fbpx
Bonjour et bienvenue chez Naturelle maman !19 mai 2024
Récit de naissance douce de Coraline sur Naturelle Maman

Accouchement de Coraline « Moi qui n’ai pas confiance en moi, j’ai douté jusqu’au bout mais je l’ai fait ! »

Vous avez envie d’un accouchement naturel, sans péridurale, en harmonie avec votre corps et votre bébé ? Mais vous demandez comment vous y prendre, où accoucher, comment gérer la douleur ? Alors vous devez absolument lire le récit de naissance douce de Coraline qui a accouché dans l’eau, sans péridurale, après un premier accouchement difficile. Vous allez découvrir comment Coraline s’est préparée avec le programme Naissance douce, comment elle s’est entourée et informée, et vous serez bluffée par la beauté et la puissance de son accouchement. Son témoignage est une mine d’or pour toutes les femmes qui veulent accoucher sans péridurale. Il vous encouragera à suivre votre voix intérieure, à faire vos choix, et à vivre pleinement votre maternité.

« Je n’ai pas vécu ma deuxième grossesse aussi bien que ma première (qui avait été particulièrement sereine).

J’ai été très anxieuse et je vivais avec la peur constante que quelque chose n’aille pas pour ce bébé que j’aimais déjà tant…

Il y a 4 ans et demi, j’ai accouché sous péridurale

Je me suis laissée porter par les équipes médicales, sans me poser de questions.

Il m’a fallu plusieurs années de recul pour prendre conscience de ce qui n’avait pas été dans cet accouchement.

J’étais arrivée à la maternité dilatée à 4, et on m’a tout de suite proposé la péridurale (avec la petite « menace » du « si on ne la fait pas tout de suite, l’anesthésiste ne sera pas forcément disponible »).

Nous sommes donc directement passés en salle de naissance pour la poser et s’en est suivie une grosse chute de tension qui m’a fait peur.

J’ai ensuite été allongée de minuit à 7h du matin sans bouger.

Ma fille a mis longtemps à descendre dans mon bassin (effectivement, pour la gravité, on repassera…) et nous nous sommes installés pour la poussée vers 7h du matin (notamment pour son rythme cardiaque qui commençait à manquer de régularité).

J’ai poussé pendant 45 minutes parce qu’on me disait de le faire et non pas parce que mon corps me l’indiquait…

Et la position gynécologique dans laquelle j’ai été installée m’a également apporté son petit lot de désagréments (déchirure, etc).

Le souhait d’accoucher de manière naturelle s’est donc vite imposée pour cette deuxième grossesse

La maternité la plus proche de la maison proposait l’accouchement dans l’eau depuis août 2022, c’était parfait.

J’ai toujours trouvé la naissance dans l’eau magnifique et ayant été très stressée pendant ma grossesse, je souhaitais absolument offrir une arrivée plus douce à ma fille, qui avait dû ressentir toutes ces émotions difficiles…

Pour mettre toutes les chances de mon côté, je me suis longuement préparée.

J’ai d’abord fait un tri dans les professionnels de santé, j’ai changé de sage-femme, de maternité et de médecin traitant, il me fallait le maximum de bienveillance.

J’ai lu de nombreux livres, de nombreux articles et me suis évidemment inscrite au programme de préparation à la naissance en ligne de Naturelle Maman. 

J’ai également fait des séances d’acupuncture, d’hypnose, de réflexologie périnatale, du yoga et de la sophrologie.

J’ai eu beaucoup de contractions tout au long de ma grossesse mais je sentais bien que ce n’était pas des contractions de travail.

Les jours qui ont précédé ma grossesse m’ont paru interminables.

Il faisait très chaud, je n’arrivais plus à dormir, je ne sortais plus pour me préserver de la chaleur et je ne sentais aucune évolution dans les contractions que je sentais depuis un moment déjà.

Le jour de mon accouchement dans l’eau

Lundi 12 Juin, je me réveille plutôt de bonne humeur et assez paisible.

En fin d’après-midi, je ressens une ou deux contractions bien différentes se rapprochant des douleurs de règles. Je sens que mon corps se prépare.

Je préviens mon mari qui s’apprête à aller chercher notre fille chez son assistante maternelle et lui précise qu’il serait peut-être intéressant de lui demander si on peut la redéposer dans la soirée si nous devons partir.

Tout se passe tranquillement, ma fille rentre, elle a le temps d’aller jouer dans sa piscine, mon mari lui donne la douche, nous mangeons même un barbecue ! 

Après le repas, les contractions commencent à arriver, de manière complètement aléatoire mais deviennent vite très intenses.

Je commence à perdre du sang donc nous décidons quand même d’aller à la maternité.

Mon mari dépose notre fille chez son assistante maternelle (elle est ravie et cela me détend beaucoup).

De mon côté, j’en profite pour rassembler mes affaires et prendre une douche avant de partir.

En 20 minutes, les contractions deviennent très douloureuses et se produisent toutes les 5 minutes. 

Nous arrivons à la maternité, les sages-femmes de garde me posent un monitoring pendant 30 minutes et là mes contractions ralentissent, je suis déçue.

Elles contrôlent ensuite mon col qui travaille mais je ne suis qu’à 2… Encore plus déçue…

Moi qui souhaitais faire le maximum du travail au calme à la maison…

Les sages-femmes nous proposent de rentrer chez nous.

Mais pendant que nous discutons, les contractions reviennent d’un coup.

Nous leur indiquons que nous préférons rester à la maternité vu la vitesse à laquelle les contractions reviennent.

Elles nous installent dans une chambre équipée d’un ballon, nous proposent d’y rester et de nous indiquer si nous voulons aller dans la baignoire.

Super, la salle nature est disponible, encore un stress en moins !

Nous nous retrouvons donc dans cette chambre, je me pose sur le ballon mais les contractions se mettent à s’enchaîner très vite, poussent sur mon sacrum, je n’arrive même plus à rester assise sur le ballon.

J’installe rapidement une application qui mesure les contractions et nous nous rendons compte qu’elles ne sont espacées que de 2min30 environ.

A ce moment précis, je panique un peu, je dis à mon mari que si c’est douloureux comme ça alors que je ne suis qu’à 2, je ne suis pas sûre d’y arriver !

Il se transforme en coach et me rappelle toute la préparation que j’ai faite. Il me dit qu’il est fier de moi et que je vais y arriver.

Il prévient les sage-femmes et nous partons dans la salle nature.

Le remplissage de la baignoire me paraît interminable. Je m’installe dans l’eau et mon mari lance ma playlist (que je n’entends même pas tellement je suis concentrée).

Je reste 20 minutes à peine dans l’eau, je ne fais que souffler dans mon winner flow, qui est particulièrement utile.

Je n’arrive plus à parler, je suis dans ma bulle

Je suis accroupie car je n’arrive plus à être assise.

Mon mari essaye de faire des points d’acupression sur mon sacrum mais je ne supporte pas du tout la sensation, je n’arrive pas à lui dire, j’arrive juste à repousser sa main. 

Heureusement, il comprend tout de suite et se contente de caresses dans le dos.

Il décide d’aller chercher l’équipe qui me propose de recontrôler mon col et je suis en fait passée à 8 !

Je suis contente, je n’ai plus le choix, ce sera forcément sans péridurale !

J’arrive entre 2 contractions à dire à la sage-femme : « Vous me dites que je suis à 8, il faut attendre 10? J’ai déjà envie de pousser, qu’est ce que je dois faire ? »

Je n’entends pas sa réponse, mon corps met mon cerveau sur pause et se met à pousser sans que je puisse maîtriser quoi que ce soit.

Moi qui étais très silencieuse pendant toutes les contractions, je me mets à hurler comme je n’ai jamais hurlé de toute ma vie, non pas de douleur mais comme si c’était mon cri qui faisait sortir mon bébé.

Je n’ai aucune maîtrise de ce qu’il se passe

Ma fille sort en 10 minutes, le 13 Juin, à 00h13.

La douleur s’envole instantanément. Je la prends dans mes bras, je reviens à moi, elle est magnifique, toute lisse et paisible !

Je suis si fière, j’ai réussi, moi qui n’ai jamais eu confiance en moi, j’ai douté jusqu’au bout mais je l’ai fait !

Je dois vite sortir de la baignoire pour la délivrance. Papa prend le relai pour un peau à peau avec bébé.

Je les regarde, je suis si heureuse, j’ai hâte de les retrouver. 

Quand mes soins sont terminés, je m’installe avec eux, nous restons tous les 3, le temps s’arrête.


Contrairement à mon premier accouchement où les premières tétées avaient été compliqués avec ma première, l’allaitement s’est cette fois très vite mis en place. Merci les hormones naturelles! 

Je pense qu’il va me falloir un moment pour redescendre, elle a aujourd’hui une semaine et je continue de revivre chaque détail de ce moment le plus intense que je n’ai jamais vécu.

Je suis particulièrement reconnaissante envers l’équipe médicale qui a suivi à la lettre mon projet de naissance (mais vraiment, pardon pour vos tympans), envers mon mari qui m’a montré, une fois de plus, qu’il était mon pilier et évidemment envers mon bébé (c’était tout de même un sacré travail d’équipe !).

Merci à Naturelle maman pour son accompagnement et à la communauté, toujours là pour aider, et à toutes les personnes bienveillantes qui ont croisé mon chemin au cours de ces derniers mois ! »

Coraline

Préparez votre accouchement avec le programme Naissance douce

Vous êtes enceinte et vous souhaitez vivre un accouchement naturel, sans péridurale, sans intervention médicale inutile, sans violence obstétricale ? Vous voulez respecter votre corps, votre bébé, votre intuition ? Vous voulez vous sentir actrice de votre accouchement, et non pas spectatrice ? Rejoignez le programme Naissance douce pour vous préparer en ligne et à votre rythme avec une sage-femme qui accompagne les accouchements physiologiques. Découvrez la présentation du programme en cliquant sur l’image ci-dessous.

Rejoignez Naissance douce, le programme de préparation à l’accouchement en ligne créé par l’équipe de sages-femmes de Naturelle Maman.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *