fbpx
Bonjour et bienvenue chez Naturelle maman !19 mai 2024
Bienfaits du plaisir sexuel pendant l'accouchement sur Naturelle Maman

Plaisir sexuel pendant l’accouchement : le meilleur anti-douleur ?

L’accouchement comporte une dimension sexuelle occultée par l’approche médicalisée des naissances en maternité. Pourtant, le plaisir sexuel est un anti-douleur naturel dont aucune femme ne devrait se priver (pendant l’accouchement mais aussi pendant les règles, en cas de migraines…). Découvrez dans cet article les bienfaits du plaisir sexuel pendant l’accouchement avec quelques références scientifiques à la clé.

Selon vous, quelle est la dimension de la physiologie des accouchements qui est la plus occultée en maternité ?

Selon moi, la plus taboue et la moins prise en compte, c’est la sexualité.

Il est fort peu probable qu’un soignant dans une salle de naissance vous encourage à câliner et embrasser votre partenaire, ou à vous caresser seule, pour faciliter la naissance de votre bébé. 

C’est une question d’intimité, donc délicate à aborder, je le reconnais.

Pourtant, le plaisir sexuel est un anti-douleur naturel dont aucune femme ne devrait se priver (pendant l’accouchement mais aussi pendant les règles, en cas de migraines, de maux de ventre…). 

Alors pourquoi ignorer ce formidable anti-douleur naturel et sans danger ?

Est-on sûr que le plaisir sexuel peut diminuer la douleur, voire même réduire le temps d’accouchement ?

Je vous réponds tout de suite : c’est oui ! Et trois fois oui !!!

On le sait grâce notamment à plusieurs études scientifiques qui vous convaincront peut-être d’essayer : )

Certaines femmes ont un orgasme en plein travail

« Je suis entrée dans cet état extatique où j’ai eu des pics d’orgasme. Il y avait ces vagues roulantes qui me traversaient et me faisait rire et pleurer. Je n’avais pas l’impression d’avoir des contractions. Je n’ai pas vraiment ressenti de douleur. C’était le plaisir le plus immense que j’aie jamais ressenti dans ma vie.« 

C’est par ces mots qu’Amber Hartnell témoigne de la naissance de son fils dans le documentaire Orgasmic Birth : The Best-Kept Secret, réalisé en 2008 par Debra Pascali-Bonaro.

Cette doula américaine qui est aussi l’autrice d’un best seller sur la naissance orgasmique défend l’idée qu’un accouchement peut être intimement lié au plaisir sexuel depuis de nombreuses années.

Sur son site internet, elle en parle comme d’un « droit fondamental pour chaque femme« . (1)

Et Debra Pascali-Bonaro n’est pas la seule à avoir brisé ce tabou.

Ina may gaskin témoigne des bienfaits de la stimulation clitoridienne pendant le travail, affirmant qu’elle diminue considérablement la douleur des contractions et augmente l’engorgement sanguin dans les tissus du vagin, réduisant ainsi le risque de déchirure au moment des poussées. (2)

Et la sage-femme ne s’arrête pas au clitoris.

Stimulation des mamelons, caresses, baisers…

Selon elle, tous les gestes qui stimulent la libération d’ocytocine – l’hormone reine de la naissance – peuvent atténuer l’intensité des contractions et améliorer leur efficacité pour diminuer le temps d’accouchement :

« Les femmes y réfléchiraient peut-être à deux fois avant d’accepter une péridurale si elles sa­vaient tout ça, mais personne n’en parle”, déplore-t-elle.

Michel Odent a aussi exploré la dimension sexuelle de l’accouchement.

Il emploie notamment le terme de « cocktail orgasmogène » pour désigner les hormones – ocytocine, bêta-endorphines, adrénaline et prolactine – impliquées à la fois dans la vie sexuelle des femmes et au moment de l’accouchement (3).

A Londres où vit et travaille Michel Odent, un centre de naissance propose aux couples qui le souhaitent de pratiquer le massage des mamelons et du clitoris pour faire apparaître les contractions (et déclencher le travail), favoriser la dilatation du col de l’utérus diminuer la douleur des contractions. (4)

Nathalie Mottershead, une des sages-femmes qui exerce dans ce birth center, encourage activement ses patients à explorer cette dimension de l’accouchement :

Nous travaillons en étroite collaboration avec les femmes pour qu’elles puissent accoucher à domicile. Si les futures mamans acceptent d’explorer leur sexualité pendant leur accouchement, le travail peut être agréable, indolore, et le plaisir peut aller crescendo jusqu’à la naissance de leur bébé.

Ces pratiques n’ont rien de farfelues.

Elles sont basées sur de nombreuses recherches effectuées sur ce sujet depuis 1985.

Comme vous allez le voir, il existe plusieurs études qui démontrent que le sexe est une dimension intrinsèque de l’accouchement dont les femmes peuvent tirer de nombreux bienfaits pour mettre au monde leurs bébés.

Plaisir sexuel pendant l’accouchement : qu’en dit la science ?

La première étude publiée en 1985 ne porte pas sur l’accouchement (5) mais elle démontre que l’orgasme peut augmenter considérablement le seuil de tolérance à la douleur.

Une conclusion démontrée à nouveau en 2016 (6), pour l’accouchement cette-fois ci, dans une étude intitulée « Birthgasm » publiée par deux chercheuses en sexologie australiennes.

Deux autres publications de 2015 (7) et 2014 (8) ont également démontré que l’ocytocine – l’hormone sécrétée à la fois pendant l’orgasme et l’accouchement – est un anti-douleur naturel puissant qui augmente la tolérance à la douleur des contractions.

