Hémorroïdes : le protocole 100% naturel qui en vient à bout

Les crises d’hémorroïdes sont très fréquentes pendant la grossesse, et peuvent être violentes et très handicapantes.

Elles peuvent facilement devenir une source d’angoisses, surtout quand l’accouchement approche et qu’on redoute d’avoir à solliciter une zone déjà si douloureuse…

Plusieurs facteurs augmentent leur apparition pendant la grossesse : la constipation, les modifications hormonales (le tissu hémorroïdaire est très sensible aux hormones), l’augmentation du volume sanguin circulant, et enfin le poids du bébé qui gène le retour veineux, surtout au troisième trimestre.

Résultat : nous sommes très nombreuses à souffrir d’hémorroïdes qui parfois, s’aggravent après l’accouchement…

Si vous vous soignez avec les crèmes et les suppositoires « classiques », que l’on trouve en vente libre dans les pharmacies, vous avez déjà du constater leurs limites : ils contiennent généralement de la lidocaïne (pour anesthésier) et de la cortisone (pour soulager l’inflammation), qui ont une action rapide pour vous soulager, mais ne règlent pas le problème en profondeur.

Le risque de récidive est donc très important, surtout au cours du troisième de grossesse quand le poids de votre bébé vient gêner le retour veineux.

Il existe heureusement un traitement 100% naturel et sans danger pour vous soulager durablement et prévenir de futures crises.

Que ce soit un hémorroïde interne ou externe avec l’apparition d’une boule douloureuse, et même si l’hémorroïde saigne, les traitements seront les mêmes en utilisant trois remèdes en synergie.

Un traitement local pour soulager rapidement

Crèmes : Avenoc (Boiron) ou Quantaroïde (Phytoquant) réalisée à base de plantes, colostrum et huiles essentielles. Une application locale trois fois par jour jusqu’à disparition des symptômes puis une fois par jour après la crise. Une sensation de picotement est possible aux premières applications, ce n’est pas inquiétant.

Suppositoires : suppositoires à l’hamamélis (Weleda) ou complexe C176 (Boiron) tous les soirs au coucher pendant 3 jours.

Des remèdes homéopathiques pour être soulagée durablement

Aesculus Hippocastanum 5CH : 3 granules 4 fois par jour jusqu’à amélioration.

Muriaticum Acidum 7CH : en cas de douleur intense au contact.

Graphites 5CH : si les hémorroïdes sont la conséquence ou la cause d’une constipation.

Ratanhia 5CH : si les hémorroïdes sont accompagnées de démangeaisons ou de sensations de brûlures.

Remèdes naturels contre les hémorroïdes pendant la grossesse.
Les qui soignent les hémorroïdes en profondeur pendant et après la grossesse.

Des infusions de plantes veinotoniques pour prévenir une nouvelle crise

Vigne rouge : Les feuilles de vigne rouge sont utilisées depuis des siècles en phytothérapie pour leur action sur le système veineux.possède des propriétés veinotoniques exceptionnelles, grâce à la présence d’anthocyanosides, permettant de retrouver des jambes légères.

Vous pouvez l’acheter en sachets, ou bien en sac de 100 grammes comme ici. Préparez une infusion (dix minutes) : une cuillerée à soupe par tasse d’eau. Deux à quatre tasses par jour entre les repas.

Hamamélis : L’usage de l’hamamélis pour traiter les hémorroïdes est reconnu par la Commission E allemande pour ses propriétés astringentes, anti-inflammatoires et hémostatiques (qui favorisent la coagulation du sang). Préparer une lotion : faites bouillir une cuillère à soupe d’hamamélis (feuilles, écorce et rameaux séchés) dans 250 ml d’eau pendant cinq minutes. Laissez refroidir. Imbibez quelques compresses et appliquez sur les hémorroïdes douloureux deux à quatre fois par jour.

Mélilot : Un essai clinique portant sur vingt-cinq femmes enceintes a étudié les effets du mélilot sur les problèmes veineux des deux derniers trimestres de la grossesse, sans toxicité notable. Néanmoins, l’Agence européenne du médicament déconseille le mélilot pendant la grossesse et l’allaitement.

 

Quelques conseils supplémentaires…

Privilégiez les aliments qui favorisent les selles molles pour éviter d’avoir à pousser, comme les légumes verts cuits (à la vapeur), aux légumes basifiants (potiron, patate douce…), aux fruits frais bien mûrs ou compotés (agrumes exceptés), aux fruits rouges (riches en flavonoïdes) et aux fruits secs trempés dans de l’eau (pruneaux, figues).

Consommez de l’huile de chanvre, de l’huile de lin, de cameline, de noix ou de colza, riches en vitamine E et Oméga 3 qui fluidifient la circulation et rendent leur souplesse aux membranes cellulaires.

Buvez suffisamment (au moins huit verres par jour). C’est absolument essentiel !

Faites de l’exercice, même modérément, car cela favorise le transit, ce qui suffit parfois à soulager les douleurs.

Quand vous vous assyez sur les toilettes, mettez un petit réhausseur sous vos pieds (éventuellement la poubelle de votre salle de bains) pour avoir une position plus physiologique.

Évitez de frotter trop fort en vous essuyant après la selle.

Pratiquez la respiration abdominale, jambes croisées en tailleur, pour décongestionner le petit bassin.

Pensez au psyllium blond, de la cuillère d’huile d’olive le matin à jeun avec quelques gouttes de jus de citron, aux pruneaux ou aux figues réhydratés dans de l’eau, ou au jus de pruneaux. Retrouvez tous mes conseils pour lutter contre la constipation dans cet article.

Et vous ? Quels sont vos remèdes contre les hémorroïdes ? Partagez votre expérience avec la communauté des naturelles mamans dans les commentaires ci-dessous !

Anne-Laure Brunelle

 


Sources

1. Wijayanegara H, Mose JC, et alA clinical trial of hydroxyethylrutosides in the treatment of haemorrhoids of pregnancy.J Int Med Res. 1992 Feb;20(1):54-60.

2. Titapant V, Indrasukhsri B, et alTrihydroxyethylrutosides in the treatment of hemorrhoids of pregnancy: a double-blind placebo-controlled trial.J Med Assoc Thai. 2001 Oct;84(10):1395-400.

3. Moosmann EB, Fortschr Med 1990. Knoch HG Fortschr Med, 1992. Seeberger, J. Z Phytother1979. Études menées en Allemagne, non disponible en anglais. Résumées dans : Mills S, Bone K. Principles and Practice of Phytotherapy, Churchill Livingstone, Harcourt Publishers, Grande-Bretagne, 2000, page 592.

4. Forster CF, Sussmann HE, Patzelt-Wenczler R. [Optimization of the Barron ligature treatment of 2nd and 3rd-degree hemorrhoids using a therapeutic troika]. Schweiz Rundsch Med Prax. 1996 Nov 12;85(46):1476-81.

6 pensées sur “Hémorroïdes : le protocole 100% naturel qui en vient à bout

  • Avatar
    29 mars 2019 à 16 h 41 min
    Permalink

    Bonjour, merci pour ces conseils ! Je cherchais justement des remèdes naturels contre les hémoroïdes après l’accouchement. Est-ce que je peux utiliser ces remèdes en allaitant ? Par avance, merci !

    Répondre
    • Anne-Laure Brunelle
      29 mars 2019 à 17 h 00 min
      Permalink

      Oui je ne l’ai pas précisé mais aucun n’est contre-indiqué pendant l’allaitement donc vous pouvez y aller !

      Répondre
  • Avatar
    1 avril 2019 à 15 h 48 min
    Permalink

    Bonjour
    Merci pour cette info, les HE en local fonctionnent très bien aussi !

    Répondre
  • Avatar
    4 mai 2019 à 14 h 45 min
    Permalink

    Bonjour Anne Laure, j’ai acheté la crème « avenoc », et en regardant sur la boîte il est noté qu’il ne faut pas utiliser cette crème si on est enceinte. Sais-tu pourquoi? Merci d’avance!
    Maëlle

    Répondre
    • Anne-Laure Brunelle
      4 mai 2019 à 17 h 12 min
      Permalink

      Bonjour Maëlle,

      L’Avenoc est conseillée par de nombreuses sages-femmes ainsi que par la pharmacienne Carole Minker qui a écrit un livre sur les posologies adaptées aux femmes enceintes.
      Je l’ai moi-même utilisée sans jamais avoir de soucis. Elle contient de la ficaire qui a une action vasoconstrictrice, de la pivoine pour son action analgésique, et de deux dilutions homéopathiques qui ne sont pas contre-indiquées pendant la grossesse et l’allaitement. Je ne peux malheureusement pas vous dire pourquoi Boiron est obligé de dire que c’est déconseillé pour la grossesse en France, mais ce n’est pas le cas ni en Suisse, ni en Allemagne, où les autorités de santé sont bien plus tolérantes vis à vis de l’utilisation des plantes…

      Répondre
  • Avatar
    9 juillet 2019 à 22 h 38 min
    Permalink

    Il contient une dose infime d’alcool ce qui oblige le labortoire à le déconseillé aux femmes enceintes. Mais dans les faits il n’y a aucuns problèmes.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *