fbpx
Bonjour et bienvenue chez Naturelle maman !9 décembre 2022

Aude « Je souhaite un accouchement comme le mien à toutes les mamans du monde »

Aude s’est préparée avec une sage-femme libérale et le programme Naissance douce pour la naissance d’Eloïse, son premier enfant. Elle est restée calme et en contrôle tout au long de son travail à la maison et à la maternité. Elle nous raconte son expérience de naissance positive au point de souhaiter « un accouchement comme le mien à toutes les mamans du monde ». Voici son histoire de naissance douce.

« Eloïse est née le 14 octobre et je souhaite un accouchement comme le mien à toutes les mamans du monde!

Étant très stressée par l’inconnu de l’accouchement, je me suis préparée avec le programme Naissance douce et j’ai essayé d’impliquer mon compagnon.

J’ai pratiqué les exercices de sophrologie, de respiration et sur le ballon pendant ma grossesse.

J’ai également fait du yoga pour femme enceinte (je faisais déjà du yoga avant).

J’ai mangé 6 dattes par jour bien un mois avant le terme et de l’homéopathie également prescrit par ma sage-femme pour aider le col à travailler (la prescription homéo ressemble fortement au conseil donné dans le programme naissance douce sauf que j’ai commencé à les prendre à 37 SA).

Femme enceinte avec une bola

Ce matin du 14 octobre, mon compagnon me réveille pour me dire aurevoir car il part au travail.

Je sens des contractions mais qui semblent identiques aux nuits précédentes.

Je me lève prendre un spasfon pour calmer les contractions sauf que cette fois cela ne passe pas.

Les contractions ne sont pas fortes mais déjà régulières (toutes les 10-15 min).

Je me lève. Et la douleur s’intensifie.

Je n’ai pas faim du tout contrairement aux autres matins. Je pressens qu’il s’agit d’un signe.

Les contractions commencent à devenir plus fortes et plus rapprochées.

Je vais à plusieurs reprises à la selle car cela appuie sur mes intestins.

Un moment je ressens des sueurs froides et commence à me sentir faible à cause de la douleur.

Je décide d’appeler mon compagnon pour qu’il rentre car je sens que c’est le début du travail. Il est 8h30.

La douleur est telle que je décide de prendre un bain. Effectivement cela soulage et atténue la douleur des contractions.

Mon compagnon arrive et est surpris de me voir déjà dans le bain.

Il pensait me faire des massages et quelques exercices d’étirements !!

Je n’ai pas de montre en main mais je sens les contractions très rapprochées

Je pense être proche des 5 minutes.

Je demande à mon compagnon d’appeler la maternité qui nous indique de venir pour voir où en est le col.

Mon compagnon rassemble les dernières affaires pour la valise de maternité pendant  que je peine à sortir de la baignoire.

Les douleurs sont intenses et j’ai l’impression d’être incapable de bouger.

Quand je sors, les douleurs sont telles que je me mets à 4 pattes et poussent des gémissements.

Mon compagnon m’aide à m’essuyer et à m’habiller mais cela prend un temps de dingue car je dois à chaque fois faire des pauses pour gérer la douleur des contractions.

Je finis tant bien que mal à rentrer dans la voiture.

On arrive au bout de 20 minutes de trajet en voiture où j’ai les yeux fermés et je reste concentré sur ma respiration.

Il est 10h30 quand nous arrivons à la maternité et je suis incapable de sortir seule de la voiture.

Mon compagnon cherche donc du personnel pour me récupérer.

Une sage-femme arrive avec un fauteuil roulant pour m’amener à la maternité

Je pousse des gémissements de douleur et essaie de rester concentrée sur la respiration de la vague.

La sage femme m’installe pour m’ausculter. Elle est très gentille et douce et m’accompagne quand les contractions montent.

Je suis apparemment déjà bien dilatée mais je suis incapable de comprendre ce qu’elle dit car à ce moment-là, je suis comme ailleurs.

La sage-femme me demande si j’ai un projet de péridurale. Je lui dit qu’à la base non mais je l’implore de me la faire quand même.

J’ai trop mal et je sais que je ne tiendrai pas la douleur longtemps.

Je suis donc installée en salle d’accouchement et préparée pour la péridurale.

Le personnel qui arrive se présente et est aux petits soins.

La sage-femme me demande si j’ai un projet de naissance.

Je lui explique pour la lumière tamisée, la position que j’aimerais non gynécologique.

Je demande à ce que la poche des eaux ne soit pas percée et que le sang du cordon s’arrête de battre avant qu’il ne soit coupé.

Je demande aussi à ce que la péri soit mini dosée pour que je puisse sentir les contractions

Elle est très à l’écoute et respectueuse de mes demandes.

La péridurale est posée. Je ne ressens plus les contractions du côté gauche mais je ressens la douleur uniquement sur le côté droit.

On me demande de me coucher sur mon coté droit pour que la péridurale puisse se diffuser de ce côté et je gère le dosage par un petit bouton.

Au bout d’un moment les douleurs de contractions ne sont plus perceptibles.

La sage-femme me ré-ausculte. Je suis dilatée à 8 centimètres.

Wouaw truc de fou pour moi tellement ça va vite !

Au final je reste un peu dans l’attente quelques temps que le col finisse de se dilater et que la sensation de poussée se fasse sentir.

Je vois les sages-femmes faire une tête bizarre en regardant le monitoring . Il semble que bébé faiblit un peu.

La poche des eaux n’ayant pas été percée, bébé semble avoir du mal à descendre.

La sage-femme me propose de percer la poche et me demande si je suis d’accord.

A ce moment-là pour moi c’est ok car cela semble nécessaire pour aider bébé à descendre dans le bassin.

Au bout d’un moment je ressens une envie d’aller à la selle et je l’indique à la sage-femme.

Elle m’ausculte à nouveau et me dit que c’est le moment.

Je suis installée en position gynécologique.

La sage-femme me demande si je veux être sur le côté comme je l’avais demandé mais au final j’accepte cette position en disant j’essaie comme ça.

Je sens les poussées et je gère moi même les respirations pour permettre à bébé de descendre.

L’expulsion dure 20 minutes pour voir ma petite puce dans mes bras à 14h45

Le temps d’avoir bébé contre moi, on attends la sortie du placenta.

Mais au bout de 30 minutes et même en essayant quelques poussées rien ne sort.

Les sages-femmes m’indiquent qu’elles vont devoir le chercher manuellement.

Elles me réinjectent une dose d’anesthésiant plus fort que la péridurale et une dose d’antiobiotiques.

Je ne sens plus rien, même pas mes jambes.

Cela mettra un petit moment avant que l’anesthésie diminue.

Au final la sage-femme m’indique que j’ai bien fait de prendre la peridurale car j’aurais du être en  anesthésie générale pour chercher le placenta !

Tout ça pour dire qu’il est inutile de se culpabiliser si l’on ne respecte pas à la lettre son projet de naissance.

Il faut écouter à la fois son corps, ses besoins et les conseils des soignants.

Pour ma part ils ont été doux et respectueux !

« Le plan est toujours parfait ! »

Merci au programme de Naissance douce qui m’a aidé à gérer au mieux ce merveilleux événement.

Belle aventure à toutes les futures mamans! Moi je suis aux anges. »

Aude

Votre accouchement approche et vous n’êtes pas prête ?

Rejoignez le programme Naissance douce pour vous préparer en ligne et à votre rythme avec une sage-femme qui accompagne les accouchements physiologiques. Découvrez la présentation du programme en cliquant sur ce lien ou sur l’image ci-dessous.

Rejoignez Naissance douce, le programme de préparation à l’accouchement en ligne créé par l’équipe de sages-femmes de Naturelle Maman.

 

5 Comments

  1. Eliane Reply

    Je suis contente pour vous en vous lisant Aude, c’est un bel accouchement que vous nous racontez, c’est beau de savoir que la naissance de votre fille a été si bien vécue. Cela dit je ne peux m’empêcher de penser que la physiologie de votre accouchement a été perturbée avec votre départ pour la maternité. Je ne peux m’empêcher de me dire que si vous étiez restée chez vous, ça aurait été bien plus facile de gérer les contractions puisque vos hormones n’auraient pas été perturbées, vous n’auriez donc pas eu à demander la péridurale qui a certainement causé la décélération du cœur de votre bébé. Bref, c’est vrai que ce n’est rien de grave, mais ça ne vous a pas aidée et ça me fait un petit pincement de voir qu’une fois de plus, le suivi en maternité, même avec tout le bon vouloir dont ont fait preuves les personnes qui vous ont accompagnée, n’est pas adapté pour que les femmes puissent accoucher de façon optimale. En tous cas félicitations pour votre petite Éloïse et merci pour votre générosité, C’était un bonheur de vous lire et j’espère que vous ne m’en voudrez pas pour ce message si vous le lisez.

  2. Rapha Reply

    « Une société a la naissance qu’elle mérite. » Un enfant devrait naître comme dans ce magnifique récit dans la douceur, le calme, l’accueil, la chaleur, la joie, tout comme dans le magnifique récit d’Aude. Merci pour ce beau partage.

  3. Une maman touchée Reply

    Merci beaucoup Aude, votre récit de naissance douce me fait beaucoup de bien. J’ai aussi craqué pour la péri en fin de travail, alors que j’aurais pu faire ça si j’avais été soutenue, et je m’en suis beaucoup voulue pendant les mois qui ont suivi mon accouchement. Pourtant à travers vos mots je comprends que tant que la naissance est bien vécue, le plan est toujours parfait. Et tout a été bien vécu dans le mien qui était doux et beau alors vos mots me réconcilient avec mon accouchement. Merci beaucoup d’avoir témoigné avec autant de sincérité

  4. Laure Reply

    Moi je me dis en vous lisant que vous auriez mieux fait d’accoucher chez vous, on vous aurait laissé tranquille et tout se serait bien passé ! La ça me fait mal au cœur qu’on vous ait proposé la péri alors que vous étiez si proche d’accoucher…

  5. Chloé Reply

    Pour mon fils qui a maintenant 4 mois, j’avais demandé une péridurale qui n a pas fonctionné.
    Maintenant, je peux me vanter d’avoir accouché en ayant mal mais on ressent tout c’est le cas de le dire 🙂
    Après 30 minutes de travail, jai commencé à baisser les bras mais en sentant la tête de mon bout de chou prête à sortir j’ai repris des forces (mentalement) et jai bien poussé
    Je ne regrette pas que elle n’aie pas fonctionné mais si sur le coup je maudissais l’anesthésiste 😀
    Au final, le travail a commencé à 00h30 et jai accouche à 1h14 et ce n’était que du bonheur même si on est exténuée. Chaque plan est le bon, tu as raison ! MErci pour ton super témoignage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *