Le super-pouvoir secret du baiser pendant l’accouchement

A l’hôpital, un accouchement sur cinq se termine en césarienne d’urgence.

Quand on entend les récits de ses accouchements, souvent traumatisants, les raisons invoquées sont souvent les mêmes :

  • J’avais perdu la poche des eaux mais rien ne se passait, je suis restée des heures à attendre à l’hôpital… ;
  • Mes contractions n’étaient pas efficaces et mon col ne s’ouvrait pas ;
  • Le bébé était en détresse respiratoire car le travail a duré trop longtemps ;
  • etc.

Et pour toutes ces femmes, l’issue est la même : l’équipe soignante commence par des injections d’ocytocine de synthèse qui provoque des contractions artificielles extrêmement douloureuses, puis viennent l’épisiotomie, les forceps, la ventouse ou la césarienne…

Le personnel soignant n’est pas formé à l’accompagnement des accouchements physiologiques

Parmi toutes ces femmes qui ont vécu ce même scénario, combien ont reçu des conseils de sages-femmes bienveillantes pour les aider à se dilater, à enclencher leur travail, à leur permettre d’avoir des contractions efficaces avant d’en venir aux interventions technologiques ?

Combien ont été massées ? Rassurées ? Accompagnées ? Soutenues ?

Vous, peut-être, qui me lisez, vous avez bénéficié d’un soutien et d’au moins un de ces précieux conseils ?

Je n’ai pas la réponse à cette question, mais je suis sûre d’une chose, c’est que les sages-femmes et les obstétriciens n’apprennent AUCUN de ces précieux conseils au cours de leurs longues et difficiles études.

Par contre, on leur apprend tout un attirail d’interventions médicales.

On leur apprend à injecter de l’ocytocine de synthèse à tour de bras pour pouvoir gérer cinq accouchements en même temps.

On leur apprend à faire des épisiotomies pour expulser un bébé plus rapidement.

On leur apprend à ne prendre aucun risque et à envoyer les patientes au bloc opératoire au plus vite.

 

Le Guide de la naissance naturelle, la bible que tous les professionnels de la naissance devraient apprendre par cœur

Pourtant, il existe une multitude de conseils extrêmement utiles que toutes les sages-femmes pourraient, et même devraient prodiguer avant d’en arriver aux interventions médicales qui traumatisent tant de femmes.

Le Guide de la naissance naturelle, d’Ina May Gaskin, sage-femme de renommée mondiale, en contient énormément. C’est une mine d’or d’informations utiles pour toutes celles qui souhaitent vivre un bel accouchement.

Dans sa communauté, The Farm, où elle exerce depuis plus de 30 ans les accouchements à domicile ou en maison de naissance, elle compte 0 péridurales, 0 épisiotomies, moins de 2% de césariennes et moins de 1% de forceps.

Et parmi ses incroyables conseils, il y en a un qui m’a particulièrement marquée : cette sage-femme qui a accouché des centaines de femmes sans péridurale et sans intervention médicale, conseille souvent aux couples qu’elle accompagne pendant l’accouchement de s’embrasser pendant la phase de travail, afin d’aider le col à se dilater plus vite.

Elle a généralement recours à ce conseil quand elle sent que le couple y sera réceptif et qu’elle voit que la femme qu’elle accompagne a de fortes contractions qui ne sont pas efficaces pour dilater son col.

 

Le baiser aide le col de l’utérus à se dilater et diminue la douleur des contractions

Pendant la première partie de l’accouchement, appelée phase de travail ou phase de dilatation, les contractions de la partie supérieure de l’utérus effacent et ouvrent le col.

Il est très important qu’une femme soit accompagnée et qu’on lui suggère des positions et des conseils pour se détendre et s’ouvrir.

Il faut que la future maman se sente parfaitement bien, détendue, heureuse, pour aider son bébé à descendre grâce au pouvoir bienfaisant des contractions.

Parmi les nombreux conseils dispensés par Ina May Gaskin et son équipe pour que cette phase de dilatation se passe au mieux, plusieurs couples témoignent de l’incroyable efficacité des baisers qu’ils se sont donnés.

Certaines femmes, qui commençaient à perdre courage face à l’intensité des contractions qu’elles n’arrivaient plus à gérer, ont réussi faire abstraction de leurs contractions et à ressentir un réel plaisir sexuel en embrassant leurs maris.

D’autres, qui ressentaient des contractions très fortes mais inefficaces, sont passées d’un col dilaté à 3cm à une dilatation complète en très peu de temps par le seul plaisir qu’elles avaient ressenti à embrasser leurs conjoints.

Dans tous les cas, le plaisir sexuel que ces femmes ont ressenti a non seulement diminué la douleur de leurs contractions mais aussi aidé leur col de l’utérus à se dilater.

Je vous laisse découvrir ces témoignages marquants et émouvants, qui peuvent vous inspirer pour donner naissance à votre bébé sans intervention médicale, en faisant confiance à votre corps :

Anonyme – “Les contractions sont venues beaucoup plus intenses et j’ai eu peur de ne plus pouvoir les supporter. Ina May s’en est rendue compte et elle a suggéré que j’embrasse mon mari pendant la contraction suivante. C’était la dernière idée qui me serait venue à l’esprit mais j’ai suivi son conseil. […] Quand nous nous embrassions, les contractions continuaient avec beaucoup de force. Ina May était assise au pied du lit et elle m’a conseillé d’ouvrir suffisamment la bouche pour entourer celle de mon mari. C’est alors que je me suis sentie plus excitée que jamais ! Il n’y avait pas de douleur – seulement le plaisir sexuel le plus extrême et une ouverture totale. C’était orgasmique. Je suis sûre que ça n’a duré que quelques secondes, au cours desquelles j’ai traversé la phase de transition, et avant d’avoir eu le temps de m’en apercevoir, j’ai commencé à pousser mon bébé”.

Diana Janopaul – “Carol, une autre sage-femme, a suggéré que Steve et moi nous embrassions pendant les contractions – elle disait que cela lavait vraiment aidée pendant ses accouchements. Nous nous sommes donc embrassés. La distraction était vraiment bienvenue et m’aidait à me sentir connecté à mon merveilleux mari. J’ai progressé de trois centimètres à neuf centimètres et demi pendant plus de trois heures.

Carol Nelson – “Je suis arrivée à un point où je ne pouvais plus rester assise alors nous nous sommes allongés, câlinés et embrassés. Le travail a pris une tournure très sensuelle et érotique. Ces sensations l’ont rendu plus facile à supporter et je sentais que je m’ouvrais. Don et moi nous embrassions et cela m’a aidé à passer le stade des contractions fortes de la transition. Il n’a pas fallu longtemps pour que je me mette à faire des plaintes gutturales et graves et que je ressente le besoin impérieux de pousser. Mary, ma sage-femme, m’a examinée, toujours en prenant soin d’être douce et discrète. Elle a constaté que j’étais à dilatation complète”.

Et vous ? Comment avez-vous vécu cette phase de travail ? Vous êtes-vous sentie accompagnée ? Vous a t-on donné des conseils pour vous aider à supporter les contractions, à vous dilater ? Partagez votre expérience avec la communauté des Naturelles mamans dans les commentaires ci-dessous !

6 thoughts on “Le super-pouvoir secret du baiser pendant l’accouchement

  • 25 September 2017 at 4 h 08 min
    Permalink

    Oui tout à fait! Ç est un des ah ha moments de Ma lecture du livre d ina may gaskin La célèbre sage femme Ds son livre una may gaskin a guide to childbirth. Elle explique le lien direct entre le relâchement du col de l utérus et De La bouche. Il est plus facile de relâcher et ouvrir notre bouche que De consciemment relâcher et ouvrir Notre col De l utérus. Ina may suggère d embrasse (full intensément et érotiquement) Notre partenaire ou de faire des exercices comme un “cheval qui fait pffffff avec ses lèvres” j ai fait cela (expirer comme un cheval) en boucle pdt 1 h et ca m a tellement aide lors de Mon accouchement à la maison. C était magique. Etre un maximum Ds le noir et sandbox paroles aide Aussi énormément. Ét etre debout. Ce sont mes meilleurs trucs qui m ont le plus aides. Le neocortex est stimule par les paroles et La lumière et on ne veut pas que le neocortex soit active car il inhibe le cerveau instinctif qui secrète l oxytocine. Donc embrassez votre chum ou faites souffler vos lèvres ou chantez ou riez en tout cas relâchez au maximum vos lèvres et votre bouche. Ne pas serrer les dents et c est magique.

    Reply
  • 25 September 2017 at 21 h 56 min
    Permalink

    C’est vraiment un bel article sur l’accouchement naturel merci beaucoup. Je suis sage-femme et je vais le partager avec certains des couples que je suis en ce moment en préparation à l’accouchement physiologique.
    Il est tellement important de leur rappeler que c’est eux qui vont faire le boulot, à deux, en se construisant une bulle d’amour et d’intimité.
    L’homme va apporter à sa femme toute sa force, sa sérénité et son amour pour la porter pendant les contractions.
    Un accouchement est avant tout un acte d’amour alors je vous remercie de le rappeler dans cet article.

    Reply
  • 26 September 2017 at 6 h 44 min
    Permalink

    J’avoue, je n’ai pas osé partager l’article sur Facebook car l’aspect sexuel de l’accouchement reste encore trop tabou… Mais c’est tellement chouette que vous en parliez que je voulais juste vous dire un grand Merci !!

    Reply
  • 26 September 2017 at 21 h 35 min
    Permalink

    Après tout ces bébés, on les conçoit avec beaucoup d’amour, alors ça semble logique que l’amour les aide aussi à naître ! Mais je n’y avais jamais pensé… Alors merci Naturelle maman, une fois de plus, je suis bluffée d’apprendre une nouvelle chose, moi qui croyais avoir tout vu dans ma pratique de sage-femme en libéral depuis 22 ans.

    Reply
  • 27 September 2017 at 6 h 41 min
    Permalink

    Les témoignages sont si beaux… C’est si émouvant et en même temps frustrant de se dire que ces couples ont une immense chance d’être bien accompagnés et de vivre des naissances incroyables alors que nous… On en est encore loin. Ça existe en France des sages-femmes qui donnent de vrais conseils comme ça ??
    Parce que quand j’adore parler d’accouchement avec mes copines qui sont déjà mamans et je n’ai jamais entendu des histoires aussi belles.

    Reply
  • 28 September 2017 at 22 h 01 min
    Permalink

    Magnifique article qui m’a donné envie de lire le livre d’Ina May Gaskin que je ne connaissais pas. Merci naturelle maman !

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

X