qui avez vécu un premier accouchement douloureux. Ma dpa est prévue le 12 mai et j’espère plus que tout ne pas à avoir à revivre ce par quoi je suis passée pour la naissance de mon fils ils y a bientôt 4 ans.

  3. Floriane Reply

    Je suis sage-femme libérale, je ne pratique plus les accouchements mais je suis beaucoup de patientes qui pensent que leur accouchement se passera forcément mal si elles sont déclenchées. Or votre témoignage est une preuve lumineuse et porteuse d’espoir du contraire et je le partagerai à l’occasion sur mon site Internet si c’est possible. Merci pour votre partage d’expérience qui j’en suis sûre en inspirera et réconfortera plus d’une.

  4. Yang Li Reply

    Un accouchement tellement émouvant, j’en ai eu la chair de poule par moment. Bravo et merci Victoria pour ce récit tellement inspirant. Et ces photos aussi

  5. Nad T. Reply

    Un accouchement de rêve comme on aimerait toutes en vivre. on.comprend que ça donne de la confiance et de la puissance quand on lit votre récit. Bravo.

  6. Cha78 Reply

    Le texte, les photos, les émotions vécues et transmises… Tout est magnifique dans ce récit d’accouchement, merci Victoria et félicitations, j’ai adoré vous lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *