Bonjour et bienvenue chez Naturelle maman !14 novembre 2019
Accouchement : les signes du début du travail

Les 8 signes d’un accouchement imminent

À la toute fin de ma première grossesse, j’étais terrorisée à l’idée de perdre les eaux brusquement dans le bus, en pleine rue ou au Monoprix…

J’étais tout bonnement intoxiquée par tous les clichés de naissance qu’on nous montre dans les films (et qui n’arrivent quasiment JAMAIS en vrai !!) : une femme enceinte jusqu’aux yeux qui perd brusquement les eaux, court à la maternité et accouche en une petite dizaine de poussées. Vous avez l’image en tête ?!

Dans ma petite tête de femme enceinte obnubilée par son accouchement, cette perte des eaux soudaine marquerait forcément le début du travail et le moment de partir à la maternité.

Et j’ai eu beau faire mes 8 séances de préparation à l’accouchement, de l’acupuncture avec une sage-femme et de l’haptonomie avec une autre, personne n’est venu me dire le contraire…

J’ai donc appris, à mes dépends, que dans la majeure partie des cas, la poche des eaux ne se rompt qu’une fois le col de l’utérus à dilatation complète et qu’à ce moment-là, le travail a déjà commencé depuis bien longtemps !

Si vous approchez de votre terme et que vous avez besoin de meilleurs repères qui vous indiqueront si votre accouchement est imminent, voici quelques indices qui doivent vous mettre la puce à l’oreille.

Indice n°1 : moins de difficulté à respirer

Premier indice qui peut vous indiquer que votre corps se prépare à l’accouchement : une sensation d’allègement dans la partie haute de votre abdomen. Après des semaines de brûlures d’estomac et de sensation d’oppression en respirant, vous allez enfin souffler !

Le poids de votre bébé ne s’est pas envolé par magie, il va simplement se faire sentir plus bas, au niveau de votre périnée.

Si vous ressentez une pression dans votre bassin, une gène au niveau de votre pubis ou de votre vagin en marchant et que vous avez envie de faire pipi toutes les 3 minutes, c’est que votre bébé est descendu dans votre petit bassin et a amorcé sa descente !

Au fur et à mesure de vos mouvements, sa tête va appuyer sur votre col de l’utérus, le ramollir, puis le raccourcir et enfin l’ouvrir !

Ce repère n’est s’applique malheureusement pas à toutes les futures mamans. Certaines porteront leur bébé haut jusqu’à l’accouchement, d’autres le porteront bas dès la fin du deuxième trimestre… Cette fameuse descente ne donne pas nécessairement une indication sur le “Quand” pour l’accouchement.

Cependant, lorsque bébé reste très haut et que le col ne bouge pas, il peut être utile d’évaluer la position de bébé. Un bébé mal placé (en position postérieure par exemple) peut expliquer l’absence de descente.

Si vous êtes dans vos toutes dernières semaines de grossesse, vous pouvez aussi consulter une sage-femme spécialisée en acupuncture ou un ostéopathe spécialisé en périnatalité qui vous aidera à repositionner votre bébé pour encourager le processus naturel de sa descente dans votre bassin.

Indice n°2 : la perte du bouchon muqueux

Tout au long de votre grossesse, le col de votre utérus est fermé hermétiquement par un bouchon de glaire qui assure un environnement parfaitement sain à votre bébé. C’est le bouchon muqueux.

Juste avant le début de votre travail, votre équilibre hormonal va se modifier. Les oestrogènes augment fortement, tout en diminuant votre taux de progestérone. Sous l’influence des oestrogènes, le bouchon muqueux s’amincit et finit par être expulsé.

Cela ressemble souvent à des pertes vaginales de consistance variable et parfois teinté de sang rosâtre ou brunâtre. Ces pertes filamenteuses sanguines, communément appelées “pertes de col” ne doivent pas vous inquiéter, elles sont absolument normales et annoncent que votre col de l’utérus commence à se modifier.

Le bouchon muqueux est de consistance épaisse et glaireuse et peut être tinté de filaments de sang, notamment chez les primipares.

La perte du bouchon muqueux survient normalement quand le col est dilaté aux alentours de 1 à 2 cm, de quelques heures à quelques semaines avant votre accouchement.

Votre col peut en effet rester dilaté à deux foigts pendant plusieurs semaines sans que cela indique que votre accouchement est imminent.

Indice n°3 : Une gastro… ou le début du travail ?!

Au cours des derniers jours qui précèdent votre accouchement, votre niveau de prostaglandines va fortement augmenter, afin de permettre à votre col de se ramollir, puis de se dilater.

C’est une excellente nouvelle, qui peut cependant causer pas mal de désagréments comme des diarrhées, vomissements ou de fortes nausées.

Cet effet laxatif est aussi très fréquent en tout début de travail ou même en plein travail actif, et il s’accentue au fur et à mesure que votre bébé descend dans votre bassin.

Les nausées et les vomissements arrivent souvent plus tard, lorsque les contractions commencent à être douloureuses puisque le corps effectue un effort intense et l’estomac est poussé vers le haut lors des contractions. Augmentant les hauts le coeur.

C’est aussi une façon pour le corps d’aider bébé à se repositionner. Lors d’un vomissement, les muscles poussent les organes vers le haut, faisant remonter un peu le bébé dans le bassin et lui permettant de reprendre son angle. Cependant, il est tout de même assez fréquent d’avoir des maux de coeur en toute fin de grossesse. Ce qui, avec les diarrhées, peut vous donner la fausse impression d’avoir une gastro… Vous êtes prévenue !

Indice n°4 : Un regain d’énergie pour « faire votre nid »

Le fameux instinct de « nidation », aussi appelé « nesting » est caractérisé par un fort regain d’énergie quelques heures ou jours avant le début du travail. Avec toute l’énergie (et souvent le manque de sommeil) que le dernier mois de grossesse implique, l’état habituel d’une future maman qui approche de son terme est souvent plus proche de « vidée et anxieuse » que de « rayonnante et hyperactive ».

Tout à coup, vous pouvez ressentir le besoin de tout laver ou de tout aménager avec un niveau d’énergie que vous n’aviez pas ressenti depuis des semaines.

Cet instinct de nidation s’explique par le fait que votre corps met à jour son niveau d’énergie pour votre accouchement, combiné avec un instinct animal de préparation du nid.

C’est toujours bon de rester en mouvement et d’être à l’écoute de son corps, mais rappelez-vous que vous allez aussi avoir besoin de beaucoup d’énergie au moment de votre accouchement et qu’il est aussi bon de vous reposer et de goûter ces derniers instants de calme avant la tempête !

Au cours de ces derniers jours, vous pouvez aussi sentir que votre bébé bouge plus que d’habitude. C’est également bon signe et peut vouloir dire qu’il essaie de se repositionner pour engager sa tête dans votre bassin.

Indice n°5 : l’apparition des premières contractions

Les « fausses contractions » ou contractions de « Braxton-Hicks » surviennent de façon très différente et sont d’intensité, de fréquence et de durée très variable selon chaque femme.

Il arrive qu’elles s’installent pendant plusieurs heures, vous laissant croire que le travail va commencer, voire même qu’il faut partir à la maternité, puis tout s’arrête.

Certaines sages-femmes ou gynécologues parlent alors de « faux travail ». C’est un terme que je n’aime pas parce que ces contractions sont tout de même très utiles et aident à amorcer la descente de votre bébé et à faire bouger votre col. Nous parlerons donc de « pré-travail ».

Lorsqu’elles surviennent avant 37 semaines, il est conseillé de consulter si on a des contractions toutes les dix minutes pendant plus d’une heure.

Si vous êtes à terme et que vous souhaitez savoir si ce sont des « vraies » ou de « fausses » contractions, vous pouvez prendre un bon bain chaud. Si en sortant du bain, les contractions s’arrêtent, c’est que votre accouchement n’est pas imminent. Si elles continuent, réjouissez-vous ! Vous devriez bientôt rencontrer votre bébé.

Indice n°6 : des tremblements ou des frissons

La préparation du corps au travail peut aussi engendrer des épisodes de frissons et de tremblements. Le corps rassemble son énergie en prévision de l’effort qu’il aura à fournir. Les tremblements et les frissons sont donc fréquent en toute fin de grossesse et ne doivent pas vous inquiéter, tant qu’ils ne sont pas accompagnés de fièvre.

Indice n°7 : Symptômes pré-menstruels

Les hormones de l’accouchement sont très semblables aux changements hormonaux qui surviennent à la fin de votre cycle menstruel.

Vous pouvez donc ressentir des symptômes similaires à ceux que vous éprouvez juste avant d’avoir vos règles : poitrine douloureuse et tendue, sautes d’humeur, crampes en bas du dos ou à l’aine… sont des signes fréquents qui indiquent que votre corps se prépare à l’accouchement !

Indice ultime : La perte des eaux

Perdre les eaux, en langage commun, signifie que votre sac amniotique, qui entoure et protège votre bébé, se rompt et laisse échapper du liquide amniotique, clair et sans odeur, semblable à de l’eau.

Si votre poche est seulement fissurée, un petit filet de liquide amniotique va couler. En cas de doute, vous n’aurez qu’à sentir votre culotte pour vous assurer que ce n’est pas une fuite urinaire.

En fin de grossesse, le volume approximatif de liquide amniotique est autour d’un litre mais varie d’une femme à l’autre. Ce qui donne parfois une perte assez impressionnante. Il peut arriver aussi que seulement un des deux feuillets soit fissuré, dans ce cas, la quantité sera plus faible. Dans ce dernier cas, on ne considère pas la rupture comme réelle puisque l’intégrité sera maintenue par la première couche.

femme qui va accoucher et qui perd les eaux.

Si la couleur du liquide amniotique est verdâtre (teinté de méconium) ou que vous avez été testée positive au streptocoque B, vous ne devez plus traîner pour vous rendre à la maternité.

Mais ne faites pas la même erreur que moi, la perte des eaux ne survient avant le début du travail que dans 10% des cas !

La majorité des femmes perdront les eaux vers la fin de la phase active et même dans des cas rare, ne les perdront pas du tout et donneront naissance à un beau bébé « coiffé » !

Vous qui avez déjà accouché, quels ont été les premiers signes de votre travail ? Comment les avez-vous accueillis ? Partagez votre expérience avec la communauté des naturelles mamans !

Anne-Laure Brunelle, Naturelle maman

Programme de préparation à l'accouchement sans péridurale.

4 Comments

  1. AvatarPhansifi Reply

    Pour ma part j’ai eu des spasmes musculaires, avant l’apparition des premières contractions qui a été très progressive et c’est vrai que pendant un moment j’ai aussi cru que j’avais mangé quelque chose d’avarié et j’ai un peu culpabiliser de m’être « lâchée » sur un bon restau avec mon chéri juste avant l’accouchement. Mais je comprends maintenance que tout ça était complètement normal, mon corps m’envoyait juste tous ces petits indices que je ne connaissais pas encore. Merci pour ces infos précieuses.

    1. AvatarElody Reply

      Bonjour naturelle maman,

      Je suis dans ma 39 ème et certainement dernière semaine de grossesse. Je suis vraiment apeurée par l’accouchement, j’ai été confiante pendant ma grossesse et maintenant je perds mes moyens, j’ai juste peur et l’impression que je ne vais jamais y arriver. Je vais aller voir votre programme naissance douce mais je pense que c’est sans doute trop tard, je ne sais plus quoi faire. Pouvez-vous m’aider ?

      1. Anne-Laure BrunelleAnne-Laure Brunelle Post author Reply

        Chère Elody, il est effectivement un peu tard pour le programme Naissance douce qui est conçu pour être suivi sur six semaines minimum. Mais il n’est jamais trop tard pour travailler sur vos peurs et vous faire aider. Je suis certaine qu’il y a beaucoup d’excellentes sages-femmes et doulas dans votre ville qui pourront vous aider à dépasser vos peurs et à vous donner les bons repères pour bien gérer votre accouchement imminent et l’accueil de votre bébé. Ne restez pas seule, faites-vous aider, il vous reste du temps pour cela.

  2. AvatarGéraldine V63450 Reply

    Moi j’y ai eu le droit à la perte des eaux comme dans les films, en sortant de la voiture (j’ai eu la classe de sauver les sièges !) Pile en arrivant à la maternité. Mais c’est vrai que les contractions étaient régulières et déjà bien présentes depuis plusieurs heures. Et quand j’ai été examinée j’étais déjà dilatée à 6 ! On est toutes différentes, l’importance est de prendre les choses comme elles viennent et de se laisser porter par les contractions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *