Le régime idéal pour éviter le diabète gestationnel

Prévoyez 2-3 heures devant vous madame !” : vous atteignez le 6ème mois (22-26ème semaine ou 24-28ème semaine d’aménorrhée) et votre gynécologue vous a prescrit le test de dépistage du diabète gestationnel, le “HGPO” (ou Hyperglycémie Provoquée par voie Orale).  

Vous êtes pourtant restée raisonnable jusque-là, mais la balance fait une petite sortie de route ?
Ou bien la présence de personnes diabétiques dans votre famille vous classe dans les patientes à risque ?

Privée de votre petit déjeuner, vous attendez patiemment votre tour dans la salle d’attente de votre cabinet médical. C’est à vous. On vous installe pour une première prise de sang a jeun. Puis, en guise de réconfort, on vous propose un curieux breuvage sucré…très sucré…beaucoup trop sucré  ! Effectivement cette boisson est composée à 75% de glucose. Vous pouvez choisir de l’engloutir d’une traite ou bien progressivement par petites gorgées mais quoi qu’il arrive, la sensation d’écoeurement ne vous quittera pas pendant les deux heures d’attente, ponctuées de 2 nouvelles prises de sang (prises à 1 heure d’intervalle chacune) ! Alors, pour supporter au mieux cette petite épreuve, soyez prévoyante : apportez de quoi vous distraire (magazines, livre de chevet) et vous installer confortablement!

Ce récit sent le vécu ? Effectivement, car j’ai moi-même été atteinte d’un fort diabète gestationnel lors de ma 1ère grossesse. Mais les lignes de conduites nutritionnelles que j’ai suivies m’ont permis de le réguler et tout simplement de l’éviter lors de ma 2ème grossesse. Ces conseils, que je vous fournis un peu plus loin dans cette lettre, ont été véritablement salvateurs car on m’indiquait 75% de risque de réapparition du diabète !

Avant cela, voici quelques informations qui vous permettront de bien comprendre de quoi nous parlons :


Qu’est ce que le diabète gestationnel ou « diabète de grossesse » ?

Le diabète gestationnel, comme le diabète de type 1 et 2, résulte d’un trouble de l’utilisation du sucre apporté par l’alimentation. Cela se traduit par une augmentation du taux de glucose dans le sang, appelée « hyperglycémie ».

L’insuline, produite par votre pancréas a pour fonction de réguler la quantité de glucose dans le sang et de faciliter son entrée dans les cellules du foie, des muscles et des tissus graisseux, qui le transforment ensuite en énergie. Chez une personne diabétique, ce fonctionnement est perturbé : l’insuline n’est plus aussi efficace, le glucose ne pénètre donc presque plus dans les cellules mais reste bloqué dans le sang.

Le diabète gestationnel se présente dans 2 cas :
  • A partir du sixième mois de grossesse, les changements hormonaux ont pour conséquence l’insulino-résistance, c’est-à-dire la baisse d’efficacité de l’insuline en charge de la régulation du taux de glucose dans le sang. Dans ce cas, la maladie est la plupart du temps (90% des cas) transitoire et disparaît après l’accouchement.
  • Le diabète de type 1 ou plus rarement de type 2 se révèle au cours de la grossesse ou bien n’avait pas été diagnostiqué auparavant.

Comment peut-on détecter un diabète gestationnel ?

Le diabète de grossesse passe généralement inaperçu car ne présente pas de symptôme. D’où l’importance de réaliser le test de dépistage.

Mais il peut aussi présenter des symptômes qui se confondent avec ceux de la grossesse :

  • Fatigue inhabituelle
  • Soif exagérée
  • Augmentation du volume et de la fréquence des urines
  • Maux de tête

Aujourd’hui, le test n’est cependant pas systématique. Seules les femmes présentant les critères suivants en bénéficient :

  • surpoids, obésité (IMC ≥ 25kg/m²)
  • femmes ayant des antécédents personnels ou familiaux (apparentées au premier degré de diabète de type 2)
  • âge (35 ans et plus)
  • femme ayant déjà eu un enfant faisant plus de 4 kg à la naissance (macrosomie fœtale)
Outre ces critères, si au cours de votre grossesse, on identifie :

– une quantité trop importante de liquide amniotique (hydramnios)

– ou si votre fœtus présente des dimensions supérieures ou égale au 97e percentile (biométrie fœtale),

alors votre médecin vous prescrira un test HGPO (ou Hyperglycémie Provoquée par voie Orale).


Une fois le test passé, comment interpréter les résultats ?

Voici un guide de lecture qui vous sera certainement utile :

  • Prise de sang a jeun : le taux ne doit pas être supérieur ou égal à 0,92 grammes/Litre de sang
  • Prise de sang 1h après l’absorption de la boisson au glucose : le taux ne doit pas être supérieur ou égal à 1,80 g/ Litre de sang
  • Prise de sang 2h après l’absorption : le taux ne doit pas être supérieur ou égal à 1,53 g/ Litre de sang

Si vos résultats sont positifs, votre médecin vous demandera de passer une journée à l’hôpital pour passer des tests plus poussés et pour qu’un groupe de spécialistes (infirmière, nutritionnistes…) vous apprennent à gérer au mieux votre glycémie.


Quels sont les risques pour votre bébé et pour vous ?
diabète gestationnel et risques pour le bébé
Risque d’obésité précoce pour les bébés dont les mamans ont souffert de diabète gestationnel. © Arne Hjorth Johansen
Les risques pour votre bébé :

La quantité de glucose en excès est transmise à votre fœtus et stockée dans ses organes. La conséquence la plus fréquente est un poids à la naissance trop important, càd supérieur à 4 kg  (macrosomie), pouvant rendre plus compliqué l’accouchement ou provoquer un accouchement prématuré.

D’autres complications peuvent apparaître :

  • Votre bébé peut souffrir d’Hypoglycémie (baisse de sucre dans le sang) à la naissance. En effet, il aura été habitué à gérer des pics de glycémie pendant la grossesse et se retrouvera d’un seul coup avec un taux de sucre beaucoup moins élevé ;
  • Peuvent apparaître des complications rénales
  • Ou une détresse respiratoire
  • Il risque également d’être obèse et de présenter une intolérance au glucose au début de l’âge adulte (surtout si le poids de naissance est plus grand que 4 kg)
diabète gestationnel : risques pour la femme enceinte
© DR
Les risques pour vous :

La complication la plus grave est la survenue d’une prééclampsie, qui peut associer les symptômes suivants :

  • Une prise de poids excessive
  • Une hypertension artérielle (HPA)
  • La présence de protéines dans les urines
  • Des œdèmes
  • La prééclampsie peut avoir pour conséquence un accouchement par césarienne et le développement d’un diabète de type 2 après la grossesse

 

Mais pas d’affolement ! De nombreuses solutions avant et pendant la grossesse sont à votre portée pour éviter ou réguler le diabète gestationnel :


Des lignes de conduite alimentaires simples que chacun devrait suivre, de 7 à 77 ans !

N’étant pas immunisée contre la toxoplasmose et étant très avertie sur les dangers de la listériose, je trouvais mon sort déjà peu enviable mais là, le ciel me tombait sur la tête : fini les noix de cajou, les fondants au chocolat et autres pêchers mignons !

Et pourtant,  les conseils donnés par la nutritionniste qui me suivait et ceux que j’ai pu trouver via mes différentes recherches ont changé de manière très positive mon hygiène de vie et celle de ma famille.
Elles m’ont permis non seulement de réguler mon diabète lors de ma 1ère grossesse mais également de l’éviter lors de ma 2ème…ainsi que de perdre sur le long terme quelques centimètres de tour de hanches !

Ce régime, qui vous le verrez, ne rime absolument pas avec restriction, peut être une vraie aubaine pour vous. Il vous donnera de nouvelles lignes de conduite alimentaires saines, que vous garderez volontiers après votre grossesse.

Au global, sur une journée, on estime que le nombre de calories ne doit pas être inférieur à 1600-1800.  Vous devez les répartir sur 3 repas et 1 à 2 collations.


Voici l’assiette idéale, pour vos déjeuners et dîners :
  • ½ de légumes dont des légumes verts.

En effet, les fibres des légumes verts ralentissent l’assimilation des glucides des féculents, rassasient plus vite, et évitent le pic d’hyperglycémie post-prandiale (c’est-à-dire suivant le repas)

  • ¼ de féculents.

Privilégiez les riz, pâtes, pains, et blés complets ou entiers, qui sont plus riches en fibres et dont l’index glycémique est moins élevé.

A savoir : attention à ne pas faire trop cuire ces aliments. Par exemple, consommez vos pâtes al dente et n’abusez pas des pommes de terre en purée ! En effet, l’index glycémique augmente fortement avec la cuisson.

  • ¼ de viandes, poisson ou œuf
  • Ensuite, un laitage (fromage ou yaourt)
  • et pourquoi pas un fruit, s’il n’excède pas le volume de votre poing et pas plus de 2 par jour.
  • Vous pouvez accompagner votre repas ou le cuisiner en utilisant l’équivalent d’un bout de pousse de graisse (soit 5 ml ou une cuillère à café).
repas idéal contre le diabète gestationnel
Un brunch 100% anti diabète gestationnel ! ©eltpics

 


Votre petit déjeuner doit lui être composé :
  • D’une boisson chaude
Pourquoi ne pas tester le petit déjeuner salé, recommandé dans le régime anti diabète ? © Simon Tracey
Pourquoi ne pas tester le petit déjeuner salé, recommandé dans le régime anti diabète ? © Simon Tracey

Le sucre est déconseillé mais si c’est impossible d’envisager votre tasse de thé non sucrée, vous pouvez remplacer le sucre par de l’édulcorant.

  • D’un produit céréalier (équivalent à 30 g de glucides complexes)

Par exemple 60g de pain ou bien 6 biscottes. Encore une fois, privilégiez le pain complet.

Petit conseil pratique : pour en avoir toujours à porter de main et frais, achetez-le coupé en tranches chez votre boulanger ou en grande surface et congelez le. Le matin, passez le au grille-pain et accompagnez le d’une noisette de beurre ou d’un morceau de fromage (à pâte dure) et le tour est joué !

  • D’un produit laitier, dont les protéines freinent l’augmentation de la glycémie.

Privilégiez les yaourts nature et es formages blancs à 0 ou 20% de matière grasse

  • De protéines à volonté 

Si vous souhaitez ajouter une note salée à votre petit déjeuner, n’hésitez pas à y intégrer une tranche de jambon ou un œuf dur.

Attention, certains aliments sont à proscrire :

  • les céréales en “boîte”, très riches en sucre : pic de glycémie garantie !
  • les pâtes à tartiner, confitures et miel.
  • Les fruits sont également à éviter au petit-déjeuner.

Plus généralement, au petit déjeuner et toute la journée, il est conseillé de supprimer ou limiter les jus de fruits. Dans ce cas, choisissez des jus de fruits purs (100% fruits).

Testez le porridge aux fruits rouges pour le goûter ! © Denna Jones
Testez le porridge aux fruits rouges pour le goûter ! © Denna Jones
Et enfin, 2 exemples de collation :

Collation de 10h :

  • Tranches de pain complet (Féculent complet)
  • Fromage à tartiner (Produit laitier)
  • Compote de poire maison à la cannelle (Fruit cuit)

Collation de 16h :

  • Porridge (produit laitier + féculent complet)
  • Mandarine (fruit cru)

Au final, en suivant ce régime, votre assiette risque d’être plus remplie qu’auparavant ! Plus remplie mais certainement mieux remplie : en effet, afin de respecter ces proportions, il vous faut privilégier les aliments non transformés, limiter au maximum les produits industriels.


Je souhaite maintenant vous faire profiter de mon expérience en vous livrant 5 pièges à éviter :

  • La salade de fruits du restaurant d’entreprise : les fruits baignent dans du sucre des heures durant
  • Le riz du restaurant japonais, très cuit, ainsi que la sauce sucrée qui l’accompagne, bien entendu ! Et également les riz ou pâtes à cuisson rapide (précuits).
  • Les quiches, pizzas, tartes …même faite maison, vous ne retrouverez certainement pas les bonnes proportions de viande/féculents/légumes.
  • Quelques aliments à index glycémique fort (>60) qui pourraient vous surprendre : banane mûre, ananas en boîte, betterave cuite, carotte cuite (la betterave et la carotte crue ont un index glycémique faible en revanche), céleri rave cuit, corn flakes, farine de blé blanche/de riz, maïzena, fécule de pommes de terre…

… Ainsi que quelques astuces :

  • Remplir la moitié de son assiette de légumes, ça peut être difficile à concevoir puis à réaliser au quotidien pour certaines d’entre vous ! Alors, pour les soirs un peu pressés, n’hésitez pas à consommer des légumes congelés ou en conserve, qui gardent de très bonnes qualités nutritionnelles.
  • Consommer des féculents à chaque repas, ça peut devenir très répétitif : pourquoi ne pas varier avec du boulgour, du quinoa ou du couscous de blé entier
  • Pour vos collations, ou dessert, privilégiez les fruits entiers. Les compotes sans sucre ajouté peuvent être une solution pratique également.

 


Enfin, voici une liste, non exhaustive, d’aliments à consommer à volonté ou presque !
  • Certains aliments à index glycémiques faibles (<35) : avocat, aubergine, brocolis, champignon, chocolat noir (>70%), courgettes, cornichons, oignons, olives, yaourt nature, tofu, radis, ratatouille, poivron, poireaux, l’orge…
  • La poire : la poire est composée de fibres solubles qui ralentissent l’absorption du glucose dans l’intestin grêle et ainsi facilite le contrôle de la glycémie. N’hésitez pas à laisser la peau de votre poire car celle-ci propose également des composés « phénoliques » qui contribueraient à la prévention des maladies cardiovasculaire (2 à 3 plus élevé chez une personne diabétique) et de certains cancers.
  • nutriments de l'avocat pendant la grossesse
    L’avocat est riche en antioxydants, nutriments indispensables pour lutter contre le diabète gestationnel. © abeachcottage

    L’avocat : en plus de bénéficier d’un index glycémique faible, l’avocat a un fort pouvoir antioxydant. En cas de diabète, il estimportant de consommer les aliments antioxydants car la maladie favorise l’impact des radicaux libres responsables de l’oxydation de votre organisme. Les radicaux libres peuvent également entraîner la glycation (c’est à dire une réaction entre le glucose en surplus et les protéines corporelles), facteur de vieillissement rapide des tissus. Enfin, l’avocat diminuerait également les risques de maladie cardiovasculaire grâce à la forte présence de « bons gras » (gras monosaturés) réduisant les lipides sanguins.

  • La patate douce : la patate douce, au délicieux goût sucré, aurait pourtant pour effet de diminuer la résistance à l’insuline et faciliterait ainsi le contrôle de votre glycémie. Outre cet atout, elle présente elle aussi une forte teneur en antioxydants (d’autant plus forte que la chair est foncée).
  • Le saumon : source d’Oméga 3, le saumon est connu pour prévenir les maladies cardiovasculaires. Le saumon est également très riche en protéines complètes. Cette protéine est intéressante car améliorerait la sensibilité à l’insuline et donc favoriserait l’absorption du glucose et la régularisation du taux de sucre dans le sang.

Vous voilà désormais mieux armée pour résister aux attaques de messieurs les glucides ! Cependant, le respect de ces règles alimentaires n’est pas suffisant. A cela doit s’ajouter, une activité physique adaptée et un contrôle assidu de votre taux de sucre dans le sang.


Une activité physique adaptée
Faire du sport pendant la grossesse aide à prévenir le diabète gestationnel
3 à 5 séances de 30 minutes d’activité physique par semaine vous aideront à maintenir un taux de glycémie bas. © Carla Guimarães

L’exercice physique, outre ses bienfaits pour votre santé et celle de votre bébé, est un autre moyen pour contrôler votre glycémie. Si bien sûr vous n’avez pas de contre-indication médicale.

L’idéal est de réaliser 3 à 5 séances de 30 à 45 minutes par semaine. Si vous n’aviez pas d’activité physique avant la grossesse, commencez progressivement.

Les sports recommandés pendant la grossesse sont les suivants : la marche, la natation, le vélo d’appartement, la gymnastique douce et les appareils d’exercice stationnaire.

Évitez les activités physiques à risque de chute, de perte d’équilibre, de coups ou de déplacements brusques (par ex. : équitation, ski alpin, badminton, etc.).

Voici quelques exemples d’exercices adaptés aux femmes enceintes et recommandés par l’AFD (Association Française des Diabétiques) :
http://www.afd.asso.fr/sites/default/files/Activite_physique_a_pratiquer_lorsque_l_on_est_enceinte.pdf

Avant et tout au long de la séance, vous devez penser à bien vous hydrater et à vérifier votre taux de glycémie. Il doit rester dans les limites : entre 0,95 et 1,30 g/l. N’hésitez pas à emporter avec vous un encas composé de glucides à absorption rapide (un fruit par exemple) et, après consultation de votre équipe médicale, à diminuer vos doses pour limiter le risque d’hypoglycémie.


Le contrôle de la glycémie :
Les femmes enceintes qui souffrent de diabète gestationnel doivent toujours avoir avec elles un kit de surveillance de leur glycémie. ©DR.
Les femmes enceintes qui souffrent de diabète gestationnel doivent toujours avoir avec elles un kit de surveillance de leur glycémie. ©DR.

C’est finalement l’aspect le plus contraignant du diabète gestationnel. Mais c’est votre seul moyen de vous montrer que vos nouvelles habitudes alimentaires et sportives portent leurs fruits et que votre bébé est bien protégé !

On vous demandera donc de contrôler de manière autonome votre taux de sucre dans le sang, tout au long de la journée, grâce à un lecteur de glycémie. Le taux doit rester :

  • inférieur ou égal à 0,95 g/l avant les repas
  • et inférieur à 1,30 g/l 1 heure ou 1,20g/l respectivement 1 et 2 heures après les repas

En général, le contrôle de l’alimentation et la pratique sportive régulière suffisent à maintenir la glycémie. Dans 30% des cas, les femmes enceintes ont besoin d’un coup de pouce additionnel et se voient prescrire des injections d’insuline en complément.

Et vous ?

Avez-vous souffert de diabète pendant votre grossesse ? Avec vous passé le test du glucose ? Que vous ont conseillé votre sage femme ou gynécologue ?


Sources :

 

5 thoughts on “Le régime idéal pour éviter le diabète gestationnel

  • 4 June 2016 at 17 h 03 min
    Permalink

    Chère Lise Martin,

    Je souhaitais vous remercier pour votre article et vous féliciter pour avoir réussi à vous soigner de votre diabète gestationnel. J’ai eu une glycémie très limite tout au long de ma grossesse et ai du refaire le test HGPO plusieurs fois… donc je sais bien de quoi vous parlez. Votre témoignage me donne de l’espoir pour ma seconde future grossesse car j’adopterai votre régime sans hésiter pour ne plus jamais être embêtée par mon taux de glycémie.

    Reply
  • 7 June 2016 at 16 h 22 min
    Permalink

    Je dois passer le test de diabète gestationnel demain et suis très angoissée… Du coup je suis allée faire un pti tour sur le web et je tombe sur votre site sur les mamans naturelles qui est super, ça donne envie de faire pleins de bébés, merci pour ces conseils ! J’espère que mes résultats seront négatifs mais s’ils sont positifs je vais essayer de suivre ce régime après en avoir parlé avec mon gynéco.

    Reply
  • 19 June 2016 at 21 h 16 min
    Permalink

    Bonjour,

    Une de mes cousines a souffert de diabète gestationnel pendant sa première grossesse et malheureusement, ça a été mal traité et elle a perdu son bébé qui est décédé pendant l’accouchement.
    Merci pour votre article qui est rassurant et donne de bons conseils pratiques sur les aliments qui sont bons contre le diabète. Franchement, aucun médecin n’a jamais donné ses conseils à ma cousine, ils se sont contentés de lui prescrire des piqûres d’insuline et elle a continué à manger comme avant.
    On ne changera pas le passé pour ma cousine, mais j’espère que cet article aidera, et peut être même sauvera d’autres femmes enceintes qui souffrent de diabète gestationnel.

    Reply
    • Anne-Laure Brunelle
      23 September 2016 at 11 h 01 min
      Permalink

      Chère Vanessa,

      Merci à vous de partager cette expérience douloureuse. Nous avons la chance d’être entourées d’une équipe de professionnels de la santé humains, curieux et respectueux des femmes. Ils nous apportent des solutions concrètes issues de la médecine naturelle et nous sommes heureuses de pouvoir les partager avec vous.

      Reply
  • 5 April 2017 at 19 h 06 min
    Permalink

    Bonjour les maman nature !

    Je viens de faire le test du glucose car mon gynéco suspectait une macrosomie… J’ai stressé pendant des jours, j’ai tourné. De l!Oeil pendant les prises de sang et tout ça alors que je n’ai pas du tout de diabète gestationnel… Du coup j’en veux à mon gynéco de m’avoir fait subir tout ce stress pour rien. Je me demande s’il n’y a pas de solutions alternatives plus naturelles pour le dépistage du diabète ?

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

X