Une étude publiée en 2012 (9) suggère aussi que le plaisir sexuel pendant le travail contribue à diminuer les risques d’expérience d’accouchement traumatique ou de stress post-traumatique en post-partum.

Ces travaux cités suggèrent qu’un épanouissement sexuel est possible pour les femmes pendant leur accouchement…

Pour le favoriser, la première condition n’est-elle pas de reconnaître cette dimension de façon explicite ?

Sentez-vous libre de vous donner du plaisir si vous en avez envie !

Cet article ne suprendra pas les sages-femmes qui pratiquent l’accompagnement global.

Elles/ils sont nombreux.ses à conseiller à leurs patientes de stimuler leurs mamelons pour déclencher des contractions ou renforcer leur efficacité.

Ce sont eux aussi qui font tout ce qu’ils peuvent pour préserver l’intimité des couples pendant le travail.

J’espère simplement que le fait d’énumérer ces références scientifiques contribuera à faire tomber certains tabous pour vous permettre de profiter de ce formidable anti-douleur naturel et sans danger pendant le travail.

Si vous avez envie de vous masturber, d’embrasser votre partenaire à pleine bouche, de le laisser vous caresser langoureusement, c’est votre droit.

Et non seulement personne ne devrait vous en empêcher.

Mais le personnel soignant de la maternité devrait même tout mettre en oeuvre pour que votre intimité soit préservée et respectée.

Que ce soit à la maison pour favoriser le déclenchement du travail en cas de dépassement de terme, pendant le pré-travail, en maison de naissance ou à la maternité, le plaisir sexuel peut être une bonne option pour vous détendre et mettre toutes les chances de votre côté de vivre un accouchement physiologique sans subir la douleur des contractions.

Et si malgré la lecture de cet article vous n’êtes toujours pas convaincue, je vous encourage à faire le test pendant vos règles en vous masturbant.

Vous verrez, dès que vous atteignez l’orgasme, la douleur disparaît instantanément !

Ca marche très bien aussi en cas de migraine si vous êtes enceinte : )

Pendant la naissance d’un enfant, tout est affaire de fluidité. Mentale, physique, psychique et sexuelle.

Alors laissez-vous aller ! Et osez vous donnez du plaisir (et glisser votre meilleur vibro dans votre sac de maternité) si vous en avez envie.

Et vous ? Que pensez-vous du plaisir sexuel pendant l’accouchement ? Avez-vous déjà essayé ? Est-ce qu’on vous en avait déjà parlé ? Partagez votre expérience avec la communauté des naturelles mamans dans les commentaires ci-dessous.

Anne-Laure Wright


Sources

(1) Davis E, Pascali-Bonaro D. Orgasmic birth your guide to a safe, satisfying and pleasurable birth experience, 2010.

(2) Gaskin IM, Birth matters: a midwife’s manifesta, Pinter and Martin, 2011.

(3) Odent M, The functions of the orgasms. The highways to transcendence, Pinter and Martin, 2009.

(4) https://www.thetimes.co.uk/article/inside-story-delightful-deliveries-m2gpf8qvhd6

(5) Whipple B, Komisaruk BR, Elevation of pain threshold by vaginal stimulation in women, Pain, 1985.

(6) Mayberry L, Daniel J, Birthgasm : A Literary Review of Orgasm as an Alternative Mode of Pain Relief in Childbirth, J Holist Nurs. 2016.

(7) Goodin BR, Ness TJ, Robbins MT, Oxytocin – a multifunctional analgesic for chronic deep tissue pain, Curr Pharm Des. 2015.

(8) Rash, Joshua A. MSc; Aguirre-Camacho, Aldo BA; Campbell, Tavis S. PhD. Oxytocin and Pain: A Systematic Review and Synthesis of Findings. The Clinical Journal of Pain 30(5):p 453-462, May 2014.

(9) Cook K, Loomis C. The Impact of Choice and Control on Women’s Childbirth Experiences. J Perinat Educ. 2012.


Avertissement : Les conseils de cet article sont donnés à titre purement informatifs et ne remplacent pas les traitements et conseils de l’équipe de soignants qui accompagnera votre grossesse et votre accouchement.

3 Comments

  1. Joséphine Reply

    J’ai ressenti cette connexion vraiment forte avec mon homme quand je me suis mise en travail. J’avais besoin d’être contre lui et je n’aurais pas été contre un câlin, j’étais dans le mood disons. Mais je ne savais pas que c’était normal et je me suis « refrenee ». La lecture de votre article me montre que notre société est bien prude et nous prive d’un grand plaisir et de certainement beaucoup moins de douleur. Pourtant les bébés naissent comme ils sont conçus, ça tombe sous le sens quand on le sait. Merci pour cette info d’utilité publique que je garde précieusement dans un coin de ma tête si on a un autre enfant.

  2. Coline Reply

    Merci Naturelle Maman pour cet article, je me sens moins seule : ) J’ai accouché sans péri et au début j’ai eu du mal à gérer les contractions mais vers la fin quand mon bébé est sorti jai eu un orgasme comme rarement j’en ai senti. Je n’ai rien pu contrôler et j’avais honte devant les sages-femmes !! Mais apparemment je ne suis pas la seule à qui c’est arriver et ça fait du bien de le savoir.

  3. Heliana26567 Reply

    Le plaisir et l’orgasme existent pendant l’accouchement, c’est très bien de le dire même si ce n’est pas nouveau. N’en déplaise aux esprits étroits et aux coincés. D’ailleurs on devrait toute pouvoir apprendre ça pendant les cours de préparations à l’accouchement ! Pourquoi accoucher dans la douleur serait plus noble que dans le plaisir franchement ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *