fbpx
Bonjour et bienvenue chez Naturelle maman !16 avril 2024
Témoignage d'accouchement sans péridurale d'un bébé en siège à la maternité sur Naturelle Maman

Margaux « Mon accouchement sans péri d’un bébé en siège »

Donner naissance à un bébé en siège n’est pas forcément compliqué. Ca ne doit pas remettre en question votre projet de naissance physiologique si c’est ce que vous souhaitez. C’est pour faire passer ce message que Margaux vous raconte son premier accouchement d’un bébé en siège sans péridurale en salle nature à la maternité.

Mon accouchement a eu lieu en 2017, par un beau mois d’octobre.

Je suis enceinte de mon premier enfant, une petite fille.

Lors de la dernière échographie elle ne s’est toujours pas mise en position tête en bas.

Ma gynécologue ne se tracasse pas, elle me fait passer une radio pour voir la taille de mon bassin.

« C’est une cathédrale » me dit-elle !

J’accoucherai donc d’un bébé en siège décomplété (les fesses d’abord).

Elle connaît, elle a déjà réalisé ce genre d’accouchement même si c’est très rare. 

Nous sommes vendredi à j-4 de la DPA.

Je me lève ce matin et je commence à faire mon ménage. Mon mari était déjà parti au travail. 

C’est alors que je commence à sentir mon ventre se tendre et se détendre…

Ça y est ! Les contractions commencent

Je prends mon portable et je mets le chronomètre. Les contractions sont régulières et non douloureuses. 

J’appelle mon mari pour lui dire. Il s’arrange pour revenir et emprunter la voiture de ses parents (nous venons d’exploser le moteur de la notre sur l’autoroute quelques jours avant… pas de chance). 

Pendant ce temps, je prends une douche, je me fais 2 tresses collées. Je me rase et je descends ma valise de maternité.

Je fais du ballon, tout va bien. Mon mari rentre, il est au téléphone, il s’énerve.

La voiture qui devait être disponible ne l’est plus…

Je suis très pragmatique donc je rassure mon mari et je lui dis « Viens on y va en bus« .

Ni une, ni deux, nous voici dans le bus.

Sauf que je n’avais pas prévu que nous partirions en pleine heure de pointe… Il est 15h, le bus est plein à craquer…

Une femme me bouscule le ventre pour pointer sa carte de bus. Mon mari s’énerve mais je reste zen. 

Nous arrivons à l’hôpital, les contractions ralentissent

On m’envoie me promener autour de l’hôpital.

Je marche et j’appelle ma mère et mes sœurs. 

Quand tout d’un coup, je sens que ça coule entre mes jambes… C’est la poche des eaux qui s’est rompue.

Plus je marche, plus ça coule, plus ça fait mal.

Je retourne vers la maternité. Il est 16h.

Direction la salle nature car je ne souhaite pas de péridurale.

Les contractions deviennent de plus en plus fortes.

On me propose un bain avec des huiles essentielles que j’accepte volontiers.

Le travaille avance bien. Je gère bien les douleurs malgré les 2 larmes que je verse.

Une sage-femme m’ausculte, je suis dilatée à 8cm… Trop tard pour une péridurale !

Ça tombe bien je faiblissais un peu face à la douleur et là ce n’est plus possible. Au fond je suis contente. 

J’arrive à dilatation complète. Vu que j’accouche en siège, je dois changer de pièce.

J’arrive dans une salle froide, éclairée d’un néon blanc avec une table d’accouchement… 

Le contraste me surprend… C’est tellement froid et médical.

J’aurais aimé rester en salle nature… 

Je pousse, je suis entourée de mon mari et de plusieurs sages-femmes qui viennent assister à cet accouchement pour observer la technique et voir comment ça se passe (on m’avait demandé avant si j’acceptais qu’elles viennent voir). 

Je pousse. Les fesses de ma fille sortent, quand soudain, je sens un truc couler !

Je fais « haaaaa » mais tout le monde me rassure immédiatement.

C’est mon bébé qui vient de faire caca et pipi, en éclaboussant la gynécologue…

Elle commence bien dans la vie ! On rigole tous de la situation.

La gynécologue m’informe qu’il va falloir faire une épisiotomie, je refuse.

Je préfère avoir une déchirure qu’un coup de ciseaux : jai beaucoup lu sur le sujet.

Je fais encore quelques efforts et hop le reste de son corps et sa tête sort.

Elle hurle, je l’ai dans les bras, on pleure.

Il est 21h02 et Ayda est née

Clampage du cordon par papa, peau à peau avec papa pendant qu’on s’occupe de moi, car j’ai eu une petite déchirure qui nécessite 3 points de suture.

Elle endort la zone, donc pique, mais ça ne fait pas mal.

Je précise que j’ai eu 3 points de suture et ma voisine de chambre qui a eu une épisiotomie à eu 6 points de suture. 

Témoignage premier accouchement sans péridurale à la maternité sur Naturelle Maman

On m’installe dans la chambre, je me lève directement pour aller au WC, aucune douleur, je suis bien. 

Voilà. Je suis heureuse d’apporter mon témoignage pour vous montrer que c’est tout à fait possible d’accoucher sans péridurale pour un premier, même avec un bébé qui vient en siège.  » 

Margaux Brasseur, autrice du blog https://corps-celeste.webnode.be/ 

3 Comments

  1. Emilie Marin Reply

    Merci à Margaux de participer à la révolution des naissances douces. Autant de messages qui donnent une vision positive de l’accouchement, ça fait tellement de bien de lire ces récits ! Merci Naturelle maman de les partager avec nous.

  2. Nolita Reply

    Félicitations Margaux, c’est très courageux de ta part, personnellement, je suis a six mois de grossesse ne sais pas encore !! j’ai envie de vivre jusqu’au bout cette grossesse,car mes amies me disent qu’avec la péri .. on ne sent rien !! , et perso je trouve cela dommage, une autre amie elle a « osée » accoucher sans, elle m’a dit « c’est Genial « , elle a vraiment vécue un truc super me dit elle !! il faut prendre les cours de pré-natal ce que je fais donc, peut -être que tout compte fait ..je vais « oser » aussi… En tous cas ton récit m’en donne très envie. Merci d’avoir témoigné.

  3. Jane Reply

    Bonjour
    Merci pour vos précieux témoignages sur l’accompagnement de l’accouchement d’un bébé en siège.
    Pas du tout envie d’une césarienne, mais à la fois
    je suis inquiète et je ne veux pas regretter d’avoir pris un risque et de mettre mon bébé en danger en accouchant par voie basse. Actuellement a 36SA, sur les trois mesures de mon bassin, deux sont dans les normes mais une (diamètre du transverse médian) est de 123mm. La maternité dans lequel j’accouche fixe la limite à 125mm, ce qui signifie que  »ca ne passe pas », mais ma gynéco veut revoir cela en staff car la norme officielle serait de 120mm, donc finalement ça passerait, tout juste.
    Aussi, elle me dit que mon bébé est un  »gros bébé », estimé a 3,5kg a la dernière échographie, sachant qu’on ne prend pas de risque au delà e 3,8kg, mais qu’il s’agit aussi d’une estimation… Je me dis qu’il peut aussi bien peser moins que plus … Et si c’est le cas, ai je plus de risque pour que ça bloque? Sachant que les dimensions de mon bassin sont justes à la limite… Je ne sais pas sur quel pied danser, je ne veux pas regretter ma décision. Je suis donc a la recherche de témoignages de vécus de situation similaires.
    Merci d’avance pour vos précieux conseils !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *