fbpx
Bonjour et bienvenue chez Naturelle maman !9 décembre 2022

Rupture artificielle de la poche des eaux : avantages et inconvénients

Selon la dernière enquête de périnatalité, un tiers des femmes en travail spontané ont une rupture artificielle de leur poche des eaux pendant leur accouchement. Découvrez les avantages et inconvénients de cette intervention médicalisée pour faire un choix éclairé si on devait vous la proposer.

Imaginez-vous un instant le jour de votre accouchement.

Vous êtes en travail actif (dilatée d’environ six centimètres) et vous avez mal, vous commencez à fatiguer, mais vous vous débrouillez bien.

Votre poche des eaux ne s’est pas encore rompue.

Vous êtes en travail depuis un certain temps (8 heures depuis le début du pré-travail précoce, mais qui compte ?) et vous vous demandez si vous allez tenir encore longtemps.

A ce moment-là, votre gynécologue ou votre sage-femme entre, effectue un contrôle de votre col avec votre permission et dit que vous êtes dilatée à 8 cm et que votre poche d’eau est bombée.

Puis elle dit, après votre dernière contraction : « Si je vous perce la poche des eaux, ça va accélérer les choses et vous aurez très bientôt votre bébé dans vos bras.« 

Ah la tentation ! Ah la belle promesse !

D’un simple mouvement indolore à l’aide d’un crochet d’amniotomie (long crochet en plastique utilisé pour percer le sac amniotique), vous pourriez d’ici quelques minutes avoir votre bébé dans vos bras et en finir avec les contractions douloureuses que vous avez de plus en plus de mal à gérer.

Sauf que…

Ce n’est pas toujours par ce scénario « idéal » que la rupture artificielle de la poche des eaux (également connue sous le nom d' »amniotomie ») se termine.

Toute intervention médicale pendant le travail présente des risques

Environ 10% des femmes perdent les eaux en tout début de travail.

Pour toutes les autres, la rupture de la poche se fait pendant le travail actif, voire pas du tout.

Parfois, si le travail n’avance pas ou que votre bébé présente des signes de fatigue, votre sage-femme ou gynécologue peut vous proposer de rompre votre poche des eaux.

Le problème est que cette intervention est encore souvent effectuée comme une intervention de routine pendant le travail.

En France, environ 1/3 des femmes seraient concernées. (1)

Or ça ne garantit pas que votre travail s’accélérera ou que vous accoucherez plus rapidement et cette rupture artificielle présente des risques, prouvés par plus de 15 études menées sur ce sujet (2, 3, 4) :

 ⚠️ Augmentation de la douleur du travail et du recours à la péridurale pour y faire face

⚠️ Contractions plus intenses

⚠️ Risque accru d’infection

⚠️ Augmentation du risques d’interventions médicales supplémentaires comme l’injection d’ocytocine de synthèse, le monitoring en continu et la césarienne

⚠️ Risque accru d’avoir un bébé mal positionné, ce qui pourrait augmenter la douleur, la durée du travail et le besoin d’interventions ou de césarienne

⚠️ Complication avec le cordon ombilical du bébé appelée « prolapsus du cordon »

⚠️ Rare : problèmes de rythme cardiaque du bébé, connus sous le nom de « détresse fœtale »

Les avantages d’une rupture artificielle de la poche des eaux

Bien sûr, il peut aussi y avoir des avantages à faire rompre votre poche des eaux manuellement.

Gardez simplement à l’esprit qu’ils ne sont pas garantis :

✅ Peut accélérer le travail

✅ Peut réduire le recours à une césarienne d’urgence

✅ Permet une surveillance fœtale interne

✅ Permet un moniteur de cathéter de pression intra-utérine (pour déterminer la force de vos contractions, ce qui peut vous aider à décider si d’autres interventions sont nécessaires)

✅ Détecter la présence de méconium et déterminer si un soutien médical supplémentaire est nécessaire après la naissance

Rupture artificielle de la poche des eaux : les contre-indications

Il existe quelques situations dans lesquelles l’amniotomie ne doit pas être pratiquée.

Ceux-ci sont généralement assez évidents et peuvent être déterminés par votre sage-femme ou votre gynécologue avec une échographie et/ou en effectuant un examen vaginal.

Une rupture artificielle de la poche des eaux ne doit pas être pratiquée en cas de :

🛑 Présentation anormale : si votre bébé se présente par le siège, en position postérieure ou par la face.

🛑 La tête de votre bébé n’est pas engagée : une position fœtale de 0 signifie que la tête du bébé est complètement engagée.

🛑 Votre col de l’utérus n’est pas favorable à la procédure pour apporter un quelconque changement : il est encore trop épais et pas assez dilaté.

🛑 Vasa previa : c’est une affection rare dans laquelle les vaisseaux sanguins du placenta ou du cordon ombilical passent sur le col de l’utérus sous le bébé. Le vasa praevia peut être détecté lors d’une échographie de routine au cours du deuxième trimestre. Il se manifeste pendant le travail par un saignement vaginal indolore lorsque les membranes se rompent.

Si on vous propose cette intervention, réfléchissez aux raisons invoquées, à l’avancement de votre travail et aux compromis que vous êtes prête à accepter.

Dans tous les cas, il est important de discuter avec votre obstétricien ou votre sage-femme de ses risques et avantages potentiels.

Et vous ? Est-ce que vous avez perdu les eaux spontanément ou est-ce qu’on vous a percé la poche des eaux ? Si on vous l’a percée, quels ont été les effets ? Partagez votre expérience avec la communauté des naturelles mamans dans les commentaires ci-dessous !

Anne-Laure Brunelle

Votre accouchement approche et vous ne vous sentez pas prête ?

Rejoignez Naissance douce, le programme de préparation à l’accouchement en ligne créé par l’équipe de sages-femmes de Naturelle Maman en cliquant sur ce lien ou sur l’image ci-dessous.


Sources

  1. Enquête nationale périnatale : résultats de 2021.
  2. Smyth RMD, Markham C, Dowswell T. Amniotomy for shortening spontaneous labour. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 6. Art. No.: CD006167. DOI: 10.1002/14651858.CD006167.pub4
  3. Vadivelu M, Rathore S, Benjamin SJ, Abraham A, Belavendra A, Mathews JE. Randomized controlled trial of the effect of amniotomy on the duration of spontaneous labor. Int J Gynaecol Obstet. 2017 Aug;138(2):152-157. doi: 10.1002/ijgo.12203. Epub 2017 Jun 2. PMID: 28485828.
  4. Romane Vivier. Étude des pratiques concernant l’amniotomie au cours d’un travail spontané à terme dans une population à bas risque : influence sur le travail et conséquences materno-foetales. Gynécologie et obstétrique. 2017. ffdumas-01557694f

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *