Bonjour et bienvenue chez Naturelle maman !5 août 2021
Double pression des hanches pendant l'accouchement - Naturelle Maman

Ces pressions soulagent la douleur des contractions

La double pression du bassin fait partie des astuces que chaque partenaire devrait connaître pour aider et soulager une femme qui accouche. Ce massage par pressions pendant les contractions permet non seulement de diminuer la douleur dans les reins, mais aussi de favoriser la bonne position de votre bébé et de l’aider à s’engager dans votre bassin. Voici comment la pratiquer.

Il arrive souvent que la douleur des contractions irradie dans le bas du dos et s’intensifie au fur et à mesure que le travail progresse. On parle alors d’accouchement par les reins.

Je peux en témoigner puisque pour mes trois accouchements, j’ai ressenti des contractions dans le ventre ET dans le dos : celles que l’on ressent dans les reins sont souvent plus douloureuses que les contractions du ventre. 

Si c’est votre cas et que vous souhaitez accoucher sans péridurale, il existe une façon vraiment efficace de soulager la douleur : la double pression des hanches. 

Notre sage-femme a appris à mon mari comment faire ces pressions pendant notre préparation à l’accouchement et ça m’a vraiment apporté un énorme soulagement pendant le travail actif.

A tel point que je ne voulais plus qu’il s’arrête et qu’il a fini complètement lessivé avec des crampes dans les bras !

Les bienfaits des pressions du bassin pendant l’accouchement

Au fur et à mesure que la tête de votre bébé descend et étire votre bassin, vous pouvez ressentir une pression intense dans le bas du dos, au niveau du sacrum.

Ce petit os triangulaire, situé entre les deux os iliaques et à la base de la colonne vertébrale, subit une forte pression en toute fin de travail, lorsque la tête de votre bébé s’engage dans votre bassin et que vous commencez à avoir envie de pousser.

Une pression sur les os de votre bassin va non seulement permettre de soulager la douleur des contractions dans les reins, mais aussi de diminuer la pression que vous ressentez au niveau du sacrum quand votre bébé s’engage dans votre bassin, tout en créant de l’espace pour faciliter sa descente.

Comment faire une double pression du bassin pendant l’accouchement ?

La façon la plus simple de faire une double pression du bassin est de proposer à la femme qui accouche de se pencher en avant, dans la position qui lui convient le mieux.

Elle peut être debout, assise ou à genoux penchée sur un ballon de grossesse, ou appuyée contre son partenaire.

Les paumes de vos mains se placent de part et d’autre du sacrum et exercent une pression continue sur les deux os iliaques (au niveau des fossettes dans le bas du dos).

Chacune de vos mains est placée sur un os et vos pouces sont pointés vers la colonne vertébrale en formant un W.

Vous appuyez plus ou moins fortement et poussez alors ses hanches vers l’intérieur et vers le haut de son corps.

Pour vous aider à trouver le bon mouvement, vous pouvez imaginer que vous essayez d’appuyer sur les os de son bassin pour les faire glisser vers ses épaules.

La double pression des hanches pendant l'accouchement - Naturelle Maman
La sage-femme exerce une pression forte et continue pendant toute la durée d’une contraction pour diminuer la douleur et favoriser la descente du bébé dans le bassin.

Vous pouvez aussi placer les mains de chaque côté de la courbe des hanches et appuyer comme si vous vouliez resserrer son bassin.

La position de vos mains et l’intensité des pressions peut être ajustée en fonction de ce que votre femme ressent.

Elle peut vous demander de déplacer vos mains plus haut ou plus bas pendant que le bébé bouge dans le bassin.

Vous serez peut-être surpris par l’intensité des pressions qu’une femme qui accouche peut vous demander !

Restez attentif.ve à ce qu’elle ressent et adaptez vos mouvements

Ecouter sa respiration peut vous aider à savoir quand une contraction commence et se termine et vous donner le signal pour commencer ou relâcher les pressions.

Je vous conseille de regarder cette vidéo de la kinésithérapeute Angelique Montano-Bresolin.

Elle explique de manière très simple en 1 minute 30 seulement commencer placer vos mains et quelle pression exercer.

Il est important que les personnes qui aident la femme en travail comprennent qu’il ne s’agit pas d’un massage, mais d’une pression réelle et forte sur une zone spécifique. 

Demandez-lui de vous donner des instructions simples : «plus» ou «moins» pour la pression, «vers le haut» et «vers le bas» pour savoir où vous positionner.

La plupart des femmes qui en ont bénéficié témoignent, comme moi, de l’énorme soulagement que leur a apporté ces pressions.

En toute fin d’accouchement, quand votre bébé termine sa descente dans votre bassin et que vous ressentez l’envie de pousser, un changement de position peut aussi être bienvenu.

Allongée sur le côté, debout en suspension, à quatre pattes ou assise sur un tabouret d’accouchement… Toutes ces positions encouragent la gravité et facilitent l’expulsion de votre bébé.

A vous de trouver celle qui vous convient le mieux.

Et vous ? Connaissiez-vous la double pression des hanches pour diminuer la douleur des contractions ? Est-ce que votre sage-femme, votre doula ou votre partenaire vous l’a proposée ? Est-ce que ça vous a fait du bien ? Partagez votre expérience avec la communauté des naturelles mamans dans les commentaires ci-dessous !

Anne-Laure Brunelle


Les pressions du bassin ne sont qu’une toute petite partie des nombreux outils qui permettent de soulager la douleur des contractions. Si votre accouchement approche et que vous souhaitez vous préparer, vous pouvez rejoindre le programme Naissance douce et vous entraîner !

Rejoignez Naissance douce, le programme de préparation à l'accouchement en ligne créé par l'équipe de sages-femmes de Naturelle Maman.
Rejoignez Naissance douce, le programme de préparation à l’accouchement en ligne créé par l’équipe de sages-femmes de Naturelle Maman.

Sources


Avertissement : En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site de Naturelle maman ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un gynécologue, une sage-femme ou autre professionnel de la périnatalité, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.

One Comment

  1. Milana Reply

    Merci Naturelle maman, ma doula nous l’a appris et mon mari me l’a fait pendant des heures en fin de travail. Je na’rretaus pas de lui dire « appuie plus, vas y appuie », à tel point qu’il avait peur de me faire mal alors que ça me faisait vraiment un bien fou.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *